Denrées culturelles non-périssables

Texte Frédéric Roussel, directeur général du Centre Culturel Berger

Depuis quelques années, nous entendons régulièrement parler d’inégalités sociales au lieu de pauvreté. À ce grand thème, il y a de multiples sous-branches, que ce soit en santé, en économie, en éducation ou entre les sexes. Suite à mon récent retour en région, j’aimerais vous partager un constat personnel à ce sujet.

Ayant passé les 27 dernières années dans de grands centres urbains, j’ai réalisé, à mon retour, que les inégalités sociales étaient beaucoup moins apparentes ici. La pauvreté ne nous saute pas au visage puisqu’il n’y a pas de mendiant.e.s aux coins des rues. La violence se fait plus discrète, nous n’avons pas de quartiers à éviter une fois la nuit venue ou de graffitis de revendications haineuses par exemple.

Au contact des représentations de ces inégalités, à la longue, on se crée une carapace contre cette dure réalité et on ne les voit plus nécessairement lorsqu’on passe près d’eux. elles. Cependant, malgré les indices moins présents, ça ne veut pas dire que les inégalités n’existent pas chez nous.

J’ai entamé cette réflexion lorsque j’ai rencontré les délégués de Sparages pour discuter de la participation de Rivière-du-Loup en spectacles aux paniers de Noël. J’ai réfléchi à l’importance de l’implication de notre organisation pour participer à réduire ce phénomène dans notre région. Malheureusement, il y aura toujours des inégalités sociales, mais je crois que c’est principalement grâce à l’éducation que nous arriverons à réduire ces différences. Avec Rivière-du-Loup en spectacles, nous sommes fiers de participer à certaines initiatives pour permettre aux gens moins bien nantis ou qui n’ont pas eu la chance d’avoir accès aux arts et à la culture de découvrir tout un monde. Nous les invitons ainsi à assister à des spectacles pour favoriser leur éducation culturelle et en leur faisant passer un bon moment qui les feront décrocher de leur quotidien pas toujours facile. La culture amène aussi à développer notre sens critique, ce qui permet une vision plus profonde de la vie en général.

Il est reconnu que l’art-thérapie a des propriétés incroyables. Des spectacles sont une des formes que peut prendre ce type de traitement. Simon Gouache, qui nous fait rire intelligemment ou la découverte de contrées différentes par le biais des Grands Explorateurs, seront tout à fait stimulants. Il en est de même pour les jeunes, avec Tristan Demers qui présente son art et démontre que le dessin est accessible à tous ou en initiant la jeunesse à la musique classique avec la présentation de l’Orchestre de l’Agora ! Bien entendu, il est rare que les dépenses culturelles soient au budget des gens défavorisés qui peinent à remplir leur frigo, et ce, pas seulement durant les Fêtes, il ne faut pas l’oublier ! C’est pourquoi la corporation de Rivière-du-Loup en spectacles donne tout au long de l’année à plusieurs organismes.

Enfin, toute notre équipe vous souhaite de passer de joyeuses Fêtes et en attendant la nouvelle année, nous vous invitons à surveiller le lancement de la programmation hiverprintemps 2020 du Cabaret des mauvaises habitudes dévoilée avant le spectacle de Lou Adrianne Cassidy le 13 décembre prochain !

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

L’écogastronomie, c’est quoi ?

Texte | Renée Frappier, présidente-fondatrice de l’Expo Manger Santé et Vivre Vert, professeure, autrice et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *