Accueil / Nos sens / L'Émotion / Jeannine et le temps

Jeannine et le temps

texte Marie-Amélie Dubé

 

Entrer dans une résidence de personnes âgées pour la première fois en 27 ans. Cette lumière… ce vide… ce calme. Ces trois personnages qui s’érigent en hôtes des lieux accompagnés de Jeannine. Quelques voix en sourdine dans un lieu, au loin, qu’on devine être la cafétéria, puisqu’en émane une fine odeur de soupe aux légumes, mélangée à celle du café. Il était 9 h 15 à l’horloge avant d’entrer, maintenant le temps n’existe plus. Aspirée par un vortex de temps qui roule autrement. Une dame d’un certain âge à l’entrée attend le père Noël, de la visite, le Messie, des amis ou rien du tout. Elle prie avec le regard fixé sur le carrelage. Véritable scène qui happe et touche l’esprit. Solitude ? Quiétude ? Ou rien de tout cela ? Réfléchir trop assurément. Mettre l’observateur à OFF, le jugement et la sensibilité aussi !

 

A. : Oh ! Comme vous êtes coquette avec ce rouge à lèvres ! Vous attendez votre cavalier ?
Jeannine : Levant son regard vers son interlocuteur pour vérifier si c’est bien à elle qu’on parle. Oui ?

Rires

A. : Vous priez ?
Jeannine : Oui, tous les jours !
A. : Vous priez pour qui ?

Temps

Jeannine : Pour vous !
A. : Pour moi ?
Jeannine : Oui, pour que vous soyez en santé.
A. : Vous avez quel âge ?
Jeannine : J’ai 32 ans

Rires

A. : Ha ! Ha ! Ha ! Vous avez le sens de l’humour !

Temps

A. : Vous avez quel âge pour vrai ?
Jeannine : 32 ans.
A. : Vous voulez dire que vous avez 32 ans dans votre coeur.
Jeannine : Non, non, non partout, partout !

Rires

 

Le dossier Des histoires plein la tête est issu d’une collaboration entre le département de loisir du Cégep de Rivière-du-Loup et la Ville de Rivière-du-Loup. Rassembler en dyade un étudiant et un aîné pour que de cette rencontre émerge un récit, une histoire ; difficile de dire non à ce genre de projet. Les rapports intergénérationnels sont riches en apprentissages. Vieillir nous habille de passé, d’expériences, d’adaptations, de prises de conscience. Un fruit mûr se déguste avec tant de plaisir, si on prend le temps d’y goûter réellement.

** Film à voir prochainement mettant en image Il pleuvait des oiseaux, par la réalisatrice Louise Archambault, adapté du roman de Jocelyne Saucier. Une histoire d’aînés qui se retirent dans la forêt en Abitibi pour vivre leurs vieux jours. Une distribution d’acteurs québécois riche d’expérience, ça promet ! À suivre…

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Yves Harrisson, en éclaireur…

texte Pierre Sénéchal | photo Martin Boisvert Artiste prolifique, talentueux et résolument libre, Yves Harrisson …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *