Accueil / Nos sens / La Vue / Top 5 des films plus grands que les livres

Top 5 des films plus grands que les livres

« Le livre est tellement meilleur que le film ! » C’est le constat tranchant que l’on dresse quand on sort, déçu, de la projection d’un film inspiré par l’un de ses romans préférés. Les images qui fleurissent dans notre imaginaire à la lecture de L’écume des jours de Boris Vian ou de La route de Cormac McCarthy sont si fortes que la vision personnelle d’un réalisateur ne peut que faire faner nos plus fous espoirs. A contrario, lorsqu’il est mené avec un mélange de culot et de respect, ce jeu dangereux peut parfois donner des résultats fabuleux. Les proches collaborateurs du festival Vues dans la tête de…, tous gagas de cinéma, partagent leurs coups de coeur.

 

 

5

« J’ai toujours été marquée par Le matou. Probablement parce que j’avais 10 ans en 1985, et que les images du Vieux-Québec, la musique de François Dompierre et le langage coloré des personnages m’avaient fascinée. J’étais très loin de me douter que, 20 ans plus tard, ma mère et son chum achèteraient La Binerie Mont-Royal, restaurant que fréquentait l’auteur Yves Beauchemin. Son célèbre roman a d’ailleurs été rédigé en grande partie en observant la vie quotidienne des clients réguliers de ce restaurant. Chaque fois que j’y remets les pieds, je revois les personnages dégustant leur ragoût de boulettes et se criant quelques injures. » – Manolya Tükeli, Enseignante au cégep de Rivière-du-Loup

 

4

« Le diptyque formé de Jean de Florette et Manon des sources, réalisé par Claude Berry d’après les romans de Marcel Pagnol, a imprégné avec intensité mon éveil cinématographique, il y a plusieurs années. Ces films nous plongent avec puissance et beauté dans un village marqué par un secret effrayant, pourtant connu de tous. Le jeu d’Yves Montand et de Daniel Auteuil, la photographie et le rythme sont gravés dans ma mémoire comme si j’avais été là, dans ces collines sèches et arides de Provence. » – Nicolas Paquet, Producteur et réalisateur Franc Doc

 

3

« Comparativement au texte théâtral de Wajdi Mouawad, l’adaptation d’Incendies, par Denis Villeneuve, a l’avantage d’offrir des images réelles du Liban, dans lesquelles j’ai plongé totalement. Ce film m’a notamment marquée de façon auditive. Je me souviens du bruit des souliers sur un chemin cahoteux, perdu quelque part dans le pays. J’irai certainement un jour au Liban, où mon expérience risque d’être également enrichie sur le plan olfactif. » – Alex Ann Villeneuve Simard, chargé de projet Espace Centre-Ville

 

2

« L’Histoire de Pi, portée à l’écran par Ang Lee à partir du roman de Yann Martel, démontre toute la magie du septième art. S’alliant aux nouvelles technologies, ce film, gagnant de quatre oscars, réussit avec brio la transposition d’un récit philosophique sur le sens de la vie et la vraie nature des êtres vivants en un conte fantastique et profond à la fois. » – Julie Martin, gestionnaire à la culture Ville de Rivière-du-Loup

 

1

« Je devais être en 5e secondaire et nous avions à traduire, du grec au français, quelques vers d’une pièce d’Euripide écrite au 5e siècle avant Jésus-Christ. Pour nous motiver, notre professeur avait lancé la projection d’Électre de Michaël Cacoyannis, qui venait tout juste d’être présenté à Cannes. Wow ! La peine et la rage d’Électre s’animaient sous nos yeux. Quelques années plus tard, je suis allé marcher à Argos, au pays d’Électre. Cacoyannis était mon guide. Je retrouvais les collines pelées, la sépulture d’Agamemnon. Quelques autres années plus tard, je racontais la guerre de Troie à mes enfants, avant de les endormir… » – Pierre Lesage, responsable de la coordination et du développement ÉMCV

 

 

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

fev23

Inviter le monde – Ode à la diversité alimentaire à sa table

Par Andréanne Martin | Technicienne en diététique et conseillère en alimentation chez Simply For Life ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *