Accueil / Nos sens / La Vue / Tertoc : Des bijoux de nature !
tertoc02

Tertoc : Des bijoux de nature !

joseemarquis

par Josée Marquis, joliejojo.wordpress.com

 

Pendant mon enfance, j’ai grandi sur un terrain qui longeait un ruisseau. À deux pas de la maison familiale, j’allais me tremper les pieds dans l’eau froide de la Petite Rivière, ignorant la richesse et le potentiel de cette nature environnante. Évidemment, je n’avais pas le regard créatif d’Eloïse René de Cotret, la conceptrice de Tertoc !

 

Originaire des Basques (St-Cyprien/Ste-Rita), Eloïse s’est établie à St-Élzéar-de-Témiscouata en 2011 et depuis un an et demi, à la suite de cette idée du hasard qu’est la création de bijoux à partir d’écorces de bois, elle se plait à arpenter les montagnes, les forêts et les rivières, le regard avide de matières à transformer. Des écorces et des racines d’arbres suffisent pour lui inspirer des bijoux qui s’harmonisent parfaitement avec sa nature douce et son talent d’artiste multidisciplinaire. Des bijoux qui se façonnent au gré de ses trouvailles : des boucles d’oreille, des pendentifs, des bracelets fabriqués d’écorces issues d’essences de bois variées et… secrètes. Parce qu’il lui a fallu plusieurs essais pour découvrir celles qui donneraient des pièces qui conserveraient leur forme, sècheraient bien et ne craqueraient pas au fil du temps. Bien au contraire, celles qu’utilise l’artisane de Tertoc révèlent parfois leur beauté avec l’usure du temps, comme ces boucles d’oreille qu’elle portait lors de notre rencontre et qui ont pris, au fil des mois, une apparence de cuir.

 

tertoc

 

Sa matière première est une denrée capricieuse, mais c’est ce qui confère à chacune de ses oeuvres son caractère unique. Parce que les propriétés des écorces cueillies subissent l’influence des saisons qui peuvent en modifier la densité ou même la couleur. Il devient donc quasi impossible de reproduire deux fois le même bijou de façon exacte. Elle travaille chaque écorce pour lui donner une forme au gré de son imagination. Parfois, elle y ajoute quelques touches de peinture vitrail. Les pièces sont ensuite huilées au beurre de karité ou à l’huile de coco ou de ricin, il est primordial que ce soit une huile qui ne rancit pas, et elle assemble le tout avec minutie. En plus de ses bijoux, elle crée des supports à bijoux, qui peuvent également servir de pièces décoratives, à partir de racines d’arbres qu’elle cueille dans le fond des rivières. Elle assemble le tout et l’enracine dans un pot récupéré afin de lui donner un aspect bonsaï.

 

« Sa matière première est une denrée capricieuse, mais c’est ce qui confère à chacune de ses oeuvres son caractère unique.. »

 

tertoc02

 

Vous désirez vous procurer ses créations ? La légèreté de ses bijoux leur confère cet avantage indéniable : les frais d’expédition sont réduits au minimum ! Vous pouvez donc les commander en la contactant via sa page Facebook : Tertoc. Elle dispose également d’un présentoir à l’Amarante Épicerie Écologique située au 763-A, rue Commerciale Nord à Témiscouata-sur-le-Lac, quartier Cabano. Et, bien entendu, surveillez les marchés de produits artisanaux qu’elle fréquente souvent en tant qu’exposante. Vous pouvez vous procurer ses bijoux uniques à des prix variant entre 20 et 35 dollars. Pour ce qui est de ses supports bonsaï, les prix oscillent entre 35 et 90 dollars. Vous désirez lui offrir une vitrine dans votre commerce et vendre ses produits ? Contactez-la via sa page Facebook. Ses présentoirs sont très attrayants ! Le caractère inusité de ses oeuvres suscite de nombreuses réactions, c’est ce qu’elle a pu constater au fil de ses discussions avec les amateurs de marchés publics. Du jamais vu, lui dit-on, et elle en est très fière ! En plus de lui inspirer de nouvelles créations, la demande grandissante lui permet d’alimenter son contact privilégié avec la nature, une des raisons pour lesquelles elle se passionne pour ces bijoux qui traduisent à merveille ses préoccupations écologiques. Je terminerai cette invitation à découvrir les produits offerts par la charmante Eloïse René de Cotret en vous expliquant d’où vient le nom de son entreprise. En fait, Tertoc, c’est son nom de famille lu de droite à gauche, mais c’est aussi un amalgame des mots terre et toc. La terre, sa principale source d’inspiration, et le toc, un synonyme parfois utilisé pour désigner un bijou d’une grande simplicité. Même anecdotique, cette constatation nous révèle l’unicité de cette artiste de la nature et le caractère prédestiné de sa fibre artisanale !

 

tertoc03

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

Vox Pox Facebook : À quoi ressemble ma ville du futur?

C’est la question que nous avons posée à quelques amis Facebook de La Rumeur du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *