De plein air à plein art

Texte – Marie-Amélie Dubé
Photos – JHAPhotographie © Cyndie Belhumeur et Ilana Pichon, Intersections, 2019

Le dossier de juillet est présenté grâce à la collaboration du Centre d’artistes Caravansérail dans le cadre de l’entente de partenariat territorial entre le CALQ et les collectivités du Bas-Saint-Laurent.

Quels organismes peuvent se vanter d’avoir le plus beau et grand photobooth en plein air de la ville de Rimouski? C’est clairement Caravansérail et la gang sympa qui occupe le Paradis, coopérative de solidarité bien connue de Rimouski.

Évidemment, personne ne s’est vanté de cela! C’est juste moi qui avait envie d’écrire ça parce que la murale extérieure Intersections, de Cyndie Belhumeur et Ilana Pichon, est franchement trop géniale et donne le goût de rafraîchir son bandeau Facebook par une photo de l’oeuvre singulière, qui enlumine le quartier résidentiel plutôt banal, à première vue.

Selon le dictionnaire Le Petit Robert, Caravansérail peut se définir, en Orient, comme étant une vaste cour entourée de bâtiments où les caravanes font halte. Sympa, non? Ou, dans son sens familier, comme étant un lieu très animé, fréquenté par des gens de toute provenance.

Cette deuxième définition exprime à ravir la convivialité de l’organisme dont la mission est de : « [soutenir] la recherche et l’expérimentation en arts visuels actuels et se [consacrer] à la diffusion et au rayonnement de la relève artistique et des pratiques émergentes au Bas-Saint-Laurent. Il s’investit dans la professionnalisation des artistes de la relève et s’implique dans l’avancement de la carrière de ses membres, qu’ils ou qu’elles soient émergent·e·s, à miparcours ou établi·e·s. Sensible à l’hétérogénéité des publics, le Centre oeuvre à la démocratisation de l’art actuel. »1

Je me rappelle être entrée par hasard discuter avec les filles de Caravansérail, lors d’un événement au Paradis, d’abord attirée par les livres d’art que je voyais par dizaines sur des bibliothèques. Parce qu’en plus d’être un lieu de diffusion en art actuel, l’organisme est aussi un centre de documentation possédant une sélection de livres d’artistes et de publications. Il est donc possible d’acheter ou de laisser en consigne des livres d’arts! Bref, j’avais eu un échange avec Audrey-Anne V. Leblanc et Nathalie Dion.

Tout naturellement, je leur avais offert de faire un projet avec la Rumeur. Et c’est là que le projet de dossier principal avait pris forme. Initialement, ça devait se faire à l’été 2020 hehe! Mais nous y voilà, enfin! PAR ICI, résidences d’artistes à la Maison Rioux au Parc national du Bic, orchestrée par Caravansérail. Un merveilleux accord art actuel et splendeur du territoire. Parce que l’été tout le monde veut aller jouer dehors. Voilà le prétexte idéal pour allier culture du plein air en plein art!

Mandat

• Développer une programmation en arts visuels actuels marquée par la diversité des modes de diffusion, des artistes et des pratiques ;
• Offrir aux artistes un contexte d’accueil professionnel favorable au déploiement des propositions expérimentales et à la circulation des oeuvres ;
• Soutenir et accompagner les artistes de la relève et les membres du Centre dans le développement de leur carrière en générant des opportunités structurantes ;
• Rendre l’art actuel accessible au plus grand nombre en jouant un rôle de médiateur, d’éducateur et de vulgarisateur ;
• Être un espace de rencontres et de découvertes accueillant, inclusif et générateur de croisements entre les artistes, les pratiques et les publics.

1 www.caravanserail.org

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Un endroit fou : La Folgalerie

Texte et photos | Marie-Josée Saindon Impossible que vous n’ayez jamais remarqué ce lieu situé …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *