Accueil / Nos sens / L'Émotion / La tournée de la Grande Défriche

La tournée de la Grande Défriche

par Suzanne Vallières-Nollet

 

avril46

Le 5 mars dernier, à 8 h du matin, un équipage inusité s’élançait sur la route 148 Est, à Campbell’s Bay, à bord d’un vaisseau appelé « Mini-Vanne », en direction de l’Estrie et du Bas-Saint-Laurent. Sa mission ? Sortir de sa région rurale afin d’aller visiter deux autres régions rurales dynamiques et inventives, dans le but d’aller chercher solutions et inspirations à importer chez lui, dans le Pontiac. Kendal, Brieanna, Maryse, Arnaud et leurs deux accompagnatrices, Milly et Suzanne, sont donc partis à l’aventure. Et quelle aventure ! Premier arrêt : Magog ! Nous visitons la Villa Pierrot, un organisme qui offre logement et soutien aux jeunes mères monoparentales. « Ce sont les femmes de la Villa qui prennent les initiatives des projets, des activités. Les employés les soutiennent, mais ce sont les femmes résidentes qui sont au-devant ! », observe Arnaud. Nous discutons plus tard avec Romy, qui a participé à transformer le presbytère Saint-Patrice en auberge de jeunesse accueillante et abordable. Le lendemain, nous prenons la route de Saint-Camille, où nous rejoignons Sylvain et Katherine, deux citoyens impliqués dans les diverses initiatives de ce village plus qu’inspirant. Nous visitons Le P’tit Bonheur, un café-salle de spectacle où se déroulent deux fois par mois des dîners communautaires rassembleurs, ainsi qu’une programmation culturelle impressionnante pour ce village d’environ 500 habitants. Nous visitons la galerie d’art, un lieu « aussi important qu’une patinoire dans une communauté », nous dit Sylvain. Nous découvrons par la suite le centre des congrès aménagé dans l’église, le petit musée de la souvenance, le réseau de sentiers communautaires et plusieurs autres projets qui nous font rêver. « Les personnes qu’on a rencontrées aujourd’hui ont fait énormément pour leur village. Ça connecte les gens de la communauté ! », dit Kendal. Le mercredi matin, nous partons très tôt. Direction : le Kamouraska ! Notre premier arrêt est à la Pommetterie de Saint-Gabriel-Lalemant. « On est arrivés à la Pommetterie et la table était mise, de la belle vaisselle, une belle nappe, un repas quatre services… On a été reçus comme des rois ! », dit Milly. Autour de la table, Annie de Promotion Kamouraska nous parle de la région pendant que nous dégustons les plats de l’organisme Kam-Aide. Diane, directrice de la Pommetterie, nous explique les origines du projet, ainsi que les développements futurs. Émilie, agente de développement, s’informe sur les réalités des jeunes dans notre belle région du Pontiac. Les discussions sont riches, le partage s’étend des plats aux mots.

« Les personnes qu’on a rencontrées aujourd’hui ont fait énormément pour leur village. Ça connecte les gens de la communauté ! »

avril45

Nous quittons Saint-Gabriel-Lalemant pour nous rendre à Rivière-Ouelle, où nous rencontrons Philippe et Jean. Ils nous font visiter la Chapelle de la Pointe-aux-Orignaux, pour laquelle a été réfléchie une nouvelle vocation. Pour Brieanna, Kendal et Arnaud, c’est une première rencontre avec le vaste fleuve Saint-Laurent… mais sûrement pas la dernière ! Nous prenons ensuite la route de Rivière-du-Loup, où nous rencontrons Marie-Amélie Dubé, directrice de La Rumeur du Loup. « Marie-Amélie développe la revue de façon très intéressante. Elle m’a inspirée quand elle parlait de l’entraide et de la collaboration entre les différents entrepreneurs de la région ! », dit Milly. Jeudi matin, nous rencontrons Alain de l’atelier de menuiserie communautaire de Rivière-du-Loup. « J’ai aimé l’atelier de menuiserie. Et en plus, BONUS, ils ont du thé ! », souligne Brieanna. Nous reprenons ensuite la route pour aller visiter l’entreprise agrotouristique Les Alpagas d’Aldo, et soudainement, tout l’équipage veut avoir un bébé alpaga à la maison. « J’ai vu que l’on peut faire de l’agrotourisme en parallèle avec un autre emploi. Pour une petite production, avec visée éducative, c’est très réalisable ! », affirme Maryse, qui étudie présentement en agroéconomie. Nous dînons avec Alexandre Bibeau de la MRC de Kamouraska, et Odile Flibotte, de Place aux Jeunes. Nous discutons de l’importance de la fierté et des rêves en région. Ensuite, direction La Pocatière pour visiter Tandem-Jeunesse ! « C’était la première fois que je visitais une Auberge du coeur. J’ai trouvé que c’était très bien organisé », dit Milly. Nous terminons notre périple par une rencontre avec Vincent des Incroyables comestibles de La Pocatière, qui nous inspire quand il parle de plates-bandes comestibles et de l’Incroyable Soupe annuelle servie au marché local. Vendredi, c’est le retour dans le Pontiac. Huit heures de route pour dessiner l’avenir rêvé de notre région, pour réfléchir à ce que nous avons vécu ensemble, pour chérir le souvenir de ces rencontres chaleureuses et marquantes. Alors, le Kamou, quand est-ce qu’on se voit dans le Far Far Ouest du Québec ?

 

LE PONTIAC :
RÉGION AU NORD-OUEST DE GATINEAU. BORDÉE PAR LA RIVIÈRE DES OUTAOUAIS À L’OUEST, LE TÉMISCAMINGUE AU NORD.
POPULATION D’ENVIRON 14 000 HABITANTS.
40 % FRANCOPHONE, 60 % ANGLOPHONE.
RÉPUTÉE POUR LA FORESTERIE, LE HOUBLON, LA CHASSE ET LA PÊCHE.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La seconde chance aux vêtements

texte Priscilla Winling photo Virginie Caron   Que ce soit par son look flyé et ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *