Warning: trim() expects parameter 1 to be string, array given in /home/rumeurduloup/public_html/wp-content/plugins/the-events-calendar/src/Tribe/Main.php on line 2397
Poésie du jour – Tourner comme le vent – la Rumeur du Loup
Accueil / Nos sens / L'Émotion / Poésie du jour – Tourner comme le vent
Sans titre-4

Poésie du jour – Tourner comme le vent

Sans titre-1

Par Claude Desjardins

12 juillet 2015

Au Mont Pinacle ce jour-là,
Je tournais comme le vent
Me demandant quelle direction prendre.
Je sentais dans mon corps l’orage, l’instabilité et
le mal-être qui voulait se dire

Sans titre-2

Je suis allée voir pour rencontrer l’eau amoureuse,
Mais, le vent était déjà couché sur elle.
Vorace et gourmand,
il ne m’a pas laissé communier avec sa compagne.

Éprise par ses caresses ardentes,
Elle touchait au bonheur de laisser
virevolter sa robe
Sous le soleil qui lui rendait hommage.

Sans titre-3

Dans l’agitation de leurs étreintes,
il m’est resté le tourment.
Atteinte dans tout mon corps par ce tremblement,

J’ai fait tourner et tourner dans ma tête
tout ce qui pouvait bouger.
Bouleversée, étendue sur le siège arrière
de ma voiture,

J’ai ouvert la portière et j’ai laissé entrer
ce que le vent voulait me transmettre.

Sans titre-4

Une énergie crue, tremblante, éveillée
Expirée par ses poumons éthérés
Parcourait l’univers de ma chair,
Éphémères particules avides d’existence.

J’ai laissé tous ses souffles me pénétrer
J’ai saisi la tempête qui grondait
L’ineffable source de vie qui respirait
Dans les profondeurs de son être
Dans les profondeurs de mon être.

La houle trop agitée qui logeait chez moi,
S’est ainsi pacifiée.
Le vent ravi volait vers d’autres amantes
Apaisé d’avoir reçu et donné.

Ce jour-là, un sentier infini
fut gravé dans mon coeur
Celui de toute la richesse d’être en vie et d’aimer

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

nov04

C’est quoi le Rainbow déjà?

par Rainbow Submarine, illustration par Frédérique Dubé-Hébert   On n’est pas une entreprise ni un ...

Un commentaire

  1. Desolee les amis de vous avoir abandonnes sans nouvelle ces derniers jours mais comme l’ecrit si bien Asphodele, j’etais tombee dans une faille spatio-temporelle. Je me promenais dans les annees soixante a la suite de Elena dans la banlieue turbulente de Naples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *