Accueil / Nos sens / L'Émotion / Koohoony : Folie, audace et huile de coco !

Koohoony : Folie, audace et huile de coco !

texte Marie-Amélie Dubé | photos Catherine Roy

Rencontrée dans sa boutique à Cacouna ouverte depuis le vendredi 13 juillet 2018 (oui, vous avez bien lu !), Annie Bélanger, originaire de Pohénégamook est un spécimen rare d’authenticité. Vous pouvez le constater par vous-même, en allant écouter les capsules vidéo mises en ligne via la page Facebook de Koohoony. Véritable boute-en-train, rieuse, TRÈS gaffeuse et surtout PAS MAL attachante, elle a fait le pari d’oser être elle-même à 2000 % depuis 3 ans déjà ! Avant de sauter à pieds joints dans la vie trépidante de l’entrepreneuriat, Annie Bélanger a été commis aux pièces dans une entreprise de machinerie forestière et de moteur diésel, alors qu’elle ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam ce domaine. « Quand je ne connais pas un sujet, c’est pas compliqué, je fouille et je lis des livres ou des modes d’emploi jusqu’à ce que je maîtrise le tout ! Veux-tu que je te vende un basket de pompe power steering ? » (Rires.) Elle avait auparavant travaillé pendant 10 ans dans des boutiques comme vendeuse et gérante. Bref, un jour la vie lui a montré la porte de sortie des boulots conventionnels de 9 h à 17h et des emplois de soir et de fin de semaine. Un monstre de DIY (do it yourself) allait alors naître… Watch out !

AU DÉPART, IL Y EUT L’HUILE DE COCO

2013 : Annie fait un dégât alors qu’elle cuisine un dessert à la maison… Jusqu’à maintenant, personne n’est surpris ! C’est après s’être lavé les mains, remplies de sucre et d’huile de coco, qu’elle s’est rendu compte de l’efficacité de ce mélange pour rendre ses mains si douces. « Qu’on se le dise, je suis madame Petits produits. J’aime… Non, que dis-je ? JE TIENS à ce que ma peau soit comme celle d’un bébé fait de soie, couché sur un nuage de plumes, parfumé par Dieu lui-même, rien de moins », explique Annie.

2014 : Soucieuse d’aider ses proches avec leurs petits problèmes de santé et de tendre vers l’utilisation de produits sains et naturels pour ses propres besoins, Annie commence à concocter d’autres produits, fait des mélanges, jette un million d’essais visqueux et non concluants, fouille dans des livres pour connaître les propriétés, consulte des amis pharmaciens. Elle finit, 4 ans plus tard, par développer une gamme de produits. Dès ce moment, elle décide de partager avec son entourage ses trouvailles culinaires en offrant des cadeaux faits main lors de mariages et de fêtes. Le feu pogne dans l’shed ! Les gens adoooorent ses produits ! Annie poursuit son projet…

2015 : Lors d’une promenade en forêt, elle réfléchit à son nom de compagnie. Combien de gens lui ont déjà chanté « Ani couni cha ouani », ce chant autochtone connu de tous ? Pourquoi ne pas s’en inspirer ? Car ses produits tendent vers l’équilibre avec la nature, tout comme le peuple autochtone. C’est ainsi que les produits Koohoony émergent du fin fond des bois et que l’imagerie autochtone devient la base iconographique pour la création de son logo et de toutes ses étiquettes de produits, conceptualisés par l’oeil et la main magique de sa cousine Émilie, graphiste.

2016 : C’est en mai qu’Uniprix Saint-Antonin offre une première fenêtre de visibilité à l’autodidacte. C’est le coup d’envoi ! En juillet, ODO SPA de Pohénégamook lui propose d’utiliser ses produits pour offrir leurs soins. Ils mettent donc un présentoir de ses produits sur place et lui demandent de développer une collection exclusive. Le feu est pogné dans l’shed, prise 2 !

UNE BOUTIQUE DIGNE DE PINTEREST
Deux ans plus tard, la voilà dans son atelier-boutique à créer des produits de soins personnels et de détente faits à la main à base de produits naturels, et ce, à temps plein. C’est plus d’une cinquantaine de produits pour le corps, le visage, la barbe et pour la maison qu’elle a développés. Ils sont à base d’huile de coco, d’huile de tournesol, d’huiles essentielles, d’extraits botaniques d’argousier et d’églantier, de thé vert, de beurre de cacao, de cire de candelilla, de beurre de café, de pétales de rose, de fleurs de lavande et de feuilles de sauge provenant de fournisseurs canadiens dont les produits sont en majorité biologiques. Tous les zestes d’agrume sont faits à la main par la créatrice. Et l’ingrédient suprême, c’est l’amour qu’elle y met ! Ça, pas besoin de le commander chez son fournisseur, elle en a en quantité industrielle pour faire ses produits. « Je m’épanouis en aidant les gens dans la vie. Faut que je sorte ma créativité. Mon principe de base, c’est d’être humaine ! », mentionne Annie. Tous ses emballages sont éco-responsables et fabriqués en PIR (résine postindustrielle), en PET (polyéthylène téréphtalate), en aluminium ou en verre. Elle expédie ses commandes dans des boîtes de carton recyclé et compacte le tout avec de la fibre de tremble naturelle ; pas de bulles de plastique, de mousse de polystyrène ni d’autres matériaux synthétiques.

« Je m’épanouis en aidant les gens dans la vie. Faut que je sorte ma créativité. Mon principe de base, c’est d’être humaine ! »

Chez Koohoony, véritable repère Pinterest offrant un équilibre esthétique tout orné de blanc, de vert et de bois, vos yeux seront émerveillés par la coquetterie des lieux. « Je voulais sortir de chez moi et avoir une zone de création libre adaptée à mes besoins. Quand j’ai visité ce local à Cacouna, j’ai tout de suite eu le coup foudre ! C’est une question de feeling ! L’automne et l’hiver, ce sont mes deux grosses périodes de production ; l’été, c’est plus relax de mon côté. Et ici, c’est plus touristique, donc mon contexte de production se prêtait bien à l’emplacement. » Tant qu’à avoir un local, pourquoi ne pas y accueillir les gens pour un café ou un thé ? Une soirée de filles pour un bain de pieds, une fête d’enfants pour fabriquer son propre parfum ou une soirée de gars pour chouchouter sa barbe ? Une gamme de thés québécois, dont les thés sauvages des Jardins de la mer, les thés de Camellia Sinensis, de Monsieur T. et de Zyo, sont en vente pour l’achat personnel et à déguster sur place, ainsi que les cafés de la Brûlerie de l’Est. Après une randonnée au parc Kiskotuk, la boutique Koohoony est un must pour venir vous réchauffer ! « J’ai toujours voulu avoir un salon de thé. Pour moi, ce nouveau lieu est un équilibre entre la rencontre avec et entre les gens et ma création. » Pourquoi ne pas aussi avoir des produits d’artisans locaux ? Annie partage ses coups de coeur pour les artisans locaux du coin au sein de sa boutique. On y retrouve la cuillère à thé/café et les peignes à barbe d’Unik-Art, les créations de MERSiO, Bijou Bolieu, Lorette Belland et Bijou Voliez. « Si je peux collaborer avec d’autres artisans et qu’on se supporte mutuellement, why not ? »

BRAVO !
Jusqu’à maintenant, aucun regret n’accompagne sa décision. Elle a remporté les honneurs au Gala des Prestiges de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup en novembre dernier. Pas un prix, mais DEUX ! Le Prestige du travailleur autonome de l’année et le TRÈS convoité Prestige de l’entreprise de l’année. C’était la première fois en 43 ans qu’un travailleur autonome, qui plus est, une femme, remportait ce prix auquel aspirent tant les complets cravates et deux-pièces de ce monde ! La particularité de ce prix est qu’il est décerné grâce au choix du public qui vote en direct, durant la soirée, pour sélectionner le lauréat. Il faut dire que le discours de remerciement d’Annie fut grandiloquent. Son aisance (elle est venue sur scène nu-pieds pour ne pas se planter avec ses talons !), sa fougue et surtout sa touche humoristique bien à elle ont su charmer l’assemblée. Disons qu’elle se démarquait pas mal du lot avec ses tatouages et son envolée lyrique ! La preuve qu’être sur son X, qu’assumer son côté givré peut être un gage de réussite ! Bravo, Annie, d’oser être juste fucking TOI-MÊME ! Merci de remettre les lettres de noblesse aux travailleurs autonomes qui sont (encore souvent) mis à part des autres entreprises ou peu considérés en raison du nombre de 0 dans leur compte en banque. Et s’il y avait des banques qui calculaient les tonnes d’amour et de passion investies dans un projet, nous serions les plus riches !

À VENIR CHEZ KOOHOONY
27 avril
Le Testo-Fest
En collaboration avec la Maison des jeunes
Exposants, bouffe, linges, barbier, handpoke, bijoux, jeux vidéo vintage, DJ et soirée de poker.
www.koohoony.com

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Manger gourmand et local

texte Amélie Bureau et Stéphane Lussier, coordonnateur La Manne rouge, je récolte | photo Stéphane …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *