Accueil / Nos sens / L'Émotion / Y faire face ensemble
suzannepinard

Y faire face ensemble

raymondepettigrew

par Raymonde Pettigrew

 

 

« Vivre son deuil, ce n’est pas d’oublier la personne qui n’est plus, c’est de pouvoir accepter que l’autre n’est plus et de ne pas le retenir. »

Le Groupe de soutien au deuil est une association à but non lucratif pour venir en aide aux personnes qui vivent un deuil. Les animateurs reçoivent une formation basée sur la méthode de madame Suzanne Pinard qui se veut un guide à partir de son livre De l’autre côté des larmes. Il y a deux rencontres par année, soit une au printemps et une autre à l’automne. Ces rencontres sont gratuites et se déroulent sur une période de 10 semaines à la salle multi de la Maison Desjardins de soins palliatifs du KRTB. Le groupe de soutien au deuil est pour les personnes qui vivent le deuil d’un proche, pour les parents dont l’enfant est décédé, pour les personnes qui restent dans l’incompréhension à la suite du suicide d’un proche, pour les accompagnants, les formateurs ainsi que les intervenants de la santé et des services sociaux qui s’intéressent à la problématique du deuil. Il permet de se regrouper et de partager, de briser l’isolement qui se crée après un deuil et d’être soutenu dans sa démarche. L’approche de Mme Pinard se veut d’abord et avant tout réconfortante pour aider la personne à traverser les phases du deuil qui peuvent être difficiles et déroutantes. En être conscient n’élimine pas la douleur ressentie, mais cela peut permettre de mieux la vivre et d’être rassuré quant à certaines réactions, comme une mémoire défaillante, des étourdissements, une sensation d’être désorganisé et bien d’autres qui sont normales, comme en témoigne madame Pinard au moyen de nombreux récits de personnes ayant vécu un deuil. Les personnes reçoivent une écoute attentive sans que personne intervienne sauf les animateurs lorsque c’est nécessaire. Le déroulement se fait avec l’assurance de la discrétion et de la confidentialité. D’accepter de vivre les bouleversements qu’entraine la perte d’un être cher nous apprend à ouvrir notre coeur, à laisser être ce qui est, à marcher sur un sentier qui ne nous laisse plus seuls et prisonniers de notre immense tristesse, mais qui nous amène de l’autre côté des larmes, vers la paix du coeur et de l’esprit, dans le souvenir réaliste de celui ou celle dont l’absence reste si présente.

 

« Parfois, au début, les gens sont un peu craintifs, mais, d’une semaine à l’autre, on peut voir l’évolution et surtout la force du groupe qui apporte un plus. »

 

Pour vous donner une idée de la première soirée, les gens se présentent. Il y a par la suite un moment de recueillement suivi du moment de parole pour définir leur deuil. Le moment de parole qui revient chaque semaine est le plus grand moment de libération. Nous présentons par la suite un volet éducatif selon le thème et les objectifs de la soirée. La soirée se termine par un moment de recueillement et d’au revoir.

 

suzannepinard

 

Parfois, au début, les gens sont un peu craintifs, mais, d’une semaine à l’autre, on peut voir l’évolution et surtout la force du groupe qui apporte un plus. Les gens réalisent qu’ils ne sont plus seuls avec leur peine, ce qui les aide à cheminer dans leur démarche. Chaque soirée débute à 19 h et se termine à 21 h 30. Chaque session est très importante ; c’est pourquoi on demande l’assiduité des participants pour une meilleure évolution et compréhension. Pour vous inscrire, téléphonez au 418 860-3337 et laissez-y vos coordonnées. Un membre de l’équipe du Groupe de soutien au deuil vous rappellera.

 

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

sept25

Pimp mon char électrique

par Busque   L’avez-vous vue passer, la voiture blanche remplie de dessins tout autour ? ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *