La pandémie, dans les yeux d’une ado

Texte | Alyssa Rousseau
Photo | Meldo

Depuis déjà maintenant deux ans, nous vivons toutes et tous dans l’inconnu et dans la peur. Cette situation est complètement hors du commun. Bien évidemment, plusieurs vivent cette situation d’une façon différente, ce qui est tout à fait normal, car nous sommes tous différents. Aujourd’hui, je parle au nom des gens de mon âge, les adolescents. À l’adolescence, nous avons besoins de voir nos amis, de sortir et de faire du sport. Toutes ces activités nous aident grandement à extérioriser nos émotions, à se découvrir en tant que personne et à s’épanouir. Nous sommes malheureusement par la force des choses privé de tout cela. Notre santé mentale et celle de plusieurs groupes d’âge¸ est grandement affectée, et ce n’est pas tout le monde qui a les ressources nécessaires pour s’en sortir. C’est ce que je trouve le plus triste dans cette situation.

Pour ce faire, je vous partage quelques trucs qui pour moi ont été utiles. Premièrement, prenez soin de vous du mieux que vous pouvez : appelez vos amis, faites du sport, allez dehors, faites ce qui vous fait sentir bien. Cela est extrêmement difficile, oui il faut l’admettre, voir même terrifiant, mais pourquoi ne pas essayer de voir cette pandémie mondiale d’un autre œil? Elle nous sert à apprécier chaque petit moment de la vie qui est souvent en temps réel banal et normal à nos yeux. Qui aurait cru, il y a trois ans, que de pouvoir fêter Noël avec ses proches et voir ses amis serait une chance? Notre vie « avant pandémie » nous permettait une liberté que nous considérions acquise qui nous a été brusquement enlevée. J’espère lorsque notre vie reviendra à la normale, chacun de nous garderas en tête que ce que nous avons est extrêmement précieux et que la vie est si fragile. Selon moi, le plus gros point positif de la pandémie est d’être capable d’apprécier chaque seconde qui passe et de les vivre à 100%. S’il y a une chose qui a pu nous aider à garder le moral c’est bien la technologie. Elle nous as permis de prendre des nouvelles de nos proches même à des kilomètres de distance, par le biais des appels face time et des textos. Elle nous a même permis de continuer notre parcours scolaire à distance. Pour ma part, j’ai trouvé cette façon de faire plutôt difficile par moment, cependant je trouve que cela m’a permis de développer d’autres compétences. Oui, la pandémie, la covid-19, peu importe comment vous l’appeler apporte de nombreuses conséquences au sein de notre société, mais il ne faut pas lâcher! N’oubliez pas que dans les temps les plus difficiles, il peut toujours en ressortir du positif et que bien sûr, la priorité c’est vous et vos proches!

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Entre les branches : Catherine Perrin et invités aux Thés littéraires du CLAC

Texte | Camille Bernier, agente culturelle du CLACPhotos | Mathieu Gosselin Cet article est le …

Un commentaire

  1. Très bien résumé, ça démontre le courage que nos ados font preuve, comme adultes soyons solidaires . Bravo Aly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *