Accueil / Nos sens / La Vue / Suivre la trace des explorateurs
mai42

Suivre la trace des explorateurs

par Maurice Gagnon

 

Dans son dernier livre, Le Québec à 5 km/h, Nathalie Le Coz nous dévoile les sentiers et rivières que les explorateurs ont parcouru depuis Samuel de Champlain, n’écoutant que leur courage et animés par la curiosité de découvrir un autre monde.

 

Nathalie Le Coz est une passionnée de plein air. Pacômienne depuis trois ans, elle a vécu une douzaine d’années à Rivière-du-Loup. De nombreuses expéditions à pieds ou en canot ont mené cette anthropologue de formation à s’interroger sur l’origine de ces sentiers qui sillonnent le Québec. Pour madame Le Coz, il ne s’agissait pas uniquement d’identifier leurs parcours, mais de « comprendre tout le contexte historique entourant leur présence ». Contrairement aux autochtones, les premiers explorateurs, souligne-t-elle, ont mis par écrit leurs observations. Ils se font entendre à travers cet ouvrage. Au départ, les voyages ont une vocation commerciale. On veut trouver la soie, le sel ou l’or. Samuel de Champlain, nous rappelle l’auteure dès les premières pages, est l’un des premiers Européens à s’aventurer à l’ouest d’Hochelaga en 1613, vers la baie d’Hudson, croyant que cette mer lui permettrait d’atteindre la Chine. Nathalie Le Coz nous entraîne également sur la route de la traite des fourrures ou encore sur la voie des contrebandiers à l’époque de la prohibition. Elle nous invite en outre à sillonner le Grand Portage du Témiscouata utilisé par l’armée britannique lors du conflit de 1812 pour acheminer des renforts vers le Haut-Canada entre Fredericton et Kingston.

 

mai41

1 — Le Québec à 5 km/h de Nathalie Le Coz est publié aux Éditions Fides.

 

Elle a investi cinq ans dans ce projet

Une page captivante de l’ouvrage nous raconte le transport du courrier sur la Côte-Nord. « L’un de ces courageux postillons, Jos Hébert, a été immortalisé dans une chanson de Gilles Vigneault », rappelle madame Le Coz en entrevue. L’apparition des clubs privés viendra donner une dimension récréative à la forêt. Puis on constatera les vertus du grand air pour la santé. Nathalie Le Coz consacre aussi l’avantdernier chapitre à la recherche botanique au Québec avec Jacques Rousseau et le frère Marie-Victorin. Non seulement l’auteure nous fait-elle connaître ces récits fascinants par les mots, mais son ouvrage est en plus émaillé de magnifiques photos et de cartes. Elle a investi cinq ans dans ce projet, lisant les textes d’époque ou les écrits d’autres historiens, dont Louis Lefebvre, qui a documenté le tracé des Jésuites. Chaque chapitre nous indique comment accéder à ces sentiers et ces rivières fréquentés par les explorateurs. Il nous permet aussi de découvrir des points d’observation tels que la grève de Notre-Dame-du-Portage.

Nathalie Le Coz a aussi publié aux Éditions Fides : Découvrir le Bas-Saint-Laurent. Nature et culture (2007) et Gourmands de nature. La cuisine en plein air de la petite à la grande aventure (2009).

 

mai42

Photo de Nathalie Le Coz (crédit photo : Maurice Gagnon)

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

aout55

Portraits – Marie Pierre Daigle

texte Marie Pierre Daigle collaboration Marie-Claude Joannis   Une artiste en métiers d’art engagée dans ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *