Accueil / Nos sens / L'Émotion / Corps, PARFAITEMENT parfait

Corps, PARFAITEMENT parfait

texte Andréanne Martin | Technicienne en diététique

 

Lorsque j’ai appris que le prochain thème de La Rumeur porterait sur la diversité corporelle, tout de suite je savais que je devais écrire quelque chose. S’il y a bien un enjeu qui me parle et que je défends ardemment, c’est celui-là. Là, impossible de passer à côté ! Parce que des individus désirant transformer leur corps, l’amincir ou le muscler, il en passe beaucoup dans mon bureau. L’une des principales raisons qui les amènent à s’asseoir en face de moi est de retrouver un réel sentiment de fierté et de bien-être face à leur corps, cette puissante machine qui permet à leur âme et conscience de prendre forme. Dans bien des cas, ce n’est pas uniquement leur propre regard, souvent biaisé, sur leur propre physionomie qui les dérange, mais plutôt ce sentiment de non-conformité, d’exclusion, de ne pas appartenir à ce modèle tant admiré. Et ça, c’est la conséquence directe d’une société hypnotisée par le culte du corps PARFAITEMENT parfait.

Il est bien difficile de voir plus loin que l’apparence physique. Même mon corps n’y échappe pas ! J’ai déjà appris à travers les branches que je n’étais « pas si mince que ça pour une conseillère en nutrition ». Mais, plus tristement qu’autrement, c’est le célèbre « Toi, tu peux pas comprendre ça, t’es mince ! » qui sort de la bouche de l’individu assis en face de moi. Parce qu’avec cette désastreuse dictature du corps PARFAITEMENT parfait, les victimes sont nombreuses. Cette monstrueuse idée du modèle identique, de ce moule uniforme, s’incruste sournoisement dans nos têtes. En commençant par nos yeux, maintenant accoutumés à la vue de ces trop nombreuses images de corps sans courbes, sans plis, sans vergetures. De ces visages sans rides, lisses, trop lisses, sans le moindre grain de beauté (quoi de plus paradoxal d’appeler cela « grains de beauté » lorsque l’on s’empresse de les masquer sous une épaisse couche de maquillage ou par la magie des trop nombreux logiciels de retouches !). Ça se poursuit dans les cabines d’essayage des chaînes de vêtements, avec leur éclairage qui donne constamment un petit air malade. C’est tout un casse-tête d’y trouver le vêtement idéal. On y apporte deux-trois grandeurs du même morceau avec soi, au cas où. Croyez-le ou non, mais réussir à me trouver des pantalons assez larges pour ne pas coincer aux cuisses, mais pas trop non plus pour ne pas avoir à les perdre à la ceinture est chaque fois une petite victoire ! Et puis, en passant, quel est le génie qui a décidé de commencer les tailles par le chiffre zéro ? Parce que dans mon livre à moi, zéro, ce n’est rien ! Et de voir une jeune fille porter la grandeur zéro, ça me fait mal au coeur…

La valorisation du corps PARFAITEMENT parfait nous force à apprécier des corps sans histoire, sans vécu. Un canevas vierge, en fait. Pourtant, le corps humain est une fascinante machine qui, toute sa vie, est en constante évolution. Au fil du temps, il se façonne, change, se renouvelle. La nature est, ma foi, impressionnante ! Notre peau, cette incroyable armure, se régénère presque chaque mois. Notre squelette, solide charpente protégeant nos délicats organes, est entièrement renouvelé chaque 10 ans ! Et que dire de ces millions de cellules qui naissent et meurent en nous chaque seconde. Nous y gravons à jamais nos précieuses expériences sous forme de cicatrices, rides, taches, brûlures, vergetures. Ne devrions-nous pas plutôt en être fiers et y voir un prétexte pour célébrer la vie ? Cultiver un plus grand respect face à son corps, ce précieux outil, devrait être la leçon numéro un propagée sur toutes les plateformes, au lieu de le forcer à correspondre à un modèle masculin et féminin unique qui n’a aucun sens. Comment ? En commençant d’abord par lui fournir tous les nutriments nécessaires à son bon fonctionnement et à un niveau optimal d’énergie. Et ça, j’en fais mon cheval de bataille ! Parce qu’au fond, c’est cette énergie qui nous procure une bonne dose de confiance en nos capacités physiques et nous fait apprécier davantage notre physionomie. Suivre la transformation physique et mentale de mes clients, les voir se sentir mieux, développer plus d’énergie, se libérer de certains problèmes de santé et, surtout, acquérir une plus grande confiance en leurs capacités physiques me remplit d’un profond sentiment de fierté chaque fois. Et pourquoi pas, s’ils y perdent quelques livres au passage. Mais le plus important, c’est qu’ils se sentent BIEN et qu’ils entreprennent cette démarche POUR EUX ! Pas pour correspondre à un soi-disant « standard ! Parce que la véritable beauté tient plutôt en la vue d’un corps débordant d’énergie, celle-là même qui nous propulse vers un parfait état d’équilibre physique, mental et spirituel.

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Le loisir au coeur de la vie

Rencontre avec Jacqueline Gagné | texte Malory Thibodeau   La précision dans les jeux d’adresse. ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *