Accueil / Nos sens / L'Émotion / Kayak de mer et autisme

Kayak de mer et autisme

par Christian Morneault

 

La Rumeur du Loup a conservé le texte original afin que le lecteur puisse comprendre les difficultés de communication des personnes autistes.

 

J’ai écrit un article pour la revue, elle était trop longue, moi même je le réalisais. Une bonne amie m’a aidé et au lieu de régler le tous. Ça m’a fait frapper un mur d’aplon, me rappeler que c’est à l’écrit aussi mon problème à communiquer. Une fois arrangée je ne reconnaissait plus mon texte et il était encore trop long. Et là je réalisais encore une fois des symptômes qui me rattache à l’autisme, me mettre à la place du lecteur (l’empathie, bien que la question est complexe car j’en ai parfois). Puis je me suis sentie comme Don Quichotte ou bien un gars qui donne des coups d’épée dans l’eau je pense que même si j’ai suffisamment de symptômes autistiques pour être autiste et bien que plusieurs le crois rien de ça n’est certifié. Je suis-tu vraiment à ma place? C’est juste que je suis trop vieux, je veux dire à l’époque autiste asperger, ils n’avaient pas ça dans leur test. J’étais intelligent et j’ai donc échappé de justesse à la classe handicapée, comme pas mal tout les asperger de mon age qui avait des troubles à l’école. Il ne savait pas où me placer. Puis rendu à mon age, pour ce que ça coûte, ça ne me donnerait pas grand-chose un diagnostique et c’est une démarche compliquer. Beaucoup de mondes m’aiment, je ne suis pas si désagréable que ça, je parle et je suis capable de bien des choses. C’est souvent juste drôle ou mignon quand mon visage ou mon regard n’exprime pas la bonne affaire des comiques m’ont déjà appelé figure de pantin et par conséquent ça m’est aussi difficile de lire les visages et les yeux. Je suis souvent heureux j’ai bien hâte d’entendre les premiers chants de grenouille ça sera une grande fête à mes oreilles bien mieux que la fête de Noël. En plus que les conditions météo seront plus favorables pour le kayak.

« Je me promène en kayak sur l’autre route, la vraie, celle qui vit, le chemin d’eau. »

Souvent ça me fait tout drôle en dedans de discuter avec une personne autiste, on dirait qu’on se reconnaît, on se sent au même niveau et c’est bien mélangeant, car on n’est pas habitué à ça nous, les atomes crochus. C’est que ça ressemble à de l’amour pour nous mais on ne va pas avoir envie de se toucher pour ça, ni d’être ensemble tout le temps. Bien que l’amour, le vrai, beaucoup d’autistes Asperger en sont capables, mais il faut que tout soit exprimé en mots ou à l’écrit. Le problème c’est de se trouverer. C’est bien possible que je laisse mon kayak à quelque par pour allé voir mon amoureuse autiste et revenir continuer mon périple. C’est sur que j’ai pas la même résistance, je pourrais pas faire du gros bruit avec tout ça tout le long de ma route mais c’est ça un autiste ne peut pas sociabilisé tout le temps, c’est sur que s’il vient du monde me parler ça me feras plaisir, parlé à la caméra où à la radio, j’y arrive je l’ai fait pour les deux premièrs années surtout au départ. Pour l’été qui vient j’aimerais retourner vers la Gaspésie départ fin juin et poursuivre du côté Acadien, allé retour toujours en kayak de mer. Un kayak c’est capable d’en prendre, ça devrait bien aller. Il y aura des imprévues, des surprises. C’est fait quatre fois que je passe le cap de Forillon, je suis capable, ça a iras. Je me promène en kayak sur l’autre route, la vraie, celle qui vit, le chemin d’eau. De là on voit la vie d’un autre angle. Je vois bien mieux certaines choses comme la tête de chat de Cap-Chat, les parois qui pleurent de L’Anse-Pleureuse. J’ai une pagaie inuit inspirée de la région des îles Aléoutiennes et une autre plus petite de secours. Il y a pas mal juste moi qui utilise une pagaie longue comme ça, elle fait près de trois mètres et aussi ce n’est pas tout le monde qui l’a fabriqué à partir d’un arbre. Être gentil avec un autiste asperger c’est souvent seulement, de parlé en mot. On me dit je suis content de te voir et je ressens l’émotion mais je le ressentais pas lors de l’échange de sourire et de regard. Sans vous ça perd grandement de la valeur, aidé moi à ce que les petites différences ne soient plus mal perçues. Si je me trompe, aidé moi à le montré que c’est correcte d’être autiste, qu’ils n’ont pas besoin de ce cacher. Tous les très autistiques c’est humain, c’est l’intensité surtout qui change. J’ai plusieurs amis autistes que je suis heureux d’avoir comme amis. Moi mon affaire, c’est seulement un « Bonjour autiste » ou un bonsoir si c’est le soir, bien que j’aie parfois de la misère avec le bonsoir, il sort avec trop d’émotion. Bien sûr que tout le monde est accepté : les autistes de tout les ages, les parents et ceux qui ne sont pas autistes du tout. Simplement sur Expé-amis (www.facebook.com/groups/1573635466291006/) ou sur le bord de l’eau ou même pagayer avec moi pour ceux qui ont une embarcation. En signe d’encouragement aux autistes. Ne vous sentez pas mal, de me dire bonjour, même si vous ne donnez pas d’argent pour la cause de l’autisme, pauvre ou riche sont bien venu.

WWW.AUTISMEDELEST.ORG/FAIRE-UN-DON

mai25

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Comment faire mieux avec moins ?

texte Geneviève Malenfant-Robichaud   En cette époque de zéro déchet, de quartier de mini-maisons et ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *