Accueil / Nos sens / La Réflexion / C’est qui Po Beaudoin ?

C’est qui Po Beaudoin ?

texte Marie-Amélie Dubé

OCTOBRE 2018
Écouter le documentaire d’Hugo Latulippe et de Pénélope McQuade Troller les trolls en direct sur Facebook. Mettre un post-it sur le mur du bureau. Planifier de faire une édition du magazine sur les réseaux sociaux.

13 MARS 2019
Se retrouver sans accès pendant 24 h à Facebook, Instagram et Messenger. Avoir 60 publications à programmer, des événements à promouvoir, une actualité locale, régionale, provinciale, nationale et internationale à suivre. De la modération à faire. Des suivis à faire. Être pris au dépourvu. Vulnérabilité. Perte de contrôle. Impossibilité de livrer la marchandise.
Imaginer le pire. Fermeture de Facebook, Instagram et Messenger.
Être gestionnaire de communautés.
Essayer de vivre de ce métier. Envisager la fermeture de Facebook et ses dommages collatéraux. Fini les idoles instantanées.
Fini le lynchage public. Fini l’islamophobie à outrance. Fini les contrats de gestion de communautés.
Être gestionnaire d’un média alternatif communautaire papier. Essayer de vivre de ce métier. Se faire dire qu’il faut être fou pour croire au pouvoir du papier. « C’est perdu d’avance. » Résister. Envisager la fermeture de Facebook et ses dommages collatéraux. Plus besoin de gérer de pages.
Plus besoin de faire de la modération en tout temps. Fini la sponsorisation et l’argent qui s’en va dans les poches de Zuckerberg. Plus d’argent dans l’économie locale et peut-être dans les médias locaux ?

RIRE TRÈS FORT

14 MARS
Retour à la normale. Quelques publications plus tard, plus personne n’en parle.

21 MARS
Acheter en librairie l’essai On peut plus rien dire : le militantisme à l’ère des réseaux sociaux, de Judith Lussier.
Lire à petites bouchées. Gros pouce en l’air pour le lexique de vocabulaire spécifique en lien avec les socials justice warriors.
Ne pas comprendre pourquoi tellement d’énergies négatives et surtout de TEMPS sont dépensés pour faire couler autant de fiel sur les réseaux sociaux.
Ne pas comprendre pourquoi autant de gens se mettent le pied dans la trappe. Choisir de mettre son attention dans des tâches constructives et SURTOUT positives.

NE PAS COMMENTER, C’EST TOUT !

22 MARS
Ok, c’est qui PO Beaudoin ?
Nourrir la bête.
Les influenceurs.
Merci Simon Jodoin, j’ai ri aux larmes à la lecture de Ma vie en connardoscope.

27 MARS
Faire une entrevue avec Nellie Brière, stratège numérique et formatrice en réseaux sociaux.
Prendre conscience qu’il y a beaucoup de positif dans les médias sociaux. Réfléchir sur l’empathie et sa force mobilisatrice en communication et en relations humaines.

28 MARS 
Recevoir un message sur Messenger d’une rédactrice bénévole. Merci Priscilla !

« Je trouve ça quand même beau : J’avais envie d’écrire, j’ai découvert la Rumeur et ensuite je t’ai rencontrée. Et j’y écris. C’est plus qu’un média, c’est un rêve éveillé formidable où tout le monde est bienvenu et où tu es l’opératrice du rêver ensemble, numéro après numéro. La preuve à chaque numéro. »

Réfléchir au fait que si ce canal de communication n’existait pas, est-ce qu’on recevrait des lettres par la poste pour 4 lignes ? Est-ce que si on se voyait en personne est-ce qu’on se dirait des aussi belles pensées à l’oral ?

29 MARS
Écrire un édito sur les réseaux sociaux.
Ne pas avoir d’inspiration.
Réfléchir.
Pas trop.
Écrire.
Partir en impression.
Programmer des publications Facebook, répondre aux messages reçus sur Messenger, faire des publications Instagram.
Faire sa job.

Illustration Pierre Sénéchal

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Naviguer avec les enfants et les adolescents dans un océan d’écrans ?

texte Myriam Lapointe-Gagnon, doctorante en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières | photo @parcellesduquotidien C’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *