Accueil / Nos sens / La Réflexion / Pimp mon char électrique
sept25

Pimp mon char électrique

busque

par Busque

 

L’avez-vous vue passer, la voiture blanche remplie de dessins tout autour ? En fait, c’est le résultat d’un projet dans le but de valoriser la voiture hybride rechargeable et la voiture électrique. Martin du Café L’Innocent m’écrit pour me demander de venir m’asseoir avec lui et Vincent Beauchesne d’Impact Ford pour un projet spécial. Pourquoi pas ?

 

Ma mission, si je l’accepte : faire un événement à L’Innocent avec plusieurs autres d’artistes et nonartistes pour dessiner avec des feutres Sharpie permanents sur la C-Max, une voiture hybride rechargeable de Ford. En même temps, nous avions un spectacle hommage à Jean Leloup sur la terrasse du café par l’excellent Mathieu Moon, un moment fort agréable. Il y avait même une station de tatouage handpoke par Karianne Larousse, on est vraiment rendu en 2018. Oui oui, 2018 ! Le futur arrive plus vite qu’on le pense. Et par la suite, nous avons demandé à quelques chanceux d’essayer la voiture pendant une semaine, question de vivre un peu comme si nous étions justement en 2018 et plus.

 

sept26

 
Voici les témoignages des participants :

 

 

Essai d’auto hybride no.1

Beaucoup de routes et de rires

mireillepoulin

par Mireille Poulin

 

Auto habituelle : Nissan Versa — 2009, transmission CVT
Pendant mes quatre jours de test, ce fut un charme de conduire la C-Max. Amusement et bien-être résument mon expérience ! Je me suis rendue jusqu’à Métis-sur-Mer avec cette voiture et je l’ai aussi utilisée pour faire du travail de terrain, équipement d’échantillonnage de sols inclus. En tout, j’ai fait 400 km en quatre jours et ça m’a coûté seulement 18 $ d’essence !

 

Première réaction : une recherche de la confirmation que l’auto est bien démarrée, car elle ne fait aucun son. OK, on m’indique que l‘auto est prête à avancer. Merci, c’est bon ça. Deuxième réaction : tout le long du chemin vers chez moi, un fou rire à chaque arrêt que j’avais à faire ! C’est vraiment trop bizarre qu’il y ait un silence total à chaque arrêt ! Rire et rire encore à chaque stop, c’est trop inhabituel ! Fun total ! En fait, on se rend plus compte que c’est électrique à l’arrêt, car quand l’auto avance, il y a le bruit des pneus sur la chaussée et du vent contre la carrosserie, comme d’habitude. Autre adaptation, je dois brancher l’auto pour la nuit. Comme je n’ai évidemment pas de station spéciale à 240 V chez moi, ce qui rechargerait la batterie en deux heures et demie, ça prendra donc sept heures pour la recharger. Mais bon, c’est la nuit, ça ne change rien. Il ne faut juste pas oublier de le faire, où qu’on se trouve, si l’on veut profiter des 32 km à 100 % sur l’électricité ! À ma deuxième journée, je me suis décidée à jeter un coup d’oeil au manuel d’instruction. C’est quand même une voiture spéciale… OK, j’ai trouvé le fameux piton magique qui permet de changer de mode. Le mode électrique maintenant nous fait rouler électrique à 100 % jusqu’à ce que la batterie rechargeable soit déchargée, les fameux 32 km. Le mode électrique plus tard nous permet de rouler hybride maintenant, par exemple si l’on doit faire une grande distance sur l’autoroute, et de revenir sur demande en mode électrique, par exemple lorsqu’on entre en ville. Le mode automatique est pratiquement la même chose que le mode électrique maintenant, de ce que j’en ai compris, donc je ne vois pas trop son utilité.

 

« OK, j’ai trouvé le fameux piton magique qui permet de changer de mode. »

sept27

 

C’est sûr que c’est un peu tannant d’avoir à penser à la recharger pour une toute petite autonomie électrique, surtout quand on doit dormir à l’extérieur. Par contre, pour ceux qui font surtout des trajets en ville, ça peut être super rentable. Il existe toujours cette voiture en modèle hybride seulement, mais dont le rabais gouvernemental est beaucoup moins alléchant, soit 500 $ au lieu de 4000 $ au moment d’écrire ces lignes. Une autre différence avec les autos traditionnelles est la transmission CVT, c’està- dire une transmission à variation continue, mais mon auto l’a aussi, ce qui me permet de les comparer. Avec la mienne, l’accélération est souvent difficile à cause de la CVT, mais en mode hybride, sur la Ford C-Max, j’ai ressenti beaucoup plus de puissance que la mienne, un bon point pour cette auto. Aussi, typique d’une CVT, la voiture se freine un peu d’elle-même dans une côte descendante, ce qui est très pratique pour économiser les freins et amuser les non-habitués. En pente descendante, j’ai trouvé la C-Max et ma Versa très semblables. Côté intérieur, j’ai bien aimé, car c’était très semblable à ma Versa là aussi. Le grand dégagement dans tout l’habitacle fait que je ne me sens pas étouffée et l’espace pour les jambes, autant en arrière qu’en avant, rend les passagers heureux. Cependant, heureusement que j’étais seule pendant l’essai et sans trop de bagages, car la batterie prend énormément de place dans la valise, un désavantage quand même important. En gros, j’ai beaucoup aimé conduire cette auto. J’ai trouvé ça spécial et écolo, et j’aime ce qui sort de l’ordinaire et ce qui est bon pour l’environnement. J’avais donc une bonne sensation à l’utiliser, en plus qu’elle était joliment décorée. Je redoutais seulement le moment où je rembarquerais dans mon auto conventionnelle et me sentirais un peu coupable d’avoir besoin d’essence dès le démarrage…

 

 

Essai d’auto hybride no.2

Les autos électriques sauveront le monde, vive les autos électriques !

mathieudmoulon

par Mathieu Dumoulon-Lauzière

 

J’aimerais vous dire que ma semaine passée avec Guertrude (le surnom que j’ai donné à la voiture) a été parsemée de moments forts et cocasses dignes d’une comédie américaine du début des années 2000. Malheureusement, il en est tout autre.

 

Ce fut le calme plat. Outre les nombreux curieux qui sont venus cajoler Guertrude du regard en raison de ses peintures de guerre, j’ai vraiment peu de choses à signaler. Et je crois que c’est justement ce calme plat qui a fait de mon expérience une révélation. Guertrude, dans toute sa magnitude et générosité, n’a pas bouleversé mon train de vie quotidien. Elle s’est glissée doucement dans ma vie, ne demandant rien de plus ou rien de moins que Germaine, mon autre voiture. La transition a été si subtile, agréable et aisée que j’ai eu l’impression de conduire un nuage bariolé. Avant Guertrude, je rêvais d’un prochain véhicule audacieux et explosif, comme un ballon dirigeable. Maintenant, j’anticipe un nuage. Un cumulonimbus baptisé Guertrude 2.

 

 

Essai d’auto hybride no.3

Un doux son d’économie

juin53

par le Rainbow Submarine

 

Le Rainbow Submarine a eu l’occasion de troquer son sous-marin pour un véhicule certainement plus discret (si on oublie sa carrosserie envahie de vos oeuvres au Sharpie qui ont su attirer tous les regards pendant nos promenades estivales). Et quel bonheur ces promenades lorsque nous nous trimballons à travers les campagnes du Bas-Saint-Laurent sans entendre le bruit du moteur ! Car ce qui nous a le plus charmés dans un premier temps, c’est l’absence totale de bruit généré par la mécanique du véhicule, laissant place totale au doux son des pneus caressant l’asphalte (cette voiture nous rend poétiques).

 

Avec ce véhicule, nous avons profité des beautés du Kamouraska en faisant des économies. Avec des consommations moyennes tournant autour de 4,5 l/100 km, il était difficile de rivaliser avec notre véhicule ne répondant qu’au parfum de l’essence. Brancher notre voiture la nuit étant devenu une habitude, notre petit défi durant cette semaine de test était de remplir la petite pile sur l’écran, indiquant la teneur en énergie des deux batteries au lithium dissimulées dans le coffre. Pour cela, rien de plus simple : la récupération de l’énergie cinétique au freinage nous permettait de tenir de longues distances sans jamais consommer une goutte d’essence. Efficace pour des trajets en ville, peut-être moins sur l’autoroute… Bref, nous sommes sous le charme. Et puis le système de son, une fois embarqué, c’est plutôt cool. En parlant de son, pourrions-nous continuer à nous faire nommer « Rainbow Submarine » si on ne profitait pas de cette courte tribune pour partager avec vous nos coups de coeur musicaux à bord de cette Ford C-Max ? Cassons un peu le calme sonore avec :
1 – STRFKR – Vault Vol. 2 / Un album de route, tout simplement.
2 – Medora – ï / Un chef d’oeuvre de chez nous.
3 -Clark’s Bowling Club – Cool Kids / Pour bouger un peu sur des sièges confortables.
4 – Loud – New Phone / Une vraie belle plume.

 

 

 

Vision électrique

 

Puisque c’était son idée à la base, j’ai voulu m’entretenir avec Vincent Beauchesne, le directeur général d’Impact Ford et nouvellement d’une concession Mitsubishi à Rivière-du-Loup, qui sera situé au 16, rue Roland-Roussel, à côté de la SAAQ, sur un terrain vacant. Il a 24 ans et compte parmi les plus jeunes concessionnaires du Canada, toutes marques confondues.

 

Busque : C’est toi qui as eu l’idée de départ du projet de la voiture hybride rechargeable qui a été peinte par des artistes et ensuite prêtée dans le but d’écrire des articles. Comment cette idée t’est-elle venue ?

Vincent Beauchesne : Je trouve que la clientèle des véhicules électriques ou hybrides rechargeables est une nouvelle clientèle à développer. Ce sont des véhicules qui sont peu présentés, et nous avons trouvé une idée pour les faire connaître. Ce qui était important pour moi, c’était d’aller chercher des gens locaux. Nous aurions pu faire des essais routiers avec monsieur et madame Tout-le-Monde, mais la clientèle visée est surtout celle qui est consciente de l’environnement plus qu’autre chose. À mon avis, les artistes sont un petit peu plus connectés et ils ont souvent une valeur sociale qui va plus du côté du développement durable. Je ne crois pas que ce soit eux qui gaspillent de l’eau à laver leur entrée le dimanche ! Nous sommes donc partis de cette idée, en collaboration avec Martin du Café L’Innocent et toi de La Rumeur du Loup. C’est une bonne idée, tout le monde regarde la voiture au passage !

 

B. : Pourquoi les voitures électriques sont-elles importantes pour toi ?

V.B. : Premièrement, les voitures électriques, c’est l’avenir. Je n’ai peut-être pas l’air de cela, mais je suis un adepte de ce type de voiture. J’ai roulé avec une voiture électrique tout l’hiver. Deuxièmement, comme vous le savez, le gouvernement a voté la loi zéro émission, qui a été l’une des seules lois depuis 20 ans qui ont été acceptées à l’unanimité. Au Québec, pour 2018, les fabricants de voitures ont un objectif de vente de véhicules électriques, hybrides ou hybrides rechargeables qui représente 3,4 % de leurs ventes totales.

 

B. : Qu’est-ce qui arrive si vous n’atteignez pas ce nombre ?

V.B. : Un véhicule électrique é quivaut à un certain nombre de crédits. Si un fabricant n’atteint pas son objectif, qui pourrait être, par exemple, de vendre 1000 véhicules à un crédit chacun, il aura une amende de 5000 $ par crédit manquant. Juste pour vous donner une idée, il y a des fabricants en ce moment, autres que Ford et que certains manufacturiers qui ont déjà la voiture électrique comme GM et Nissan, qui paniquent vraiment, car ils n’ont aucune alternative d’ici les deux ou trois prochaines années. Cette loi rentrera en vigueur au début de 2018. Nous avons présenté notre désaccord à notre ministre ici à Rivière-du-Loup. L’objectif du gouvernement de 2018 est de 3,4 % de nos ventes, ce qui représente une vingtaine de véhicules électriques pour nous ; je n’y vois pas de problème. Là où c’est plus inquiétant, c’est en 2019, car l’objectif double. Aurons-nous assez de véhicules pour y arriver ? Nous devrons plutôt attendre en 2020 ou 2021. Alors, pour 2019 et 2020, les objectifs seront très difficiles à atteindre.

 

« L’hiver, l’essence permet de réchauffer la batterie et ensuite de passer en mode électrique. »

 

sept28

 

B. : Nous assisterons sûrement à un mouvement d’entraînement. Plus les gens conduiront des véhicules électriques ou hybrides rechargeables, plus les amis, les voisins voudront l’essayer et s’en procurer une. J’entends souvent : « Ma prochaine voiture sera électrique ou hybride rechargeable. » Pour l’avoir testée pendant tout un hiver, qu’est-ce que tu aimes de cette voiture ? Quels sont ses avantages et ses inconvénients ?

V.B. : J’ai conduit une Focus 100 % électrique. Le désavantage est que l’hiver, l’autonomie descend d’environ 30 %. Aussi, l’inconvénient pour les pieds pesants comme moi est que la batterie se décharge plus rapidement quand on roule vite. Un véhicule électrique peut ne pas fonctionner en bas de -25 °C. C’est le petit inconvénient et cela m’est arrivé une fois. C’était un froid extrême, presque -40 °C. Le véhicule m’a dit qu’il faisait trop froid, que la batterie n’était pas chaude et qu’il ne pouvait pas démarrer. Pour ma part, ce que j’aime bien en ce moment, c’est l’énergie alternative. Nous avons une Fusion Energi juste derrière nous. Elle est rechargeable et à essence en même temps. L’hiver, l’essence permet de réchauffer la batterie et ensuite de passer en mode électrique. Pour les véhicules électriques à 100 %, ce sont les seuls inconvénients, mais ils devraient être corrigés d’ici quelques années. La voiture électrique que j’ai eue était une 2016. Pour la 2017, avec la recharge rapide, c’est différent. La technologie évolue, c’est à suivre. Chez Groupe Beauchesne, nous voulons nous diriger vers ce créneau. C’est déjà une avenue que nous avions prise et nous ne sommes pas surpris de cette loi du gouvernement. Depuis 2015, nous sommes installés pour les bornes électriques à 100 %. Avant, nous focalisions sur nos ventes de véhicules hybrides. Nous avions pris ce marché et nous nous sommes rendu compte, moi le premier, que nous voulions un virage un peu plus vert. Nos ventes ont augmenté et nous avons terminé parmi les premiers au Québec pour les ventes de véhicules Focus électriques.

 

B. : Si, demain matin, je vais chez vous, pourrai-je acheter un véhicule électrique ou hybride rechargeable et partir avec ?

V.B. : Oui, sans problème. Nous avons des C-Max et des Fusion Energi disponibles. Pour les Focus électriques, nous avons eu une trop grande demande et elles sont en rupture de stock jusqu’en 2018. Nous avons des carnets de commandes et les voitures rentrent au comptegoutte. Je vous dirais que la prochaine livraison pour une Focus 100 % électrique neuve sera au début 2018.

 

B. : Tu ouvriras une nouvelle succursale, ce sera un nouveau défi pour toi. Peux-tu nous en parler ?

V.B. : Oui, c’est un nouveau défi depuis l’annonce officielle mardi passé. En 2016, Renault-Nissan est devenu l’actionnaire majoritaire de Mitsubishi avec 34 % des actions. La raison est l’électrification des véhicules dans les prochaines années. Le regroupement Renault-Nissan-Mitsubishi s’en va automatiquement dans cette direction. Pour ma part, nous ne pouvions pas passer à côté d’avoir cette franchise. Lorsqu’elle ouvrira en mars-avril 2018, nous aurons de nouveaux modèles, dont un véhicule électrique à 100 % ainsi que le premier VUS à traction intégrale abordable. Le VUS électrique rechargeable le moins cher qui est offert présentement est une Porsche à 100 000 $. Ce n’est pas abordable. Nous aurons le Outlander PHEV qui est un véhicule à essence et électrique. Il sera offert sous les 45 000 $ pour débuter, avec les rabais du gouvernement. Ce véhicule deviendra abordable comme un VUS à essence, avec le plaisir d’avoir une voiture silencieuse. Cette nouvelle construction deviendra notre centre de véhicules d’occasion et notre centre de véhicules d’occasion électriques. Ce sera le premier endroit dans l’Est-du-Québec à offrir des véhicules électriques d’autres marques et c’est important pour nous. Nous voulons devenir la référence en matière de véhicules électriques dans la région et dans le Bas-Saint-Laurent. Nous avons des gens qui viennent de loin pour acheter des Focus électriques, des Fusion Energi, des C-Max. Quand on croit en ce que l’on fait, on s’assure de réussir.

 

B. : Merci beaucoup !

 

 

 

 

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

oct01

Éditorial : Les oies blanches

par Marie-amélie dubé Ensemble. Coordonnées. À l’écoute. Suspendues. Liées. Audibles. Visibles. Déterminées. Investies d’une mission ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *