Accueil / Nos sens / L'Émotion / Chronique d’une néo-proche-aidante : Mourir, vieillir, se déconstruire

Chronique d’une néo-proche-aidante : Mourir, vieillir, se déconstruire

texte Dominique Malacort

 

Il n’y a pas si longtemps, j’écrivais, pour le plaisir de slamer avec mon amie Geneviève…

 

(…)
Les mots vieux, vieille, vieillesse, vieillissement ne commencent-ils pas tous par le même petit mot : vie.
Je veux l’accepter comme elle est, la vieille, la vie, sans la changer ni la déguiser.
Je veux pouvoir choisir entre la multitude de projets qui se bousculent dans ma tête.
Qu’est-ce qui me ferait vraiment jubiler ?
Quelle serait la cerise sur le sundae de ma vie ?
Surtout, rester ce que j’ai toujours été : délinquante.
En tant qu’adolescente du 3e âge, je continuerai à résister aux pressions sociales, à défier les règles et les statistiques.
Si la vieillesse conduit parfois à la sagesse, il s’agira sans doute pour moi d’une sage-folie.

 

Je me préparais donc, non à mourir, mais à vieillir en beauté. Mais je n’avais pas prévu une autre réalité : celle de la maladie d’Alzheimer de mon chum. Et tout d’un coup, ma vie bascule. Certes, la maladie n’est qu’à son début, mais le choc du diagnostic me foudroie. Ne plus avoir le choix entre les projets qui « se bousculent dans ma tête », perdre le contrôle de la construction de ma vie. Ne plus être en position de combat. La maladie étant incurable et irrémédiable, la défaite, à court ou long terme, est cette fois inévitable. J’entends dire, par quelques sages de ce monde, qu’il me faut trouver un espace pour exprimer mes émotions et pour changer, tranquillement, ma manière d’appréhender la vie. Tout un programme pour la guerrière vaniteuse que je suis ! Actuellement, mes émotions (tristesse, colère, frayeur), je les ressens à fond, concentrées et bloquées dans mon coeur et dans mes tripes. Parce qu’écrire est une étonnante thérapie (à suivre).

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Yves Harrisson, en éclaireur…

texte Pierre Sénéchal | photo Martin Boisvert Artiste prolifique, talentueux et résolument libre, Yves Harrisson …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *