Entre-Espace : Une étudiante expose pour « l’entre-deux »

Texte | Joanne Brouard

Encore frais dans notre mémoire, l’isolement et la distanciation ont inspiré une artiste à explorer l’espace à travers l’art. Joanne Brouard, récente étudiante en arts visuels du Cégep de Rivière-du-Loup, réside maintenant à Magog, mais les oeuvres de son exposition solo qui se tiendra à la salle d’expo La Mosaïque de la bibliothèque de La Pocatière du 8 septembre au 3 novembre 2021 sont grandement inspirées du Bas-Saint-Laurent et des premiers mois de pandémie vécus ici, à Rivière-du-Loup.

Pour les gens qui la connaissent, Joanne était une étudiante hors-norme. De retour aux études à 58 ans, elle en a surpris plusieurs, dont le personnel enseignant, mais surtout ses collègues de classe! D’un naturel positif, l’étudiante « mature » s’est imprégnée de la beauté du fleuve et du parc des Chutes, mais aussi du tourbillon quasi perpétuel de la résidence étudiante, et ce, dès son arrivée en 2018.

Galvanisée par les connaissances transmises par les enseignant·e·s, eux·elles-mêmes des artistes professionnel·le·s, l’habituée de l’atelier de bois et du Fab lab du Cégep a dû se tourner vers la peinture et le dessin pour assimiler et immortaliser le confinement en résidence étudiante. Elle a préféré les encres pour leur aspect écologique, mais leur réaction inédite envers le papier lui a permis de développer une technique d’art hybride. Oscillant entre dessin et peinture, le procédé unique élaboré par l’artiste comprend application et absorption, lois de la physique et redirection, esquisses et compositions conçus par ordinateur, et dessins réalisés à la main; une technique qui fait d’ailleurs écho à la résistance et à la résilience vécues par tous.

L’exposition Entre-espace examine, selon Joanne, l’aspect souvent positif de l’espace qui s’est immiscé dans nos vies. Parfois, cet espace isole pour mieux mettre en lumière ce qui se trouve devant nous. Et parfois, ce n’est qu’un moment passager.

Une série de 16 peintures à l’encre sur papier aquarelle de différentes tailles évoque les rôles joués par les espaces positifs et négatifs, et fait ressortir une agréable sensation de légèreté. Sous cette légèreté se dissimulent une réflexion attentive et approfondie et des gestes calculés spécifiques au lavis d’encre.

En marge des courants dominants, les oeuvres explicitement inhabituelles de cette série ne sont ni figuratives ni complètement abstraites. Parfois à la limite de l’illustration, les sujets sont choisis pour leur optimisme. De plus, la sobriété des couleurs fait référence au monde actuel : la couleur terre de Sienne évoque le passé et les traditions, le bleu indigo suggère la technologie; des domaines en apparence opposés et pourtant indissociables dans notre nouvelle réalité.

Ces oeuvres ludiques aux allures humaines, animalières ou paysagères habitent l’espace du papier pour apporter calme, douceur et évasion pendant cette période « entre-deux ».

Le vernissage de l’exposition Entre-espace est prévu pour le mercredi 8 septembre de 17 h à 19 h dans le respect des mesures sanitaires exigées par la Santé publique. Veuillez consulter la page Facebook La Mosaïque ou appeler la Ville de La Pocatière avant de vous présenter au vernissage.

illustration Joanne Brouard, Diversité 3, encre sur papier aquarelle, 61 x 46 cm, 2021

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Des poèmes pour septembre

Texte | Régent Martin Paraît, ce mois-ci, un recueil de poèmes intitulé Le Temps et …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *