La conciliation travail-famille sur le territoire de la MRC Les Basques

Texte | Denis Lachance, intervenant en paternité de la Maison de la Famille des Basques
Image d’en-tête | Chuck Underwood de pixabay.com

Le contexte actuel de la pandémie mondiale a changé drastiquement nos manières de travailler et de concilier les responsabilités professionnelles et familiales. Si avant la COVID-19, une grande proportion d’employeurs québécois étaient réticents de permettre à certains employés de faire du télétravail, force est d’admettre que cette mesure s’est vite imposée comme une norme pour plusieurs. Il en va de même pour la flexibilité des horaires de travail. Comment se portait la conciliation travail-famille au sein des entreprises de la MRC Les Basques avant la COVID-19? La Maison de la Famille des Basques a réalisée une enquête sur le sujet en 2018 auprès de 100 parents et a dégagé plusieurs constats.

La conciliation travail-famille au Québec avant la COVID-19

Qu’est-ce qui explique que la conciliation travail-famille est un sujet d’actualité depuis plus d’une décennie? La fin du 20e siècle a été marquée par une augmentation de femmes sur le marché du travail et des départs massifs à la retraite, par un nombre accru de parents qui doivent composer avec les réalités d’une garde partagée et par l‘essor des technologies de l’information qui modifie les façons de travailler. Le Québec vit présentement à l’ère du plein emploi où plusieurs secteurs d’activités sont touchés. Selon Emploi Québec, d’ici 2024, plus de 240 000 nouveaux postes seront créés et plus de 1 131 800 de départs à la retraite sont prévus. Dans cette perspective, considérant les enjeux importants vécus par les familles, il est d’autant plus important pour les employeurs d’être sensibles aux besoins des employés, et par conséquent, de se démarquer en offrant des mesures de conciliation travail-famille.

Dans la dernière décennie, plusieurs études et sondages québécois ont été réalisés tant auprès des parents qu’auprès des entreprises. Par exemple, l’Enquête québécoise sur l’expérience des parents d’enfants de 0 à 5 ans a permis de constater que 66% des parents ayant des enfants âgés entre 0 et 5 ans sont plus susceptibles de vivre du stress lié à la conciliation travail-famille. Un sondage Léger a montré que 55% des parents n’hésiteraient pas à changer d’emploi si on leur offrait de meilleures conditions de conciliation travail-familles.

Le Ministère de la Famille du Québec a réalisé un sondage d’envergure auprès de 7958 employeurs, sondage dans lequel on note que 90% d’entres-eux disent offrir des mesures de conciliation travail-famille. Ces mesures auraient été implantées en lien avec les besoins exprimés par les employés et 75% d’entres elles se seraient faite à coût nul. Malgré ces données encourageantes, il n’en reste pas moins que 36% de parents affirment que leur employeur n’offre aucune mesure. Les parents ayant des horaires atypiques (72%) et une faible scolarisation (44%) seraient plus touchés.

Les sondages et les études ont démontré l’importance d’une saine conciliation travail-famille. Elle aide à maintenir l’équilibre, diminuer le taux de stress et le niveau de conflit dans les familles et contribue des univers où nos tout-petits peuvent se développer sainement. Connaître ces réalités a fait bouger les normes du travail en ce sens. Il suffit de penser aux congés liés au Régime québécois d’assurances parentales qui offre des congés à la mère, au père ainsi qu’aux parents adoptifs ou, aux congés que le parent peut prendre pour obligations familiales ou parentales. Qu’en est-il de la réalité de la MRC Les Basques?

La MRC Les Basques sous la loupe

Dans le but de mieux connaître les réalités et les besoins des parents de la MRC des Basques, à l’hiver 2018, la Maison de la Famille des Basques a réalisé une enquête sur la conciliation travail-famille. Une centaine de parents y ont répondu dont 24 pères et 77 mères. Deux volets ont été élaborés en profondeur : les mesures de conciliation travail-famille disponibles et celles qu’ils aimeraient avoir pour faciliter leur routine, ainsi que le partage des tâches à la maison. Sachant qu’une grande proportion des travailleurs de la MRC occupe un emploi saisonnier, agricole, atypique ou à l’extérieur de la région, nous souhaitions comprendre comment les parents de la MRC Les Basques parviennent ou non à concilier les responsabilités liées au travail et à s’occuper de leur famille.

Les mesures conciliation travail-famille

Le Ministère de la Famille et des Aînés défini les mesures de conciliation travail-famille comme des solutions qui s’offrent aux entreprises pour répondre aux besoins de leur personnel[1]. Les mesures sont regroupées en 6 catégories : la gestion de la conciliation travail-famille, l’adaptabilité de l’organisation du travail, l’aménagement du temps de travail, les congés, la flexibilité dans le lieu de travail et les services ou biens offerts sur les lieux de travail. Dans les Basques, 66% des parents éprouvent de la difficulté à concilier de travail et la famille. Les raisons qui expliquent cette réalité sont liées aux exigences du travail (29%), aux exigences de la vie familiale (23%) et aux horaires atypiques des conjoints(es). Pour les parents, 5 mesures ont été jugés indispensables. Près de 9 parents sur 10 souhaitent bénéficier de congés pour des raisons personnelles ou familiales, 63% d’entre eux aimeraient avoir des horaires flexibles et 1 parent sur 2 voudrait avoir accès à une banque d’heures, des congés sans solde et avoir la latitude de réintégrer progressivement le travail suite à un congé de maternité ou parentale. Près de la moitié des répondants ont estimé qu’une semaine idéale de travail qui permettrait un sain équilibre travail-famille serait de 28 à 33 heures. Cette semaine dite idéale favoriserait-elle un meilleur partage des tâches entre conjoint(e)?

Le partage des responsabilités familiales entre conjoints.es

Concilier sainement le travail et la famille, entre conjoints.es, repose sur une bonne gestion du quotidien. De par la multitude des tâches à accomplir pour maintenir l’équilibre familiale, la conciliation travail-famille pose un défi au niveau du partage des responsabilités familiales. Le défi est augmenté lorsque les enfants sont âgés entre 0 et 5 ans, la famille compte plusieurs enfants ou 1 enfant présentant des besoins particuliers, l’absence d’un conjoint, un faible réseau social, lorsque les 2 parents occupent un emploi, les horaires atypiques, etc. Selon l’Institut de la statistique du Québec, près des deux tiers (63%) des deux parents occupent un emploi. Dans le quotidien des mères québécoises, il s’avère que les mères sont en proportion, moins satisfaites que les pères du partage des tâches domestiques et du partage des tâches liées aux soins et à l’éducation des enfants. Dans la MRC Les Basques, une mère sur trois (1/3) contre un père sur 4 (1/4) se dit mécontent du partage des responsabilités familiales dans le couple. L’enquête a démontré que 53% des parents vivent avec une charge mentale difficile. La charge mentale se rapporte aux préoccupations, aux inquiétudes, aux responsabilités et au fardeau qui pèse ou non sur les parents dans la gestion du foyer. Les tâches domestiques, les soins aux enfants, les suivis scolaires en sont quelques exemples. Cette charge peut être vécue tant par les hommes que les femmes. Selon les données de notre enquête, 43% des pères disent que leur conjointe a plus de latitude et de souplesse dans l’organisation du temps de travail et 42% des mères nomment que leur conjoint a moins de latitude et de souplesse qu’elles. Est-ce que les pères sont à l’écoute de leurs besoins et les manifestent-ils à leurs employeurs? Les employeurs sont-ils à l’écoute des besoins des pères?

Une tournée des employeurs

Suite à l’analyse des données de l’enquête réalisée auprès des parents en 2018, plus de 25 employeurs de la MRC Les Basques ont été rencontrés et une trentaine d’autres ont reçu une pochette de sensibilisation liée aux réalités parentales et à la conciliation travail-famille. Le constat est clair. La majorité des employeurs se disent conscients des réalités familiales de leurs employés et se disent ouverts à répondre à leurs besoins en termes de conciliation travail-famille. Plusieurs employeurs se sentent compréhensifs lorsqu’un employé quitte durant quelques heures sur un quart de travail pour se rendre à un rendez-vous médical de leur enfant, pour participer à une causerie à la garderie ou assister au concert de fin d’année d’un enfant. Certains employeurs ont même observé une augmentation de pères qui adhèrent aux congés parentaux offerts par le RQAP. Si cette ouverture est salutaire, il n’en reste pas moins qu’il reste du travail à faire pour plusieurs entreprises, et ce, malgré l’ouverture dont elles font preuve. Les données de l’enquête de 2018 ont démontré que 54% des répondants travaillent dans une entreprise qui offre un cadre clair quant aux mesures offertes aux employés. Nos données indiquent que 29% des travailleurs ont des ententes personnelles non écrites et 17% apprennent par des rumeurs qui circulent dans l’entreprise, qu’ils ont peut-être accès à telle ou telle mesure. L’avantage d’offrir un cadre clair à travers une politique de travail, par exemple, prémuni l’employeur des débordements possibles, de la rivalité entre collègues et aide à la satisfaction, à la rétention et à l’attractivité des employés. Qui plus est, il n’y a pas de meilleure piste à suivre pour un employeur qui veut innover à faible coût, que de prendre le temps de comprendre les besoins des employés en terme de conciliation travail-famille et de mettre en place des mesures qui favoriseront leur bien-être.

  Encourager un mode de vie physiquement actif

La vie de parent et de travailleur apporte son lot de défis. L’un d’eux est de se maintenir physiquement actif. L’activité physique contribue au bien-être et à la qualité de vie des individus en augmentant la concentration, la motivation, la vitalité et prévient la dépression. Pour l’employeur, encourager un mode de vie physiquement actif aide à diminuer les accidents de travail, réduit l’absentéisme, améliore le climat de travail et augmente la productivité. Comment trouver l’espace et le temps à travers la vie de famille et le travail? Dans le cadre de la Stratégie nationale sur la main-d’œuvre 2018-2023, le Gouvernement du Québec a prévu une mesure à cette fin. La Mesure 47 vise à « Favoriser l’activité physique en milieu de travail. » Pour déployer cette mesure, le « Programme d’aide financière aux entreprises en matière d’activités physiques 2019-2023 » offre aux entreprises de 5 à 499 employés de postuler à un appel de projet annuellement. Parmi les projets possibles, le programme prévoit l’aménagement d’installation sportive sur le lieu de travail, l’achat de matériel et d’équipements ainsi que l’organisation et la promotion des activités physiques. Concrètement, dans Les Basques, une entreprise a adoptée une stratégie de recrutement et de rétention misant sur la santé de ses employés. L’entreprise Fibres de verre Rioux, située à Sainte-Françoise, a reçu un financement de 40 000$ pour l’aménagement d’un gymnase accessible aux employés et à leurs conjoints. Voilà une belle preuve d’innovation!

En conclusion

Dans l’ère du plein emploi qui touche le Québec et de la pandémie mondiale, il est primordiale pour les entreprise de faire preuve non seulement de flexibilité auprès des pères et des mères, mais aussi d’innovation. Offrir un salaire avantageux et des avantages sociaux est certes intéressant, mais il n’en reste pas moins que les parents québécois, particulièrement les générations qui entrent sur le marché du travail, recherchent davantage un emploi qui leur permet d’être présents au sein du noyau familial. Selon L’œil du recruteur, la réputation de l’entreprise est le premier critère de choix d’un emploi en 2018, suivi de l’équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. Arrive en cinquième, le salaire et les avantages sociaux. La preuve n’est plus à faire, on peut maintenant affirmer qu’un employeur qui offre de bonnes mesures de conciliation travail-famille donne un avantage concurrentiel à son entreprise.

[1]https://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/ctf-outils-0-Intro.pdf

Références

LAVOIE, Amélie. (2015) Tiré de l’Enquête québécoise sur l’expérience des parents d’enfants de 0 à 5 ans. Le partage des tâches familiales : coup d’œil sur la satisfaction des mères et des pères ayant de jeunes enfants au Québec. Institut de la statistique du Québec. 

LAVOIE, A. (2016). « Les défis de la conciliation travail-famille chez les parents salariés : un portrait à partir de l’Enquête québécoise sur l’expérience des parents d’enfants de 0 à 5 ans 2015 », Institut de la statistique du Québec, Québec, 60 pages.

LACHANCE, D. (2018). « Enquête conciliation travail-famille MRC Les Basques : un portrait de la situation dans la MRC Les Basques », 37 pages.

Références Internet

Œil du recruteur
https://oeildurecruteur.ca/5-criteres-infaillibles-pour-bien-choisir-ton-futur-employeur/

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Laura Chénard – Entrevue [Balado]

Laura Chénard, agente de communication et marketing pour Rivière-du-Loup En Spectacles, nous parle du retour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *