Accueil / Nos sens / La Réflexion / La rumeur des dents

La rumeur des dents

texte Dr. Frédérique Ménager, Clinique Dentaire St-Antonin | photo Jean-François Lajoie

Je ne connais pas une vie plate sans aventures ni prise de risques…
Je varie… change, évolue…
Je fais ma coquette en décidant si oui ou non, et surtout comment, je le laisse la lumière me traverser…
Au fil de la vie, je tourne, me verse, fais même des rotations parfois… J’aime m’orner de fissures, voire de colorations diverses…
J’ai mon histoire. Mon vécu, mon passé.
Quand j’avais 20 ans j’étais belle et solide.
À 50 je le suis moins…

Je vieillis, m’affaiblis, m’effrite, car je ne sers pas juste de décoration intelligente ! Je participe à la mastication, je fais un dur travail. Et avec la vie moderne, même la nuit je subis des pressions quand mes propriétaires me serrent, voire me font danser… Donc, comme la peau qui devient moins tonique, mon émail s’amincit avec le temps. Ma dentine change un peu de teinte aussi, mais pas vers le blanc…

Car je suis IVOIRE. Pas blanche.

N’est-ce pas plus doux ? Plus spécifique ? Plus poétique, voire plus charmant, de parler de couleur ivoire plutôt que de la couleur blanc lavabo ?

Mes copines hollywoodiennes qui passent à la télévision vous renvoient une fausse idée avec leur habit éclatant de blancheur… monochrome… si loin de la réalité… Ces copines-là sont toutes identiques, blanches, sans âme, sans vie… (Merci la chirurgie esthétique !!!) Or, moi j’ai un dégradé naturel de couleur… Légèrement plus jaune vers la gencive, opaque vers le milieu et translucide vers le bord incisif… Mes collègues canines se distinguent par leurs formes et leur teinte toujours plus foncée que les autres ! Elles montrent qu’elles sont les cheffes ! Mais nous parlerons de cela plus tard.

Alors, je suis tellement heureuse de vivre dans une époque où mon ami dentiste a les moyens techniques de reproduire cette vie-là lorsqu’il me reconstruit. La possibilité de recréer ma magie, de me rendre mon âme tout simplement. Mes amies toutes blanches, comme des touches de piano, perdent leur beauté intrinsèque… cela me fait de la peine pour elles.
Il est vrai que dans ce monde de filtres pour selfie… qui travestissent la réalité vraie du corps de monsieur et madame tout le monde… donnent une fausse image de mes qualités naturelles…
Mais comprenez-moi bien. J’adore que l’on s’occupe de moi, que l’on me bichonne, que l’on me nettoie tous les six mois pour que ma partenaire gencive soit elle aussi en pleine forme !

Et quand je faiblis… Quel bonheur de rencontrer mon docteur qui me recrée telle que j’étais à mes 20 ans, solide, belle et étincelante avec ma robe de dégradé ivoire… Je sais que je redonne du plaisir à mes compagnons de la première heure. Et je souris, je croque, bref, je suis rayonnante ! Et je sais que toutes mes colocataires sont elles aussi au nirvana lorsque nous unissons nos forces et notre beauté pour donner un beau sourire à notre propriétaire. Car n’oublions pas, comme a dit Yves Duteil : « Et c’est parfois dans un regard, dans un sourire que sont cachés les mots qu’on n’a jamais su dire… » Oui, vous l’aurez compris : je suis amoureuse de mon dentiste qui ne voit que moi et fait tout pour moi !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Naviguer avec les enfants et les adolescents dans un océan d’écrans ?

texte Myriam Lapointe-Gagnon, doctorante en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières | photo @parcellesduquotidien C’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *