La naissance d’une belle collaboration

Texte | Laura Chénard, agente de communication et marketing

Fraîchement arrivée en poste à Rivière-du-Loup en spectacles il y a quelques semaines, j’ai d’abord pris connaissance des différents dossiers qui deviendraient miens. Ma valise à peine posée, je m’accoutumais à mon nouvel environnement de travail et découvrais avec enchantement la scène culturelle louperivoise. Par souci de compréhension et de curiosité,
je me suis ensuite interrogée sur les différents enjeux des arts de la scène, notamment sur la place qu’occupent les jeunes sur la scène culturelle de la région. Mes interrogations arrivaient à point nommé lorsque j’ai fait la rencontre de Pascal Morin, directeur général au Dôme, la nouvelle Maison des jeunes de Rivière-du-Loup. Épatée par leurs installations scéniques conjuguées à l’ambition de Pascal, j’ai, dès lors, senti qu’une belle collaboration allait naître.

LES JEUNES À L’AVANT-SCÈNE
Quelle tribune est offerte à la relève et aux jeunes désirant s’initier et s’émanciper dans les arts de la scène ? Parce qu’on est d’accord, Rivière-du-Loup regorge de jeunes dont le talent, l’ambition et la curiosité ne manquent pas. Avec une programmation culturelle qui cherche constamment à se renouveler et à satisfaire un vaste public, Rivière-du-Loup en spectacles a de quoi satisfaire les envies des avides consommateur·trice·s des arts de la scène. Toutefois, Pascal et moi avons longuement discuté de l’importance d’offrir une tribune aux jeunes dans laquelle ceux·celles-ci auraient également le loisir de s’exprimer au moyen des arts. Le directeur général du Dôme désire mettre de l’avant l’accès à la scène pour promouvoir la relève musicale. Pour Pascal, la Maison des jeunes n’est pas seulement un lieu d’aide et d’accueil pour les jeunes dans le besoin, mais également un lieu de développement et de réalisation. Il veut les amener à exploiter leur passion, à forger leur identité et leur offrir une place de création.

La mission de Rivière-du-Loup en spectacles consiste à rendre les arts de la scène accessibles et à soutenir la création artistique au sein de la communauté régionale. L’organisme à but non lucratif souhaite offrir un large éventail de spectacles pour rejoindre un public diversifié et offrir de la culture pour tous les goûts. Rendre les arts et la culture encore plus accessibles à la relève, cela constitue un élément au coeur de nos préoccupations. C’est dans cette visée que Rivière-du-Loup en spectacles se montrerait ravi d’offrir des premières parties aux jeunes qui sauraient se démarquer et dont le style artistique se marierait bien avec des artistes de notre programmation. Nous travaillons déjà avec des artistes de la relève de la région et nous nous réjouirions de collaborer avec la Maison des jeunes dans un futur proche.

De plus, depuis plusieurs années, notre organisme a permis aux écoles du KRTB d’assister à une variété de spectacles, spécialement adressés aux jeunes. Selon nous, le contact avec la culture est essentiel pour permettre aux jeunes de s’initier, de développer un intérêt pour l’art et même d’atteindre de meilleurs résultats scolaires. Nous leur proposons diverses références artistiques et sources d’inspiration pour le développement de leur esprit critique. Encore cette année, notre offre culturelle aux écoles a rejoint des milliers d’élèves et s’ajoutera prochainement la présentation de la pièce de théâtre Le malade imaginaire, le 19 mars. Dans la même visée, nous poursuivons cet accès à la culture avec divers spectacles de notre programmation des Shows du garage, au Centre culturel Berger et au Cabaret des mauvaises habitudes, touchant un public d’ados et de jeunes adultes.

Des projets pour mettre de l’avant et donner le micro aux jeunes de la relève, Pascal en a plein la tête, ce qui coïncide parfaitement avec notre volonté d’adresser une offre culturelle encore plus adaptée aux jeunes. Avec des artistes tels que Les Louanges, qui fouleront les planches du Cabaret des mauvaises habitudes le 25 mars prochain, on propose un spectacle qui s’adresse à une clientèle plus jeune tout en rejoignant une clientèle plus âgée ; un public fervent du funk des années 70. Avec Alex Nevsky le 14 mars et Coeur de pirate le 28 mars au Centre culturel Berger, nous relançons les jeunes à venir découvrir ces spectacles d’envergure avec une production de grande qualité.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *