Chef·fe·s de meute recherché·e·s

Texte | Marie-Amélie Dubé

Le loup.
C’est un animal bien étrange.
Il demande beaucoup, beaucoup, beaucoup d’attention, d’amour, de temps et de patience.
Mais il attire aussi beaucoup, beaucoup, beaucoup les regards, le respect et la reconnaissance.
Il se donne gratuitement pour tou·te·s. Sans distinction de genre, de religion, d’origine ou d’âge.
Il est généreux et s’offre à vous tous les mois, ou presque, pour vous informer, vous amuser, vous engager ou vous éduquer.
Il se matérialise sous plusieurs formes.
Il accepte et accueille tout le monde.
Il est coloré. Amoureux de l’art. Amoureux des mots.
Il est attaché à sa région. Enraciné au Bas-Saint-Laurent depuis plus de 10 ans.
Il est attachant. La communauté le chérit aussi.
Il parcourt toutes les MRC, ou presque, pour venir à votre rencontre.
Il s’indigne, se passionne, se livre et fait rayonner les gens et les initiatives d’ici.
Il est fier de représenter sa région et d’être un vecteur d’attractivité pour les gens de l’extérieur.
Il affectionne particulièrement l’art, la culture, l’esprit communautaire, les mouvements sociaux et l’environnement.
Il est hyper serviable et ne demande qu’à aider, qu’à collaborer, qu’à être un levier pour vous aider à avancer ou à faire avancer vos projets, votre cause, votre initiative.
C’est un loup rassembleur. Un loup de collectif. Un loup de gang.
Son réseau d’ami·e·s est vaste et diversifié.
Son lectorat est fidèle et au rendez-vous.
Ses partenaires sont nombreux et engagés.
Ses collaborateur·trice·s sont de partout dans le monde.
Toutefois, le loup regarde devant lui et se questionne beaucoup, ces derniers temps, sur la survie de sa meute.
Sa cheffe vient d’annoncer qu’elle va quitter la meute.
Il sait que pour rester chef, ou le devenir, il faut se battre pour garder sa place, se battre pour manger, se battre pour réussir à partager la vie d’une louve au sein de la meute.
Après cinq ans à se battre pour sa meute, il comprend que sa cheffe ait envie d’aller se battre ailleurs pour laisser la place à d’autres loups. Et il est reconnaissant du temps passé à ses côtés.
Mais qui va la remplacer ?

Eh oui ! Je suis rendue là ! Je cherche une relève pour La Rumeur du Loup. Je cherche des jeunes – ou des vieux et vieilles ! – qui voient tout le potentiel social que renferme ce magazine et ses plateformes pour mener le changement dans notre communauté. Des gens qui sont prêts à se battre. À ne pas compter leur temps. Des gens qui sont prêts à faire la différence. Car oui, on l’a fait pour plusieurs personnes. Je dis ON parce que toutes les personnes impliquées dans le magazine depuis plus de 10 ans ont contribué, sans le savoir parfois, à faire la différence pour une ou deux personnes dans notre communauté. Je n’ai plus assez de doigts de pied ou de main pour compter les messages de reconnaissance qui m’ont été adressés en cinq ans seulement. Je cherche des gens qui ont envie de créer une relation forte et pérenne avec notre communauté. De faire se raconter des histoires pas possibles. Des récits inspirants. Des poèmes de changement. Des odes à notre beauté humaine. Des pamphlets pour continuer à se tenir debout.

C’est ce genre de personne là que je cherche pour la suite. Pas des gens qui veulent faire de l’argent à tout
prix. On ne fait pas ce magazine pour l’argent. Même si oui, il y en a à faire pour quelqu’un·e d’organisé·e et à son affaire, comme je l’ai été (et le suis encore). On fait ce magazine pour des valeurs sociales et communautaires partagées et pour son impact dans la collectivité. Oui, c’est possible d’en vivre si vos valeurs vont de pair avec cette vision. Je suis ouverte à toutes les propositions pour opérer et faciliter la transition entre moi et la ou les personnes
intéressées, tant au niveau des tâches qu’au niveau financier. Je dis LES, car je crois qu’une coop, un OBNL, une organisation ou un collectif citoyen bien solide aurait beaucoup à apporter pour faciliter l’ensemble des tâches qu’implique la gestion au quotidien de ce grand bateau. Mais un·e travailleur·euse autonome bien ancré·e dans le milieu, avec plusieurs collaborateur·trice·s dans son giron et qui partage les mêmes valeurs que le magazine pourrait tout aussi bien relever ce défi.

Bref, si vous avez envie de boire un verre ou de prendre une bouchée pour en discuter, faites-moi signe ! C’est moi qui régale !

Faites-un voeu pour que la Rumeur se trouve une relève !

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Mitis Lab : Espace collaboratif au Château Landry

Texte | Marie-Amélie Dubé Le Mitis Lab est un OBNL ayant démarré ses activités à …

Un commentaire

  1. Marie-Amélie,
    Je te félicite d’avoir maintenu vivante la Rumeur du Loup pendant tout ce temps. Ce magazine superbe, de facture et en contenu, je l’ai toujours parcouru avec intérêt. Je dirais même qu’il m’a rendue fière de vivre ici. Bravo!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *