Des partenaires COSMOSS s’unissent pour la persévérance scolaire

Texte | Julie Couvrette, agente de projet, COSMOSS RIVIÈRE-DU-LOUP

L’éducation est un enjeu d’actualité au coeur de plusieurs débats. Notre société est certes concernée par la diplomation des jeunes, mais au cours des dernières années, la persévérance scolaire est devenue peu à peu le cheval de bataille de nos institutions, et des alliances se sont conclues pour mener une chaude lutte au décrochage scolaire.

À Rivière-du-Loup, sous l’égide de COSMOSS, le comité conciliation études-travail (comité CÉT) de COSMOSS Rivière-du-Loup, composé de partenaires multisectoriels (le Collège Notre-Dame, le Cégep de Rivière-du-Loup, la Commission scolaire de Kamouraska–Rivière-du-Loup, secteurs jeunes et adultes, Univers Emploi, le Projet filet de l’Étape Normandie et la Chambre de commerce de Rivière-du-Loup), travaille de concert à accroître les déterminants de la persévérance scolaire et de la réussite éducative. Les partenaires ont priorisé la conciliation études-travail, car ils sont préoccupés par cet enjeu et par son impact sur la réussite éducative des jeunes dès le secondaire.

Les dernières statistiques publiées par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES, 2019) démontrent que le rang des jeunes de Rivière-du-Loup en regard du taux de diplomation est bon. Parmi les jeunes qui sont entré.e.s au secondaire en 2010-2011 dans notre MRC, 84,1 % d’entre eux accédaient à un diplôme ou une qualification après 7 ans de fréquentation scolaire, tous réseaux confondus, comparativement au Québec où ce taux est de 79,4 % pour la même période. Là où le bât blesse, c’est l’écart considérable entre les garçons de notre territoire, qui ont une moyenne d’obtention d’un diplôme ou d’une qualification de 79,2 %, et les filles, qui atteignent un pointage de 90,4 %. De cette même cohorte, suivie jusqu’en 2018, et incluant les secteurs privé et public, 65,6 % ont accédé à un programme d’études collégiales, 19,9 % à une formation professionnelle et 25,4 % à la formation générale aux adultes. Enfin, 5,6 % des jeunes étaient considéré.e.s comme décrocheur.euse.s, soit les élèves qui sont sorti.e.s sans diplôme ni qualification, et qui ne se sont pas inscrit.e.s dans le système scolaire québécois pour l’année suivante.

Au Québec, il y a une volonté collective de poursuivre les efforts entamés dans les dernières années pour la persévérance scolaire de nos jeunes. En effet, cette volonté s’actualise dans la Politique sur la réussite éducative (2017), qui vise d’ici 2030 à augmenter à 90 % le taux de diplomation et de qualification après 7 ans. Il est donc important d’unir nos efforts pour contribuer à l’atteinte de cet objectif. Bien que ces données soient encourageantes, les partenaires du comité CÉT poursuivent la mise en oeuvre d’actions pour le développement de conditions favorisant la persévérance scolaire, car disons-le, le décrochage ou l’échec scolaire n’apparaît pas du jour au lendemain. C’est plutôt le résultat d’une trajectoire au cours de laquelle s’entrecroisent une panoplie de facteurs et d’acteur.trice.s qui influencent le parcours des jeunes.

Le Dr Égide Royer, psychologue et professeur associé à la Faculté des sciences de l’éducation de l’Université Laval, sommité en matière de réussite scolaire au Québec, affirme qu’il est impératif de cultiver la persévérance et la réussite des adolescent.e.s et des jeunes adultes. M. Royer affirme qu’« il est plus facile de construire des adolescent.e.s fort.e.s que de réparer des adultes brisé.e.s » et que « la réussite à l’école est l’un des meilleurs moyens pour combattre la pauvreté ».

C’est inspiré des paroles de ce chercheur en prévention de l’abandon scolaire que le travail se poursuit, guidé par l’idée que l’addition de facteurs de risque augmente les risques d’abandon des études, et inversement, que l’addition des facteurs de protection les diminue.

« […] 70 % des jeunes du secondaire de notre MRC occupent un emploi pendant l’année scolaire. »

Quels sont les facteurs qui agissent sur la persévérance scolaire et la réussite éducative ? Les déterminants de la persévérance sont nombreux ; ceux faisant consensus montrent des effets mesurés plus importants sur le décrochage ou la persévérance scolaire et ont un caractère modifiable par des actions déployées dans le cadre de mobilisations régionales et locales, complémentaires aux actions de l’école. Ces facteurs peuvent être personnels à l’étudiant.e (estime de soi, motivation et engagement scolaire), relever de son contexte familial (encadrement des parents), de son contexte scolaire ou peuvent être des facteurs plus généraux dans l’environnement du jeune (ressources du milieu, pratiques de son employeur.euse). Il est donc important d’agir dans toutes ces sphères et auprès de tout.e.s les acteur.trice.s relié.e.s.

Les jeunes travaillent maintenant davantage et de plus en plus tôt. En effet, selon des données récentes (EQSJS, 2016-2017), 70 % des jeunes du secondaire de notre MRC occupent un emploi pendant l’année scolaire. Pour certains jeunes, la conciliation entre le travail, les études et la vie personnelle peut se vivre plus difficilement et avoir un impact sur la santé et la réussite scolaire. De plus, le fait d’accéder à un emploi tôt dans leur parcours pourrait inciter les jeunes à quitter prématurément leurs études dans le but d’occuper un emploi à temps plein. C’est dans ce contexte que les partenaires ont réalisé des actions de sensibilisation auprès des jeunes avec l’outil « JeConcilie.com ». Les employeur.euse.s ont aussi un rôle important dans la réussite éducative des jeunes. Des actions sont en cours pour travailler de concert avec les entreprises qui emploient des étudiant.e.s, notamment avec l’accréditation « Employeur conciliant ».

En conclusion, les partenaires du comité CÉT de COSMOSS Rivière-du-Loup sont fiers des efforts collectifs qu’ils réalisent pour faire la différence dans le parcours scolaire des jeunes de notre MRC. Il est important de retenir que chacun.e de nous peut faire une différence auprès des jeunes de notre milieu en valorisant l’école, la réussite scolaire et l’obtention d’un diplôme ou d’une qualification.

COMITÉ CONCILIATION ÉTUDES-TRAVAIL.
Rangée du bas : Marie-Hélène Collin (directrice générale de la Chambre de commerce), Vicki Levesque (intervenante sociale, Projet Filet Étape Normandie Rivière-du-Loup), Julie Couvrette (agente de projet, COSMOSS Rivière-du-Loup), Christine Lepage (conseillère sénior en emploi, Univers Emploi).
Rangée du haut : Isaac Desgagné-Bouchard (conseiller d’orientation, Cégep de Rivière-du-Loup), Carl Dubé (directeur des services aux élèves, CND), Rémi Tardif (conseiller d’orientation, Éducation des adultes), Joé Béland (responsable des stages en milieu de travail, ESRDL).

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

L’écogastronomie, c’est quoi ?

Texte | Renée Frappier, présidente-fondatrice de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert, professeure, autrice et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *