Accueil / Nos sens / L'Émotion / Douce Orageuse

Douce Orageuse

texte Alyssa Symons-Bélanger, artiste activiste

J’ai écrit cette pièce de théâtre en partant de ma perspective d’activiste. C’est mon témoignage face à mon implication militante et aux effets que cette implication a eu sur ma santé mentale. Je cherche à ouvrir la discussion sur un sujet qui reste aujourd’hui peu représenté : l’éco-anxiété et la dépression. J’explore la thématique de la santé mentale dans le contexte d’une époque incertaine, c’est-à-dire, où l’on est constamment témoin de mauvaises nouvelles : changements climatiques, vagues de réfugiés, actes d’intolérance et autres angoisses. Comment gérons-nous notre sentiment d’impuissance ? À quoi sert-elle, la colère ? La solution réside-t-elle dans l’ignorance de ce qui nous entoure ?

J’ai fait trois représentations à Montréal au Théâtre Mainline en mars 2018. Le retour sur la pièce par les spectateur.trice.s m’avait confirmé la nécessité de parler d’un tel sujet à ce moment dans l’histoire. La collaboration avec le Périscope des Basques a comme objectif de promouvoir un organisme communautaire pour lequel j’ai beaucoup d’admiration : un organisme souvent méconnu, qui offre un espace et un accompagnement à toutes les personnes désirant sortir de l’isolement et aller mieux. Il est important pour moi de faire cette collaboration parce qu’ensemble, les intervenant.e.s, les activistes et les artistes, nous travaillons à démystifier les préjugés liés aux personnes vivant des difficultés cognitives pour ainsi aider les autres à reconnaitre qu’ils.elles partagent des expériences communes avec ceux et celles que la société a qualifié de « malades ». À la fin de Douce Orageuse, je crée un espace pour que les participant.e.s au spectacle puissent s’ouvrir à leur tour. La parole est donnée aux membres du Périscope des Basques pour connaitre leurs points de vue et témoignages.

À travers la douleur de mes expériences, j’utilise mes maux et je les transforme en quelque chose de beau. L’art, par son effet cathartique, est la lumière dans ma noirceur. J’ose vous demander où se situe votre résonance à mon histoire. J’ose me montrer sans masque.

j’ai besoin d’éclater
les mots contre mon corps
je suis celle qui parle en zones chocs
je balance des interrogations attachées
des sens difficiles
je transperce ma transparence

il ne suffit plus de crier
les mots que j’ai allaités poursuivent leur route
sans moi
je vous parle de celle qui m’a fait le plus de mal
Colère
mon aînée
femme têtue, amoureuse de la vie
a pris un amant du nom de Sagesse
ensuite, j’ai eu un enfant inattendu
sans moi, on l’a baptisé Impuissance
demain, il partira en pèlerinage
quête incessante de métamorphose

les maux qui sont bien plus que des mots
Colère, Impuissance
vous êtes loin
proches

face au monde, je suis dans un orage
avec mon coeur comme seule bouée

j’explose d’intensité unique
comme toi
je rêve de douceur et j’oublie souvent la fierté

__________

Mise en scène :
Alyssa Symons-Bélanger,
Conception théâtre d’ombres :
Benjamin Robert,
Interprétation :
Alyssa Symons-Bélanger et Benjamin Robert.


Douce Orageuse sera présentée à la Forge à Bérubé les 12 et 13 juillet 2019 en collaboration avec le Périscope des Basques. Le coût d’entrée est de 20 $, dont 5 $ seront remis au Périscope des Basques.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Manger gourmand et local

texte Amélie Bureau et Stéphane Lussier, coordonnateur La Manne rouge, je récolte | photo Stéphane …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *