Accueil / Nos sens / La Réflexion / Chronique littéraire

Chronique littéraire

texte Pascale W. Pelletier

 

 

Expo habitat de Marie-Hélène Voyer, La Peuplade

Marie-Hélène Voyer nous offre un cadeau avec ce premier recueil de poésie inspiré de son premier lieu de mémoire, la campagne. Avec ses mots, elle se permet une fuite, un point d’horizon, dans cet espace si vaste qui parut, dans ses yeux d’enfant, fermé. Des moments de vie, des moments d’ennui, des émotions, des rêves ; tant d’inspiration qui nous éclate au visage le temps d’une page. Malgré tout, on se reconnaît ; comme elle, on se réapproprie cette ruralité qui est tout de même bienveillante. On entend les grillons estivaux de la fin du jour, les pas sur la neige compacte un soir après la tempête. La poussière des balles de foin nous colle à la peau, le vent glacial qui passe à travers champ nous fouette le visage. La campagne québécoise est là, avec nous, par les yeux de cette adolescente qui ne veut que découvrir cet autre lieu ultime, la grande ville. Cette urbanité qui possède tellement de points de repère que, finalement, on en perd le nord. Ces lieux de mémoire au nom propre, on les oublie. Malgré toutes les possibilités dont regorge la ville, il n’y a finalement que cet horizon bas-laurentien, nu et essentiel, pour nous faire découvrir le chemin de tous les possibles. Finaliste pour le prix de la poésie de Radio-Canada, Expo habitat offre une expérience lyrique accessible à tous, néophytes ou non du genre poétique.

 

 

 

Maresi, L’Ile des femmes de Maria Turtschaninoff, Éditions la Bagnole

Ce premier tome des Chroniques de l’Abbaye écarlate nous présente Maresi, une jeune fille au coeur d’or habitant l’île secrète de Menos, en compagnie de ses comparses de l’Abbaye écarlate. Cette île, véritable forteresse interdite aux hommes, abrite un couvent où les jeunes filles viennent parfaire leur éducation et apprendre la magie qui s’infiltre dans cet univers onirique et mystérieux. Maresi, du haut de ses treize ans, a pour mission de prendre soin des plus jeunes étudiantes, ainsi que de l’énigmatique Yaï. Malgré les différences qui les séparent, les deux novices développeront lentement une amitié profonde. Avides de connaissances et rats de bibliothèque, elles apprendront à bâtir une relation déterminante grâce à la tolérance qu’elles auront l’une pour l’autre. Par contre, le passé tumultueux et dangereux de Yaï la suivra sur cette île magique ; le lien qui les unit en sera alors ébranlé. Maria Turtschaninoff nous transporte dans un univers mystique, presque ésotérique, grâce à des descriptions et une narration complètement envoûtante. Dans ce conte féministe à l’allure de mythe, nous serons témoins que l’amitié et le savoir peuvent être eux aussi magiques. Le roman, qui s’adresse à un public d’ados avertis, prend certainement ses racines dans l’univers de La servante écarlate, avec un savant mélange d’inspiration tirée des princesses Disney. À dévorer avec enchantement lors de la prochaine tempête de neige !

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Qu’est-ce que le Festival Mots de la Rive ?

texte Myranda Plourde et Mélodie Noël | photo Geneviève Labelle Le Festival Mots de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *