Accueil / Nos sens / L'Ouïe / TOP 10 des meilleures années de musique
Pour 2015, c’est le temps de célébrer les meilleures années de musique. J’espère vous rappeler de bons souvenirs musicaux!

TOP 10 des meilleures années de musique

TOP 10
des meilleures années de musique

Par Guillaume Leblanc

Pour 2015, c’est le temps de célébrer les meilleures années de musique. J’espère vous rappeler de bons souvenirs musicaux!

#10

1988

L’année charnière du college rock, alors que plusieurs groupes du genre passaient de l’underground vers un succès quasi assuré. C’était le cas de Sonic Youth avec son album légendaire Daydream Nation et des Pixies avec Surfer Rosa. R.E.M., déjà bien connu, montait un autre échelon avec l’album Green. C’était aussi l’année du célèbre album Bug de Dinosaur Jr. En 1988, le college rock qu’on rebaptisera « rock alternatif », était sur toutes les lèvres et donnait une bonne impression du son qu’on allait connaître dans les années 1990.

#9

2004

Les regards du monde entier se tournaient vers la scène de Montréal alors que The Dears, The Stills, Wolf Parade, Malajube et Arcade Fire émergeaient de l’ombre. Le son de cette musique, vulgarisé en indie rock, allait bientôt envahir les ondes radio, la télévision, le cinéma, partout en Europe et aux États-Unis. C’était également l’année de Franz Ferdinand, Modest Mouse et M.I.A. La culture hipster est née.

#8

1974

Pour nous Québécois, l’année 1974 est l’année de tous les hymnes. Il y avait Beau Dommage qui chantait les exploits d’un certain phoque en Alaska, Harmonium qui ne se prenait pas pour un groupe de musiciens parmi tant d’autres, Plume qui chantait son calvaire et Robert Charlebois qui, entre deux joints, faisait beaucoup de choses. C’est en 1974 que la musique québécoise s’émancipait finalement du yéyé et devenait identitaire de notre culture.

#7

1969

C’était les derniers grands moments du peace and love avec l’un des évènements musicaux les plus historiques de tous : Woodstock. Ce festival dépasse l’entendement et figure encore comme l’ultime rassemblement rock avec, entre autres, The Who, Janis Joplin, Santana, Grateful Dead, CCR, Joe Cocker et Jimi Hendrix. Mais c’était également l’année d’Abbey Road des Beatles et l’arrivée du légendaire groupe Led Zeppelin.

#6

1994

Avec le suicide de Kurt Cobain, le grunge était maintenant chose du passé. Il y avait un vide à combler alors qu’un nouveau genre émergeait. Mené par NOFX, Rancid, The Offspring et Green Day, 1994 sonnait l’arrivée du pop punk. Ce genre issu de la Californie était extrêmement rapide, irrévérencieux et teinté d’un « je-m’en-foutisme » flagrant. Ce genre pavera le chemin pour Blink 182, Lagwagon, No Use For A Name et toute une légion de petits groupes du genre. L’année 1994, c’est aussi Beck, les Beastie Boys, Weezer et l’arrivé de la britpop d’Oasis, Blur et Pulp.

#5

1967

Le flower power des années 1960 a, sans aucun doute, culminé en 1967. C’était le summer of love, l’année des excès, de l’amour libre, du LSD et la quintessence du psychédélisme. La trame sonore allait évidemment dans le même sens avec The Doors, Jefferson Airplane, The Turtles, Strawberry Alarm Clock, The Byrds et des premiers pas de Pink Floyd, Velvet Underground et d’un certain Jimi Hendrix…

#4

1977

À Londres comme à New York et Los Angeles, la nouvelle tendance musicale était le punk. Ces marginaux on réussi, pendant quelques temps, à éclipser du paysage musical le disco et imposer une musique agressive, corrosive, revendicatrice et irrévérencieuse. C’était la domination des Ramones, The Clash, Dead Boys, Bad Brains, Iggy Pop, The Damned et, bien entendu, des Sex Pistols. L’année 1977 est véritablement l’année maîtresse du mouvement punk.

#3

1964

C’était l’année de la British Invasion, alors que les Beatles annonçaient leur tournée nord-américaine et qu’un vent de folie s’installait en Amérique. La beatlemania s’est emparée de la jeunesse américaine lors du passage historique des Beatles au Ed Sullivan Show alors que pas moins de 70 millions de téléspectateurs étaient rivés au petit écran. La porte était donc ouverte et la machine à succès de The Who, Zombies, Animals, Rolling Stones et des Kinks était en marche.

#2

1991

Le grunge du début des années 1990 n’était pas seulement un engouement notoire, mais le dernier mouvement musical à avoir complètement bouleversé la culture mondiale. C’est le même mouvement qui a tué le glam rock et le hair metal de Scorpions, Poison et Mötley Crüe. C’était l’année de Pearl Jam, Alice in Chains, Smashing Pumpkins, Red Hot Chili Peppers, Primus et, bien entendu, Nirvana. Même le Roi de la pop Michael Jackson en a pris pour son rhume, se faisant détrôner au passage par le désormais classique « Smells like teen spirit de Nirvana », l’une des chansons les plus influentes de l’histoire du rock.

#1

1954

La plupart des analystes s’entendent pour dire que 1954 est le point de départ de la commercialisation du rock & roll. Du moins, c’est en 1954 que les ondes radio ont été dominées pour la première fois par ce nouveau style musical. C’est l’année de Bill Haley et « Rock around the clock », de Ray Charles et « I’ve got a woman » ainsi que des premiers pas d’un certain Elvis Presley. Ce qui en suivra fait maintenant partie de l’Histoire. Le rock est né.

La Rumeur du Loup, édition 72 Janvier – février 2015

À propos La Rumeur du Loup

Voir aussi

Vox Pox Facebook : À quoi ressemble ma ville du futur?

C’est la question que nous avons posée à quelques amis Facebook de La Rumeur du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *