Accueil / Nos sens / La Réflexion / Entretien avec Anne Hébert, directrice générale de L’OPHQ

Entretien avec Anne Hébert, directrice générale de L’OPHQ

illustration CAPRA

 

Rumeur du Loup : Quel est le mandat de l’OPHQ?

Anne Hébert : L’Office des personnes handicapées du Québec est un organisme gouvernemental créé en 1978. Il a donc 40 ans cette année. Il joue un rôle déterminant en matière de conseil, de coordination et de concertation en vue de réduire les obstacles à la participation sociale des personnes handicapées. Son mandat, qui a été actualisé en 2004, est principalement de veiller au respect de la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées en vue de leur intégration scolaire, professionnelle et sociale. Cela implique donc différentes organisations, comme les ministères et leurs réseaux, les organismes publics, les municipalités et différents organismes publics ou privés. L’expertise unique de l’Office, qui lui permet de remplir activement et efficacement ce rôle, provient des services directs qu’il offre à la population, de ses travaux d’évaluation et de recherche ainsi que de ses multiples collaborations avec des partenaires de tous horizons. Parmi les différents rôles de l’Office, mentionnons celui de soutien-conseil envers différentes organisations (publiques ou municipales) afin de favoriser l’exercice de leurs responsabilités envers les personnes handicapées et leur famille. Une de ces responsabilités est prévue à la Loi assurant l’exercice des droits des personnes handicapées, faisant en sorte que des ministères, organismes et municipalités doivent produire annuellement un plan d’action à l’égard des personnes handicapées. Rivière-du-Loup fait partie de ces organisations. Nous leur offrons ainsi de la formation, du soutien et des conseils pour qu’elles s’acquittent efficacement de cette responsabilité. Je tiens par ailleurs à féliciter la Ville de Rivière-du-Loup pour les très bons plans d’action qui sont remis à l’Office, année après année. En complément, l’Office travaille de concert avec les organisations concernées pour réduire les obstacles à la participation sociale des personnes handicapées, que ce soit dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, des transports, de l’habitation ou des loisirs. Autrement dit, nous mettons la main à la pâte pour trouver des solutions applicables qui conviennent à toutes les personnes handicapées touchées par l’enjeu. Et nous soutenons les organisations visées dans l’application de ces solutions. Nous conduisons également des travaux d’évaluation et de recherche qui donnent lieu à des recommandations d’action basées sur l’analyse de données fiables. Nous conseillons aussi le gouvernement dans toute initiative pouvant avoir un impact sur la participation sociale des personnes handicapées. Enfin, nous offrons un service direct aux personnes handicapées, à leur famille et à leurs proches. Ainsi l’Office peut :
– Vous renseigner sur les services et les programmes gouvernementaux existants ;
– Vous aider à déterminer vos besoins et vous diriger vers la ou les ressources les plus appropriées pour y répondre ;
– Vous conseiller et vous accompagner dans vos démarches auprès des dispensateurs de services et des instances responsables ;
– Mettre en place, à votre demande, une démarche de plan de services ;
– Vous fournir des renseignements concernant vos droits et vos recours.
Signalons aussi que les associations de personnes handicapées jouent le rôle de défendre les droits des personnes handicapées. Les rôles respectifs de l’Office et du milieu associatif sont donc différents, mais complémentaires. Ils visent le même objectif : favoriser la participation sociale des personnes handicapées.

juin06

R.d.L. : Quelles sont vos actions au quotidien et leurs effets pour les familles ?

A.H. : L’Office travaille à créer des conditions favorables à la participation sociale des personnes handicapées, et ce, dans tous les secteurs d’activité, que ce soit dans les services de garde, en éducation, en emploi, en loisir, en transport, etc. Sur le plan individuel, l’Office soutient au quotidien de nombreuses personnes handicapées et leur famille en vue de les renseigner sur les nombreux programmes et services existants, de les référer au bon endroit ainsi que de les conseiller dans leurs démarches d’accès à ces services. Nous faisons plus de 30 000 interventions par année. Par exemple, nous pouvons effectuer des démarches afin qu’un élève handicapé obtienne les services de soutien dont il a besoin. Nous pouvons également offrir des renseignements sur des besoins précis et diriger les personnes vers le bon service. Au besoin, nous aidons les personnes à exercer le recours approprié, voire à formuler une plainte auprès des instances appropriées. Heureusement, nous n’avons généralement pas à nous rendre là pour faire respecter le droit à l’égalité d’une personne handicapée. L’Office y parvient souvent en expliquant la loi et la politique gouvernementale concernée, puis en soutenant l’organisation visée dans la recherche de solutions. Sur le plan collectif, l’Office collabore avec différents partenaires afin d’élaborer des solutions pour accroître cette participation sociale. Il soutient ensuite les organisations dans l’application de ces solutions et en fait le suivi. Ce type de travail peut prendre plusieurs formes :
– Sous forme de concertation dans le cadre de laquelle l’Office et ses partenaires peuvent travailler pour examiner la possibilité de bonifier le soutien aux familles, assurer une meilleure transition école-vie active (TEVA), améliorer l’accès aux services de répit, pour ne nommer que ces exemples.
– Sous forme de soutien-conseil, l’Office offre également un appui aux différentes organisations assujetties aux dispositions de la Loi, que ce soit pour la production des plans d’action annuels à l’égard des personnes handicapées, pour l’approvisionnement en biens et services accessibles, pour la production de plans de développement visant à favoriser l’accessibilité du transport en commun pour les personnes handicapées.
L’Office conseille également le gouvernement dans toute initiative pouvant avoir un impact sur la participation sociale des personnes handicapées. Par exemple, les parlementaires québécois ont récemment adopté le projet de loi no 173, qui vise principalement à instaurer un revenu de base pour des personnes qui présentent des contraintes sévères à l’emploi. Dans ce contexte, l’Office a participé activement aux consultations particulières et auditions publiques sur ce projet de loi. Il a déposé un mémoire et est venu présenter ses recommandations à cet effet à la Commission de l’économie et du travail, à l’hôtel du Parlement.

 

R.d.L. : Quels sont les principaux enjeux liés aux personnes handicapées ?

A.H. : Les enjeux sont multiples et sont représentés par autant de chantiers de travail dont fait ou a fait partie l’Office. Pour en nommer quelques-uns :
– La faible présence des personnes handicapées sur le marché du travail ;
– Le fait qu’il y ait des bâtiments exemptés des exigences d’accessibilité prévues au Code de construction du Québec ;
– La nécessité d’élaborer davantage de parcours sans obstacle dans les lieux publics et les aménagements extérieurs ;
– La réussite éducative des élèves handicapés et l’importance de déployer une approche individualisée et coordonnée des services autour des besoins et des capacités de l’élève ;
– La transition de l’école vers la vie active ;
– Les préjugés et la discrimination dont sont trop souvent victimes les personnes handicapées ;
– Etc.

 

« NOUS TENTONS ÉGALEMENT D’EXERCER AU MIEUX NOTRE RÔLE DE SOUTIENCONSEIL AFIN DE SOUTENIR NOS PARTENAIRES »

juin05

R.d.L. : Du 1er au 7 juin, c’est la Semaine Québécoise des Personnes Handicapées. Comment participez-vous aux actions de sensibilation durant cette semaine ?

A.H. : L’Office effectue différentes activités de communication afin de faire la promotion de la Semaine et de l’importance d’agir concrètement afin de bâtir une société plus inclusive. Notons qu’il s’agira de la 22e édition de la Semaine, cette année. Nous fournissons à nos partenaires différents outils de sensibilisation qu’ils peuvent se procurer gratuitement via notre site Web, notamment. On parle ici d’outils électroniques, comme un jeu-questionnaire en ligne, des boutons ou des bandeaux Web, mais aussi d’outils physiques, comme des affiches et des feuillets que les gens peuvent commander. Nous avons développé au cours des dernières années une série de sept visuels présentant des personnes ayant différents types d’incapacité. Ces visuels sont déclinés en affiches et en feuillets, notamment. D’ailleurs, cette année, nous avons un visuel qui s’est ajouté à notre série existante. Ce visuel représente une personne qui a un trouble sévère du langage. Concrètement, l’Office diffuse ainsi plus de 25 000 affiches et plus de 300 000 feuillets annuellement pour faire la promotion de cette Semaine. Notre campagne de sensibilisation est aussi présente sur le Web, via notre site, bien sûr, mais également sur notre page Facebook. Nous animons cette page du début du mois de mai jusqu’à la fin de la Semaine, en juin. Enfin, par son Programme de soutien aux organismes de promotion, l’Office peut financer des activités de sensibilisation, qui sont réalisées en région dans le cadre de la Semaine.
Les types de projets subventionnés par le passé :
– SQPH 2017 : projet « L’inclusion profitable à tous », qui s’est déroulé à Trois-Pistoles. Production de capsules vidéo de sensibilisation réalisées par des jeunes du niveau secondaire et qui décrivent les réalités vécues par les personnes handicapées. La conception des capsules a été réalisée avec un animateur qui avait notamment pour tâche de susciter des échanges sur les perceptions qu’ont les jeunes des réalités vécues par les personnes handicapées et leurs conséquences sur le quotidien de celles-ci.
– SQPH 2017 : projet « Qu’est-ce que l’autisme ? » de Rimouski. Des personnes autistes et leur famille expliquent l’autisme au grand public. Campagne médiatique télévisuelle, dans les médias écrits et sur le Web au sujet du trouble du spectre de l’autisme.

 

R.d.L. : Comment orientez-vous les actions qui sont prises par l’office ? Qu’est-ce qui motive vos actions ?

A.H. : Tout comme les autres ministères et organismes publics assujettis à la Loi sur l’administration publique, l’Office élabore un plan stratégique qui oriente ses actions sur une période donnée. Le plan stratégique qui est en cours couvre les années 2014 et 2019 et contient deux grandes orientations :
– Orientation 1 : Favoriser l’accès à l’information et la coordination des services destinés aux personnes handicapées et à leur famille. Notre volonté ici est de mieux faire connaître aux personnes handicapées et à leur famille les quelque 240 programmes et services gouvernementaux pouvant leur être offerts. Nous produisons en ce sens différents guides destinés à leur intention (programmes d’aide, mesures fiscales, soutien à la famille, parcours scolaire). Nous oeuvrons également pour faire en sorte que les services soient mieux coordonnés entre les différentes organisations qui les offrent, en plus de veiller à maintenir la qualité des services directs offerts par l’Office.
– Orientation 2 : Agir sur la réduction des obstacles à la participation sociale des personnes handicapées. Nous oeuvrons afin de mobiliser et d’influencer les décideurs publics dans la mise en oeuvre d’initiatives permettant de réduire les obstacles à la participation sociale des personnes handicapées. Nous tentons également d’exercer au mieux notre rôle de soutienconseil afin de soutenir nos partenaires locaux, régionaux et nationaux dans l’exercice de leurs responsabilités à l’endroit des personnes handicapées et de leur famille.

 

R.d.L. : Comment adaptez-vous vos actions pour les régions ? Y a-t-il une représentativité de votre organisation en ce sens, en ce qui concerne l’effectif, notamment ?

A.H. : L’Office est présent partout dans la province. Notre personnel peut se déplacer afin de rencontrer des personnes qui ont besoin d’aide et qui, selon leur situation, nécessitent une rencontre en personne. En effet, l’Office offre un service direct aux personnes handicapées, à leur famille et à leurs proches. Au besoin, les conseillers de l’Office peuvent se déplacer pour rencontrer les personnes concernées et les accompagner dans leurs démarches d’accès aux services publics. Plus de 30 000 interventions par année sont ainsi effectuées par l’Office. Toute personne désirant joindre l’Office peut le faire en composant le 1 800 567-1465 ou en écrivant à l’adresse courriel aide@ophq.gouv.qc.ca. Je rappellerais également que l’Office offre du soutien-conseil à l’ensemble des ministères, organismes publics, municipalités ainsi qu’aux sociétés de transport ayant à produire un plan de développement. Des formations sont également offertes par l’Office pour ces organisations. Nous avons également des activités stratégiques déployées dans plusieurs régions en vue de favoriser la concertation et la mobilisation des acteurs du milieu sur des enjeux prioritaires. Pour la région du Bas-Saint-Laurent, par exemple, nous coordonnons une table de concertation sur les enfants ayant des besoins particuliers, dans laquelle nous travaillons par exemple sur le dossier de l’intégration des enfants handicapés en service de garde. Nous faisons également partie d’un comité d’emploi pour personnes handicapées dans lequel la question de l’intégration et du maintien en emploi des personnes handicapées est discutée.

 

R.d.L. : Quelle place occupent les personnes handicapées au sein de votre organisation. Est-ce un client ? Un usager ? Un membre faisant partie intégrante de toutes les étapes de la planification stratégique ?

A.H. : Les personnes handicapées représentent 10 % du personnel à l’emploi à l’Office, ce qui est beaucoup plus élevé que la cible fixée par le gouvernement du Québec. Son conseil d’administration est également composé de 14 membres votants, dont des personnes handicapées et des parents d’enfants handicapés, qui adoptent les orientations de l’Office et viennent enrichir les réflexions sur ses actions par leur expérience et leur expertise. D’ailleurs, le CA de l’Office est partie intégrante de toutes les étapes d’élaboration et de validation de sa planification stratégique. Mentionnons également que l’Office recommande toujours à ses partenaires concernés de mettre en place des dispositifs de consultation auprès des personnes handicapées lorsqu’ils élaborent les plans d’action à l’égard des personnes handicapées, qu’ils doivent produire annuellement.

 

 

 

 

 

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

La seconde chance aux vêtements

texte Priscilla Winling photo Virginie Caron   Que ce soit par son look flyé et ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *