L’acupuncture, une approche à mettre dans son coffre à outils santé

Texte | Marie Berthold, acupunctrice

De plus en plus présente au Québec, l’acupuncture est une approche globale de la santé. C’est l’une des cinq branches de la médecine chinoise, aux côtés de la diététique, la pharmacologie (herbes), le Tuina (massage chinois) et les exercices de santé (Qi Gong et Tai Chi). Fondée sur l’observation de la nature, cette médecine existe depuis plus de 2000 ans. Mais en quoi consiste-t-elle exactement ?

QUELQUES PRINCIPES GÉNÉRAUX

Selon la pensée chinoise, une énergie vitale, le Qi, circule dans le corps par l’intermédiaire de canaux appelés méridiens, sur lesquels se trouvent les points d’acupuncture. Cette énergie est ce qui anime tout être vivant, qui en façonne l’unicité. Le corps et l’esprit doivent être en équilibre, entre eux et avec l’environnement. Ainsi, quand il y a des blocages, peu importe le niveau, l’énergie ne circule plus, et c’est alors que les problèmes surviennent. L’acupuncture, en tant que médecine globale, vise à régulariser la circulation du Qi et à rétablir l’équilibre.

« […] l’acupuncture permet de favoriser les mécanismes naturels de guérison du corps […] »

D’un point de vue plus occidental, l’acupuncture permet de favoriser les mécanismes naturels de guérison du corps (circulation, oxygénation, réparation cellulaire) et a un effet analgésique et relaxant. Elle maintient l’homéostasie du corps en agissant sur le système endocrinien et sur le système nerveux autonome. De plus, cette approche permet également de stimuler le système immunitaire.

Ces nombreux impacts en font une approche de choix pour aider dans diverses problématiques, et ce, pour les gens de tous âges. Que ce soit pour la gestion de la douleur (chronique, aiguë, généralisée), du stress, de l’anxiété, ou encore pour traiter problèmes musculaires, digestifs et respiratoires, fatigue, insomnie, céphalées et bien d’autres, l’acupuncture offre un large choix de techniques adaptées à chaque cas.

Au Québec, l’acupuncture est régie par un ordre. C’est donc une pratique réglementée et sécuritaire. Elle est classée comme une intervention de première ligne dans la santé, de façon préventive ou palliative. D’ailleurs, avec la crise actuelle des opioïdes, l’acupuncture devient une solution non pharmacologique de choix dans la gestion de la douleur.

TECHNIQUES ET OUTILS

L’acupuncture utilise bien sûr des aiguilles ; elle est connue pour cela. Celles-ci sont stériles et à usage unique. Elles sont également très fines et leur insertion se fait habituellement sans douleur. De petites sensations passagère comme une lourdeur, une chaleur ou un léger courant peuvent cependant être ressenties. Elles sont posées à des points précis, les fameux points d’acupuncture, pour en stimuler les propriétés.

Outre les aiguilles, d’autres outils complémentaires peuvent être utilisés lors d’un traitement :

• L’électro-stimulation : léger courant électrique appliqué aux aiguilles pour augmenter la stimulation du point ;

• Les ventouses (en silicone ou en verre, fixes ou glissées) et le guasha (grattoir) sont utilisés pour activer la circulation, libérer les pathogènes, relâcher les muscles et soulager la douleur ;

• Le Tuina : massage chinois qui permet de défaire les blocages, activer la circulation et relâcher les tensions ;

• La moxibustion : à base d’armoise le Moxa est chauffé puis appliqué aux points d’acupuncture pour réchauffer, faire circuler le Qi ou chasser les pathogènes.

Au Québec, les acupuncteurs peuvent également suivre des formations continues afin de rajouter l’herbologie à leur pratique. Avec tout cet éventail d’outils, à quoi peut-on s’attendre lors d’un traitement ?

RENDEZ-VOUS TYPE

Lors du premier rendez-vous, l’acupuncteur fait le tour de l’historique santé du patient, afin d’avoir un portrait clair et global de la personne. Ensuite vient l’examen clinique avec la prise du pouls chinois, l’observation de la langue, la palpation et les évaluations articulaires, si nécessaire. Ces informations permettent de bien cerner le problème et de choisir le bon traitement. Ainsi, pour un rendez-vous d’une heure (durée habituelle), la pose des aiguilles dure en général de 10 à 30 minutes. Le nombre et la fréquence des traitements dépendent ensuite de la gravité de la condition, de sa chronicité, mais surtout de la vitalité de la personne. Ces critères peuvent en général être évalués après la première consultation.

Donc, que ce soit pour des douleurs chroniques ou non, une période de stress ou de surmenage, une baisse d’énergie ou des problèmes spécifiques, l’acupuncture peut vous aider à retrouver la santé et/ou améliorer votre qualité de vie, seule ou complémentaire à d’autres approches.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *