Affichez vos couleurs #Supportez la Rumeur

D’étudiante à entrepreneure au Snack Bar D’Amours

Texte | Marie-Amélie Dubé, Agence MAD
Photo | Catherine Roy

Claudia Pothier a terminé cet été sa 6e année de travail au sein de l’équipe du Snack Bar D’Amours alors qu’elle termine sa formation en esthétique à Rimouski ; elle qui a déjà en poche un cours en vente-conseil et qui commencera bientôt le cours en démarrage d’entreprise au Centre de formation Rimouski-Neigette.

Son rêve ? Ouvrir sa propre entreprise d’esthétique à Rivière-du-Loup.

Malgré sa dyslexie et un parcours d’études adapté, elle est un réel exemple de persévérance scolaire, car elle a su cheminer dans ses apprentissages, tout en travaillant. Chapeau, Claudia !

C’est à 15 ans, alors que l’année scolaire était terminée, que l’étudiante a eu envie d’essayer de passer quelques heures par semaine à vendre des cornets de crème molle trempée dans le chocolat blanc à l’érable. Non mais, on la comprend, n’est-ce pas ?

Mais elle souhaitait développer son autonomie financière, payer son permis de conduire, son auto, et être plus libre.

Pour sa mère, Renée-Claude, c’était important que sa fille apprenne la valeur de l’argent et qu’elle comprenne que cela s’obtient avec des efforts.

« C’est une question d’équilibre. Tant que ses résultats étaient bons, et qu’elle avançait dans son parcours scolaire, je ne pouvais que l’appuyer dans son choix de travailler en même temps que ses études ! », explique sa mère.

« Quand tu veux avoir des employé.e.s efficaces et heureux.euses, ce n’est pas avantageux ni pour eux.elles ni pour nous de surcharger leur horaire […] »

De son côté, Claudia semble effectivement bien concilier le tout. « Je n’ai jamais eu trop de problèmes. Quand je me sentais plus fatiguée, je demandais moins d’heures et ma demande était respectée. J’étais vraiment capable de gérer les deux, même si des fois j’aurais aimé sortir avec des amies. Ça, c’était la partie la plus plate », exprime Claudia.

Stéphane Gagné, propriétaire du restaurant, est conscient de l’importance de mettre en place des stratégies pour concilier le travail et les études. « Quand tu veux avoir des employé.e.s efficaces et heureux.euses, ce n’est pas avantageux ni pour eux.elles ni pour nous de surcharger leur horaire. Sinon, il.elle.s ne seront pas fonctionnel.le.s », ajoute le sympathique propriétaire.

Au Snack Bar D’Amours, c’est plus de la moitié des effectifs qui sont étudiant.e.s. « J’essaie de varier entre étudiant.e.s du secondaire, du cégep et de l’université pour s’assurer de ne pas se retrouver à la fin de l’été avec un départ d’employé.e.s groupé quand le cégep recommence. »

Chaque jeune a des besoins différents, et Stéphane s’adapte à cette réalité. « Ceux du cégep ont plus besoin d’argent et veulent plus travailler ; ceux du secondaire sont là pour apprendre à travailler », explique avec enthousiasme et empathie le propriétaire.

L’affluence touristique suit la fin des classes, ce qui rend la main-d’oeuvre disponible au moment parfait pour l’entreprise qui connaît un fort achalandage en été. La gestion de l’horaire est faite en collaboration avec les étudiant.e.s, auxquel.le.s on demande leurs disponibilités.

Certains étudiant.e.s se démarquent du lot. « On voit rapidement le potentiel de chacun de nos employé.e.s, comme pour Claudia. On l’a vu tout de suite qu’elle avait le profil d’une entrepreneure avec son leadership », souligne-t-il.

Stéphane Gagné a grandi dans une famille d’entrepreneur.se.s et avait un horaire bien chargé quand il était jeune. Il comprend bien la réalité de ses employé.e.s étudiant.e.s. « Je travaillais, je jouais au hockey et j’allais à l’école. L’été, je tondais des gazons, ensuite je suis allé travailler dans un poste à gaz, dans une épicerie, après j’ai commencé dans mon domaine. J’ai appris sur le terrain. J’apprends encore aujourd’hui. Travailler, ç’a toujours fait partie de notre famille. Mon père et ma mère étaient dans le commerce. »

Tous les étés, le Snack Bar est à la recherche d’employé.e.s pour travailler. N’hésitez pas à envoyer votre candidature !

Renée-Claude Lepage, mère de Claudia
Stéphane Gagné, employeur
Claudia Pothier, employée
SNACK BAR D’AMOURS

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

De l’insulte à l’injure

Texte | Éric Dubois, syndicaliste, citoyen des Trois-PistolesIllustration | CDA Récemment, Le Devoir a publié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *