À la découverte d’une surprenante forêt

Texte et photo | Karine Raymond-Marcotte

Lorsque j’étais enfant, je croyais aux forêts fantastiques. J’étais très interpellée par la vie dans les bois. Je me nourrissais d’histoires et de livres qui toujours préservaient mon amour des grands bosquets. Cependant, ce qui a fait une grande différence, c’est cette absolue chance de grandir dans un endroit où les arbres, les fleurs, les champignons, les oiseaux et les animaux m’ont murmuré, jour après jour, nuit après nuit, leurs fabuleux secrets. J’ai alors toujours su que je faisais partie de cette magie. Depuis, c’est encore et toujours là, dans les bois, que je me sens chez moi.

La région du Bas-Saint-Laurent regorge de lieux magnifiques. Établie ici depuis 20 ans, je ne cesse de m’extasier devant toutes ses opportunités. Je vais aujourd’hui vous partager un de mes endroits préférés, mais vous devez me faire la promesse de toujours respecter ces lieux en adoptant des comportements responsables. Nous observons, depuis quelques années, la dégradation de plusieurs sites naturels isolés et saccagés par des hordes de touristes voulant alimenter leur Instagram. C’est toujours avec une petite crainte que je parle dorénavant de mes coups de coeur. Pourtant, le concept est simple : profiter des forêts encore longtemps en laissant vivre ce qui était, ce qui est et ce qui sera bien au-delà de notre passage. En résumé, ne jetez pas vos déchets par terre, restez dans les sentiers, respectez les animaux et effectuez des cueillettes (plantes, fleurs, champignons, bois mort) avec modération. Voilà, c’est dit ! Je me sens plus à l’aise de vous partager cet endroit féérique que j’affectionne particulièrement : le sentier pédestre culturel de Mont-Carmel.

Qu’est-ce qu’il a en plus ce petit bout de chemin ? Il arrive à mettre en commun trois activités excitantes au plus haut point : la culture, le plein air et les champignons !

LA CULTURE

Le sentier présente différentes haltes culturelles où des oeuvres picturales, musicales, et poétiques se dévoilent à nous. Le tracé est joliment sinueux et il nous amène à croiser la Place de la peinture (détente et contemplation), la Place de la musique (hommage aux talents musicaux des gens de Mont-Carmel), la Place de la poésie (rassemblement de mots et d’émois) et la Place de la photographie (histoire de la photographie depuis son invention en 1822). Tout est en place pour rendre hommage aux artistes et aux différentes formes d’art, et c’est une expérience mythique de vivre cela en plein coeur de la forêt. Finalement, pour les adeptes de l’autoportrait photographique, la Place du “ selfie » permet aux gens de s’immortaliser devant les panneaux historiques du village sans abimer l’environnement ! Toutes les “ Places » se retrouvent à l’intérieur des deux premiers kilomètres du sentier. Il est donc possible de revenir sur ses pas si la fatigue se fait sentir.

LE PLEIN AIR

Le sentier s’étend sur une distance d’environ huit kilomètres aller-retour. Il relie le village de Mont-Carmel et le lac Saint-Pierre. Il est considéré comme étant “ facile à intermédiaire » et il est quatre saisons. Pour ma part, je suis partie du stationnement sur la côte Blais (route 287) près du village, et plutôt que de faire le même chemin au retour, je suis revenue par les magnifiques rangs à partir du lac Saint-Pierre. Les paysages kamouraskois sont à couper le souffle. Prenez note que le dernier kilomètre du sentier balisé est une longue pente descendante. Deux options s’offrent alors à vous : la remonter et refaire les quatre kilomètres dans la forêt ou déambuler dans les rangs qui comportent aussi quelques inclinaisons. Bref, vous ne vous en sortirez pas ! Sérieusement, c’est sûrement la portion “ intermédiaire » du parcours, mais tout cela reste absolument réalisable. N’oubliez pas de faire un arrêt à l’épicerie Chez Daniel, un endroit unique et chaleureux pour faire le plein de bons produits avant ou après votre randonnée !

LES CHAMPIGNONS

Il y a tellement de champignons visibles du sentier que c’est facile d’en perdre la tête ! Cette forêt m’a presque menée à une savoureuse folie ! Il y en a partout et de toutes les sortes. C’est à la fois magnifique et étourdissant. Le sentier traverse une belle plantation d’épinettes et offre également une diversité forestière intéressante. Ce n’est plus un secret pour personne que le Kamouraska et ses sousbois regorgent de trésors mycologiques. Il y a même un festival des champignons forestiers au Kamouraska. Bref, si vous aimez ça, les champignons, le sentier culturel est porteur de belles promesses de bonheur. Pour ma part, je pratique très peu la cueillette, mais je prends des centaines de photos à trier le soir venu. Les champignons forestiers sont fascinants, et plusieurs formations sont offertes dans notre région pour mieux les connaître. S’intéresser aux champignons, ça commence souvent comme un passe-temps qui se transforme en passion et qui culmine en obsession ! Surtout dans des forêts magiques. Je pense même que si vous êtes super attentif·ve, vous apercevrez peut-être le fameux village des Schtroumpfs. Je dis ça de même, mais moi je l’ai vu !

Prenez votre temps, explorez, apportez votre lunch (il y a un abri couvert au kilomètre 2), votre appareil-photo, votre produit antimoustique, et surtout, laissez votre imagination se déployer dans cette forêt aux infinies possibilités. Avec amour ! Bonne randonnée !

Entrées du sentier :
– Est en ouest : parc municipal de Mont-Carmel et stationnement sur la côte Blais (route 287)
– Ouest en est : sur le chemin du lac Saint-Pierre, près de l’ancienne Auberge du Petit Lac (10, chemin du Lac Saint-Pierre Ouest)

Page Facebook : Sentier culturel Mont-Carmel

À propos de Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Tous ces livres, si peu de temps

Texte | Marie-Josée Saindon NOUS ÉTIONS LE SEL DE LA MERRoxanne Bouchard. VLB éditeur. Mai …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *