Chronique biblio – Quand une bibliothèque s’adapte

Texte et photo | Sylvie Michaud, M.B.S.I., bibl. prof., Biblothèque Françoise-Bédard

13 mars 2020. Nous annonçons que la bibliothèque devra être fermée au public à la fin de l’après-midi.

Moins de 2 semaines plus tard, le personnel de la bibliothèque doit quitter le navire… Télétravail, affectation à d’autres tâches pour quelques-un·e·s et PCU pour la plupart. Un minimum de services continue toutefois d’être offert et des mesures d’atténuation sont mises en place, réception et traitement des appels et des demandes par courriel, renouvellement d’abonnement, prêts prolongés de 3 mois, annulation des frais de retard, achat massif de livres numériques pour les jeunes et aide à l’utilisation de ce service qui existe depuis quelques années déjà, mais que certain·e·s usager·ère·s viennent de découvrir par la force des choses…

Durant tout ce temps, nous donnons des nouvelles notamment par notre page Facebook et l’envoi d’infolettres. Puis à la fin mai, l’espoir renaît. Les bibliothèques publiques obtiennent le « go » gouvernemental pour le prêt sans contact. Le personnel de la bibliothèque revient peu à peu, heureux, mais avec une certaine appréhension aussi. La chute à livres est ouverte à nouveau. Il était temps ; Plus de 7000 documents sont en circulation. Le 2 juin, les usager·ère·s peuvent nous appeler, faire mettre de côté leurs documents et venir les récupérer au comptoir du prêt sur rendezvous. Nous continuons à ne pas tenir compte des retards même s’il est désormais possible de retourner ses livres. Moins de 2 semaines plus tard, nous laissons tomber les rendez-vous. Les usager·ère·s passent lorsqu’ils le veulent durant les heures d’ouverture. Nous sommes désormais ouverts le samedi, en plus de tous les jours de la semaine.

Début juillet, nos services se bonifient encore. Nous créons les « prêts à lire ». Pour les abonné·e·s en mal d’inspiration, nous offrons un sac-surprise, selon un choix parmi cinq thématiques aux couleurs de l’été. Les jeunes ne sont pas en reste. Ils ont droit au « sac à ton goût », un choix de documents effectué par le personnel, basé sur leurs goûts de lecture. Les parents sont soulagé·e·s et les enfants sont vraiment excité·e·s lorsqu’ils·elles viennent chercher leur sac-surprise. Et M. Mô revient de son séjour à la campagne où il a été tout ce temps entre de très bonnes mains. L’équipe est presque complète.

Le 4 août, le public peut enfin entrer dans la bibliothèque et fureter dans les rayons. Nous continuons toutefois d’offrir le service de mise de côté des documents. La bibliothèque est transformée. Le deuxième poste de prêt est installé en dehors du comptoir, le poste de préparation matérielle se retrouve dans le salon de lecture, les fauteuils, tables et bean bags ne sont pas disponibles. Et bien sûr, il y a les cloisons de plexiglas, le marquage a sol, etc.

QUEL AVENIR ?

Tout ce que nous espérons pour le moment est que la situation ne se dégrade pas afin que nous puissions au moins conserver ce niveau de service, même s’il est loin d’être celui que nous offrions. Dans peu de temps, nous pensons pouvoir offrir à nouveau l’accès à quelques postes informatiques et espaces de travail. Nous comptons également offrir quelques activités d’animation à l’automne. Quoiqu’il advienne, nous veillerons sans cesse à offrir le plus de services possible selon la marge de manoeuvre qui nous sera octroyée par cette damnée pandémie.

Ce qui restera de cet épisode marquant ? La joie de revoir un public fidèle, heureux de chaque nouvelle étape dans le déconfinement de nouvelles façons de travailler en équipe, le plaisir de trouver rapidement des solutions et d’effectuer les changements tout en souplesse. Il restera cependant aussi des deuils à faire. Ainsi, dans la foulée des événements des derniers mois, deux de nos employées ont dû précipiter leur décision de prendre leur retraite. Céline Lafrance et Micheline Paré ont représenté le visage de la bibliothèque pendant respectivement 32 et 30 ans. Ce n’est pas facile de quitter son milieu de travail dans de telles conditions, ni pour elles ni pour le reste de l’équipe.

Pour ce qui est du projet d’agrandissement et de réaménagement de la bibliothèque, il suit son cours, et l’échéancier n’a pas été mis à mal par la COVID. Si tout se poursuit comme prévu, l’appel d’offres pourrait être lancé dès cet automne.

Durant les travaux, la bibliothèque sera fermée, mais il y aura un point de service situé non loin de la bibliothèque actuelle. Les usager·ère·s pourront profiter de leur nouvelle bibliothèque au printemps 2022. À ce moment, la COVID devrait être chose du passé… Une chose est sûre, nos usager·ère·s l’auront bien méritée, cette bibliothèque.

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Un pas à la fois, ta montagne tu graviras

Texte | Christiane PlamondonPhotos | Défi Everest Pour ma part, ma montagne s’appelle l’Everest, le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *