Appel à toutes les mères et leurs allié·e·s

Texte | Mères au Front Témiscouata et leurs allié·e·s
Photo | sweetlouise, pixabay.com

Fermez les yeux. Vous avez 7 ou 8 ans et vous écoutez les bulletins de nouvelles. Comment vous sentez-vous par rapport aux changements climatiques, à la crise mondiale climatique ? Aux bouleversements directs et indirects que subissent toutes les régions du monde face à la surconsommation ?

Ouvrez les yeux. Que voyez-vous ? Si vous êtes chanceux·ses, vous voyez de beaux paysages, mais pour combien de temps encore ? Si non, la grisaille de la ville n’a pas trop perdu de son lustre post-covid.

Trêve de prise de conscience. Nous sommes en vie sur une petite planète, c’est déjà un beau cadeau 🙂 Avant d’aller en exploiter d’autres, on pourrait laisser la place en bon état, comme quand on quitte un lieu pour le laisser plus propre que quand on est arrivé. C’est une règle de bienséance… oups, peut-être un concept un peu désuet aujourd’hui…

Vous avez toujours les yeux ouverts ? Voyez-vous le Progrès de notre Société exploiter les ressources naturelles et humaines partout dans le monde ? Voyez-vous que la surconsommation vous a quelque peu dépassé ? Vous sentez-vous de plus en plus étranger dans cette belle Société du libre entrepreneurship et du libre individualisme ?

Vous n’êtes pas seul·e·s. Mères, filles, soeurs, grand-mères et tout·e·s leurs allié·e·s du Bas Saint-Laurent, cessons de nous mettre la tête dans le sable comme des autruches. Nous n’avons pas mis au monde des enfants pour qu’ils·elles (ielles) vivent sur une planète désaffectée. Cette planète est sur le point de devenir hors d’usage, nous l’avons tellement malmenée qu’elle nous renvoie maintenant la balle, et plus vite que nous avons pensé la recevoir…

Unissons-nous pour que nos gouvernements municipaux, provinciaux et fédéraux travaillent à rescaper notre partie de planète. Afin que le monde entier puisse en bénéficier si tout·e·s font la même chose. Nous avons besoin d’un nouveau modèle de « vivre ensemble » dans lequel les emplois fleurissent, les gens puissent réorienter leur carrière sans frais, les PMEs vertes et innovantes de proximité soient encouragées, le travail et le savoir de nos ainé·e·s soient valorisés. Nous avons besoin d’un modèle inclusif qui n’oublie personne et qui donne le plein pouvoir aux Premières Nations.

Nous, femmes du Bas Saint-Laurent (et du Québec), exigeons un avenir décent pour nos enfants, avec de l’air exempt de plastique, de l’eau exempte de myriophylle à épi, de la terre exempte d’hydrocarbures et de la nourriture exempte d’OGM.

Nous aurions peut-être dû écrire avec le moins de plastique, myriophylle à épi, d’hydrocarbures et d’OGM possible ?

Concrètement, en vous impliquant, vous êtes présent·e·s lors de manifestations ou d’actions concrètes posées par rapport à un des enjeux local de votre municipalité/village. Il s’agit d’un peu de temps pour une bonne cause : vos enfants !

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

J’ai besoin!

Texte et photos | Geneviève Blais Nous savons que pour veiller à une bonne santé mentale …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *