Accueil / Nos sens / L'Ouïe / « La poésie, c’est dire autrement… »

« La poésie, c’est dire autrement… »

texte Marie-Josée Saindon, enseignante de français, École secondaire de St-Pascal de Kamouraska | photo Maxime Picard

David Goudreault. Ce nom te dit assurément quelque chose. La bête à sa mère ? C’est le titre de son premier roman, un incontournable à mettre sur ta liste de lecture si tu n’as pas encore eu le plaisir de déguster ses mots. Premier tome d’une trilogie, on ne peut que tomber sous le charme de son personnage complètement détestable, pourtant ; un voleur, un menteur, un manipulateur. Bref, un écorché vif, un vrai que la vie a oublié de doter de résilience ! Premier Québécois à remporter la Coupe du monde de slam de poésie à Paris en 2011, David est poète, slameur, écrivain, parolier. Cet artiste volubile manie la langue comme peu savent le faire. Teintées d’humour, de jeux de mots, ses tirades nous font réfléchir, sourire. Il faut avoir le cerveau « pas pris dans le Jell-O » pour comprendre toutes les subtilités qui lient ses mots.

Son spectacle Au bout de ta langue, qui a d’ailleurs été présenté au Cabaret des mauvaises habitudes le 29 janvier dernier, s’est vu honoré par bon nombre de prix : prix RADARTS, prix Accès culture, Prix du jury ROSEQ et le Prix Étoiles Stingray dans le cadre de la Bourse RIDEAU 2018. Les élèves de l’École secondaire Chanoine- Beaudet ont eu la chance (et toute une à part de ça !!!) de côtoyer ce grand amoureux des mots pendant deux heures trente. Ils ont d’abord participé à un atelier d’écriture, pour ensuite assister à son spectacle. Dire à des ados qu’ils allaient vivre un atelier de création poétique, je vous jure que la partie était presque perdue d’avance. Or, ils ne savaient assurément pas à qui ils auraient affaire. David, par son approche humaine, son humour, son côté verbomoteur, a immédiatement conquis l’ensemble des élèves (et même les profs). Il leur a fait réaliser qu’ils consomment de la poésie chaque jour par l’entremise de la chanson. Voilà… la poésie semblait déjà moins archaïque. Ouvrant son atelier sur l’historique du slam, il voulait surtout prouver aux élèves que la poésie est un style d’écriture accessible lui enlevant les étiquettes « ennuyeuse, austère, morne, sérieuse » qui lui collent si régulièrement à la peau dans la tête des ados. La poésie, c’est tout simplement « dire autrement ». Parce qu’écrire, c’est libérateur, ça soulage et ça fait du bien et que, malgré des idées préconçues, l’écriture poétique a mille et un visages et il est facile de lui donner notre propre couleur.

Il en a profité au passage pour glisser quelques notions théoriques essentielles sur la poésie afin de guider leur écriture. Un thème, quelques mots clés, des idées et les voilà, mes élèves, partis en pleine création. Il n’en fallait pas plus pour qu’en 14 minutes (eh oui !, seulement !), chacun écrive un poème dans le but d’en faire une performance de slam. Dans un silence d’or, les yeux rivés sur leur page, les mots se sont écrits. Et ce qu’ils ont couché sur papier était fabuleux, magistral. Des textes extraordinaires, remplis d’émotions, de figures de style, d’images, ont été lus dans une performance de slam par quelques élèves. Ils m’ont impressionnée, je vous le jure ! Je crois même qu’ils se sont auto-impressionnés ! Par la suite, durant une heure si vite passée, Goudreault a présenté une partie de son spectacle où se marient humour, poés ie, références à la culture et aux grands poètes, faisant de subtils messages aux ados sur l’importance de ne jamais lâcher, de persévérer et de ne pas laisser la consommation envahir leur vie. Il relate son parcours hasardeux et rend hommage à Francine, cette prof de français qui lui a, en quelque sorte, permis de ne pas devenir un décrocheur. Tout ça parsemé d’envolées lyriques et de mots qui frappent et font réfléchir, sans pour autant leur faire la morale. Plusieurs ont même avoué que c’était le meilleur invité qu’ils avaient eu la chance de voir depuis leur entrée au secondaire. Mission accomplie ! Charmée. Je crois que les élèves l’ont été tout autant que moi. Et juste comme ça, j’ai eu ouï-dire qu’il serait de retour dans la région à l’automne. Ne manque pas ta chance une deuxième fois si tu as raté sa venue en janvier !

P.S. On ne peut passer sous silence la participation de la Corporation régionale de la salle André-Gagnon de La Pocatière qui a permis à nos 110 élèves d’assister au spectacle ainsi que la contribution financière de la MRC de Kamouraska et du Conseil des arts et des lettres du Québec qui ont offert gratuitement l’atelier d’écriture à 65 jeunes de 4e et 5e secondaire. Un immense merci à madame Doris Ouellet, directrice générale de la salle André-Gagnon qui a orchestré le tout.

C’est dans ses envolées lyriques et son humour parfait que David Goudreault a initié les jeunes à la poésie. Après une heure, c’est eux qui devaient prendre la plume.Voilà ce que les élèves avaient comme contraintes pour écrire leur poème. Et voici le résultat obtenu !

• 12 minutes
• 7 figures de style : comparaison, allitération, assonance, anaphore, anadiplose, concaténation et métaphore.
• un thème : écrire comme titre le nom d’une personne qui évoque des éléments importants pour nous.
• une tempête d’idées : 10 mots en lien avec cette personne.

PAR TON COURAGE
Ils ont été sauvés
Sauvés de la menace que tu as éradiquée
Le destin a été ton meilleur allié
Alliés qui ont tous combattu pour le rouge et le blanc
Tel un tigre, tu as foncé tête baissée
Toujours sans savoir quand la mort allait frapper
Aujourd’hui, tu es mon exemple
Exemple de fierté et d’honnêteté
Aujourd’hui, je vis ma vie
Dans la paix avec mes amis
Jacob Bérubé

LULU
Mon lulu, je m’ennuie
Je m’ennuie de ton macaroni
Ton macaroni tout garni
Garni de tout plein de talent
Mon Lulu, je m’ennuie
Je m’ennuie de ton grand coeur
Ton grand coeur dans la lueur.
Grâce à toi,
une erreur n’a été
qu’une façon d’apprendre.
Jeane Pelletier

À TOI CLAUDIE
Ce fut un jour ensoleillé, une journée d’été
Remplie de bonheur et de jolies fleurs
Mais au même moment,
ma vie s’est métamorphosée
Car ma petite fleur s’est fanée, s’est éteinte…
Va-t’en en enfer sale VTT,
Toi beauté, va au paradis
Je te rejoindrais un jour grande soeur
Pour passer les moments
que le destin nous a enlevés
À toi Claudie, ma petite fleur,
mon ange gardien
Prends soin de toi et de ton entourage,
Nous ta famille, un jour, on se retrouvera…
Tomy Ouellet

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Bienvenue aux étudiants internationaux

texte et photo Sara Dumais-April Chaque année, après les semaines intenses de la saison touristique, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *