Accueil / Nos sens / La Vue / La petite histoire de la grosse tête d’Indien

La petite histoire de la grosse tête d’Indien

par Fabienne Gingras, photo de Busque

 

En 1999, le Malécite Bernard Jenniss, résident de Rivière-du-Loup, ouvre un comptoir de vente d’artisanat « indien », dans un petit chalet appartenant à Jacques Damours, situé à proximité du restaurant Le Boucaneux, à la pointe de Rivière-du-Loup.

 

Ce faisant, il réinstaure l’époque des « petites cabanes d’artisanats » des années passées. Pour souligner l’évènement, monsieur Jean-Noël Tardif, propriétaire à cette époque du Château de Rêves (Noël au Château), lui fait don de la « tête d’Indien », qui fut installée à proximité du petit kiosque d’artisanat, le regard tourné vers le fleuve. De nos jours, la « tête d’Indien » comme on l’appelle, accueille les visiteurs et veille sur le territoire de ses ancêtres ! Sans doute l’une des attractions les plus photographiées à Rivière-du-Loup, elle appartient aujourd’hui à monsieur Jacques Damours (resto Le Boucaneux) qui en prend grand soin et qui ne ménage pas ses efforts pour lui redonner fière allure année après année.

 

teteindien

 

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Le loisir au coeur de la vie

Rencontre avec Jacqueline Gagné | texte Malory Thibodeau   La précision dans les jeux d’adresse. ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *