Accueil / Nos sens / La Réflexion / 2017 : Toute une année pour la bibliothèque Françoise-Bédard

2017 : Toute une année pour la bibliothèque Françoise-Bédard

sylviemichaud

par Sylvie Michaud

 

À partir des années 2000, jusqu’en 2007 environ, la Bibliothèque Françoise-Bédard, à l’instar des autres bibliothèques publiques au Québec, connut une baisse d’utilisation de ses services. Les données qui permettent de faire ce constat sont le nombre de prêts par habitant et le nombre d’entrées. En 2007, ils étaient respectivement de 4,65 prêts/habitant et de 51 663 entrées. Était-ce la fin pour notre bibliothèque ? S’éteignait-elle doucement ? Oh que non ! À partir de 2009, une remontée notable des prêts et des entrées était enregistrée chaque année à la bibliothèque. Mais 2017 allait être l’année de tous les records ! Avec plus de 125 820 documents prêtés aux abonnés (soit 6,37 prêts/habitant), la bibliothèque connaissait une augmentation exceptionnelle de 18 % par rapport à l’année précédente (105 559). D’ailleurs, chaque mois de 2017 a battu un record absolu de prêts pour le même mois des années précédentes. Pour ce qui est des entrées, il y en eut plus de 71 143 en 2017, soit presque 10 % de plus qu’en 2016 (64 983). Et ceux qui croient encore qu’une bibliothèque est un temple de silence et de raideur, habité seulement par de vieux livres poussiéreux et des dames « bec sec » à lunettes et chignon, auraient tout intérêt à la fréquenter. Ce lieu vivant et chaleureux a attiré près de 6 039 participants aux 381 activités offertes l’année dernière. Parmi ces participants, les quelque 2 425 élèves du primaire qui l’ont visitée ne s’y sont certainement pas ennuyés ! D’ailleurs, nous ne sommes pas peu fiers de constater que 60 % (3 sur 5) des enfants louperivois de 14 ans et moins sont abonnés à leur bibliothèque. Plusieurs facteurs expliquent ces chiffres réjouissants. En premier lieu, il est certain que nos usagers ont beaucoup apprécié les deux mesures suivantes instaurées en 2017, soit la gratuité des documents audiovisuels et l’augmentation de la limite de prêts, qui est passée de 10 à 15 chez les adultes et de 7 à 10 chez les jeunes. Nous croyons aussi que l’équipe de la bibliothèque récolte les fruits de son travail et de ses stratégies mises en place depuis plusieurs années. Par exemple, nous avons mis beaucoup d’efforts, en animation notamment, afin de récupérer la participation des jeunes.

 

Avec plus de 125 820 documents prêtés aux abonnés

 

Nous avons travaillé très fort pour attirer de nouveaux abonnés : offre de livres et de revues numériques, programme de bibliomobile (présentation, abonnement, prêt et formation sur tablettes) dans les résidences pour personnes âgées, tente à lire et petites bibliothèques gratuites dans les parcs l’été, en sont quelques exemples. Et nous croyons que le visage de la bibliothèque s’est transformé, devenant un milieu où il fait bon passer quelques heures à lire, rêver, socialiser, connaître, apprendre… La présence de Monsieur Mô, le lapin de la bibliothèque (un concept unique au Québec), y est aussi pour quelque chose ! Allons-nous nous asseoir sur nos lauriers ? Certainement pas ! D’abord, rappelons que la bibliothèque a été édifiée en 1981, à un moment où la population de Rivière-du-Loup se chiffrait à 14 000 personnes. Or, les dernières statistiques font état d’une population de 20 000 personnes. Nous avons donc un gros déficit en ce qui concerne l’espace. Mieux desservir la population de Rivière-du-Loup afin de répondre à ses besoins variés et changeants, notamment en agrandissant la bibliothèque et en la mettant à niveau, voilà les défis et la mission qui nous attendent pour 2018 et les prochaines années.

 

fev55

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Sorties d’albums à surveiller !

  Les Louanges La nuit est une panthère Les Louanges, c’est Vincent Roberge puis c’est ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *