Fenêtre sur le fjord

Texte et photo | Geneviève Blais

Déjà plus d’une semaine que je suis revenue du Saguenay-Lac-Saint-Jean, des vacances de 4 jours qui m’auront permis de découvrir pour une première fois, un endroit magnifique de notre beau Québec.

À proximité de Rivière-du-Loup, à partir du traversier vers Saint-Siméon, ça m’a pris environ 2 h 15 de route. Vraiment pas long pour faire un beau voyage mémorable ! Je me suis rendue plus spécifiquement à « Petit-Saguenay » et à « L’Anse-Saint-Jean ». Deux municipalités faisant partie de la MRC du Fjord-du-Saguenay, située dans la région administrative du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Aux deux endroits, j’ai pu être témoin de la belle richesse naturelle que nous avons au Québec ainsi que de l’accessibilité à la créativité, gratuitement, pour tous et toutes.

JOUR 1 : LE « QUAI » À PETIT-SAGUENAY

Dès mon arrivée, j’aperçois une affiche m’indiquant la possibilité d’aller observer le Fjord à partir d’un quai. Intriguée et excitée, je décide de m’y rendre. Le soleil était à sa fin de journée, il n’y avait pas de vent. La température était douce… comme si le temps s’était arrêté. C’était donc le moment idéal pour m’y rendre, comme il annonçait de la pluie pour les prochains jours. Ce fût alors ma première expérience avec l’intégration de l’art à l’architecture naturelle de la place : « Une fenêtre en bois » située près de l’eau. Tout simplement. Une fenêtre en bois nous permettant de « voir autrement le Fjord ». De rendre « accessible le Fjord ». De nous faire sentir « chez nous ». De nous apporter un sentiment «d’être à la maison », ici, dans cette forêt et cette immensité, tout en étant ailleurs. D’avoir une «fenêtre sur le monde qui nous entoure». J’ai été immédiatement émue par toute cette beauté. Et bien évidemment, je me suis alors amusée à prendre des photos pour immortaliser ce moment d’art au naturel.

JOUR 3 : LE « PONT COUVERT » DE L’ANSE-SAINT-JEAN

J’ai faim et il pleut. Je dois me rendre à l’évidence qu’il me sera impossible de manger dehors en « pique-nique », car mon réchaud ne m’aimera pas et mon lunch tombera à l’eau. Je me promène donc dans le village et j’aperçois une pancarte annonçant la direction d’un « Pont couvert ». Je m’y rends, car je trouve qu’il y a un cachet dans ce genre de vieux bâtiment et je me dis qu’il y aura peut-être un endroit à proximité où je pourrai manger. Rendue sur le pont, à ma grande surprise, je découvre plusieurs tableaux. Plus j’avance, plus de nouvelles peintures apparaissent. C’est magnifique ! Moi qui avais l’intention de le traverser « d’une traite », j’y prends finalement mon temps pour admirer chacune d’elles. Des scènes de la vie, des images de nature, de bâtiments,…Une exposition, là, gratuite, accessible ! Rendue de l’autre côté, j’aperçois une table à pique-nique avec un toit, sur le long de la rivière 😉 Merci la vie ! Je m’installe. Je mange et je m’amuse à prendre en photo le magnifique pont couvert artistique.

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Une portée de mots ; l’été littéraire du CLAC

Texte | Marie-Amélie Dubé Le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *