Accueil / Nos sens / La Réflexion / Faites partie des mutants

Faites partie des mutants

texte Julie-Caroline Veilleux, conseillère à la formation continue – KRTB, UQAR

Quand j’ai su que la Rumeur du Loup parlerait de l’école en mutation, une petite étincelle s’est allumée dans mon coeur et j’ai eu envie d’y prendre part… pour vous inviter. L’école. Le fondement de notre être en société. Le reflet de nos rêves. Là où l’on trace (ou retrace) notre chemin. Là où l’on envoie nos enfants s’épanouir. L’école qu’on critique sévèrement, ou qu’on encense. L’école qu’on a détestée, ou qui nous manque, parfois. L’école qui devient pour plusieurs un milieu de travail. Comme pour moi, en tant qu’agente de mutation, justement.

On admire l’école scandinave qui mise sur l’autonomie et la capacité des enfants à se nourrir eux-mêmes, tout au long de leur vie. On leur apprend à s’instruire et à se faire confiance. La suite, la connaît-on ? Adultes, ils sont de retour en formation plusieurs fois par année : à la demande des employeurs, par plaisir ou pour changer.

Qu’en est-il ici, de cette idée de formation tout au long de la vie ? Combien sommes-nous à accepter des responsabilités en nous disant : « Ouf, je vais l’apprendre sur le tas » ? À avoir du mal à suivre le rythme des changements ou à souhaiter pouvoir faire ceci, cela soi-même ? Qui s’oblige à mettre de côté sa curiosité intellectuelle faute d’opportunité ?

SUCCOMBEZ À VOS CURIOSITÉS
La voici, l’invitation : approprions-nous cette culture de formation continue ! Rassemblonsnous avec notre soif d’apprendre. Partagés, nos intérêts nourriront des projets qui nous permettront de repousser nos limites.
Réclamez des ateliers, des conférences et des perfectionnements sur mesure, à votre goût. Demandez à votre employeur de collaborer avec les experts locaux. Pourquoi pas ? Nos écoles sont remplies de ressources qui appartiennent à tou.te.s, financées à même nos taxes et impôts. Il y a cette énergie, là, à notre disposition, prête à se déployer pour épauler les êtres innovants et collaboratifs que nous devenons. Ça grouille déjà de projets créatifs et rassembleurs au Pavillon-de-l’Avenir, au Cégep et au bureau de l’UQAR au KRTB. La transmission des connaissances et du savoirfaire se fait autrement, ailleurs qu’en classe, en d’autres temps. Ça se transforme et c’est beau à voir !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La Anne en moi (Prix d’écriture Robertine-Barry)

texte Jade Purcell, élève de 5e secondaire, École polyvalente La Pocatière L’automne dernier, votre magazine …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *