Accueil / Nos sens / L'Émotion / Mon K’amour à vélo : de tout pour réjouir les sens
kamou10

Mon K’amour à vélo : de tout pour réjouir les sens

Mon casque, ma gourde d’eau, mes sacoches, mon vélo et moi, on est souvent à la recherche d’horizons réconfortants. Fait que, avec le beau temps qui se pointe le nez depuis quelques semaines, la 132 et son doux pays m’appellent pas mal. Le rituel estival obligé, année après année, s’installe pour quelques mois. Le grand bal de la jouissance pour les yeux, le palais, l’esprit et le coeur. Direction Kamouraska : 45 km.

 

kamou

 

 

Je me lève tôt. Dès 7 h 30, après un bon café, un déjeuner protéiné et fruité, je saute sur ma bécane, prête à bouffer du bitume ! Avec mon bon vieux Norco 2005 (il est comme moi, la carcasse tient bien en place !), on sillonne la route entre les nids de poule qui séparent RDL de NDP et les arbres du Vieux St-Patrice qui nous saluent. Marée basse ou haute, l’odeur du foin de mer, du varech, la visite des oiseaux et de quelques autres cyclistes agrémentent l’attente vers le pays natal (je suis originaire de Saint-Pascal : mon surnom à 7 ans : « Madame Algue »!) et mon premier arrêt gourmand : Le Racoin, au 100, route 132. Halte imposée pour s’hydrater et gouter l’un des délicieux smoothies ou jus vert. Le temps aussi de s’assoir et de flatter le petit chat roux, ou le petit gris, qui se prélassent sur la terrasse ou dans les platebandes, entre deux bouquets leur offrant ombrage. Ce n’est pas encore le temps de manger. Dommage, car les déjeuners et diners y sont merveilleusement bons, mais mon pèlerinage gourmand ne fait que commencer ! Je dois patienter encore quelques kilomètres avant de penser à mon pique-nique de diner.

 

kamou02

Le Racoin, café-camping, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

« Marée basse ou haute, l’odeur du foin de mer, du varech, la visite des oiseaux et de quelques autres cyclistes agrémentent l’attente vers le pays natal. »

 

kamou03

Le Jardin du Bedeau, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

Il est temps de rejoindre ma monture pour quelques mètres seulement, parce que je m’arrête chez Claudie aux Jardins de la mer, 90, route 132 pour m’acheter un mesclun de la mer (persil de mer, épinard de mer, sabline, salicorne et pétales de roses). Un mélange de fraicheur salée qui goute l’aventure en mer. Ça va servir pour mon diner ! Quelques minutes plus tard, je valse sur la route en compagnie des monadnocks, ces collines de quartz restées sur les basses terres du Saint-Laurent au retrait de la mer Champlain. Au passage, le Cabouron de St-Germain, l’une de ses montagnes bien connues pour sa vue surplombant le fleuve au sommet, me rappelle le spectacle fabuleux qu’il m’a offert tant de fois avec mes amis, ma famille, mes amours. Mais pas le temps d’y aller aujourd’hui. Passé le Berceau de Kamouraska, ma mémoire olfactive et gustative n’en veut que pour l’odeur du pain et des viennoiseries de chez Denise et Jochen de la Boulangerie Niemand, 82, avenue Morel; le poisson fumé de la Poissonnerie Lauzier, 57, avenue Morel; les grelots des battures de Fou du cochon, en vente au Jardin du Bedeau; et les tomates de serre du Comptoir gourmand, 32, avenue Morel, qui m’attendent pour le piquenique avec des amis arrivant de La Pocatière ! Ils ont apporté du chocolat de la Fée gourmande, 167, avenue Morel ! Direction quai de Kamouraska pour la pause gourmande en bonne compagnie. Même si la Monica L. n’est plus là, vieille Goélette longtemps échouée près du quai, la vue est exquise. On devine au loin la gang de kayak de la Sebka, 273, route 132, qui sont à peine perceptibles, créant un tableau impressionniste nous rappelant combien on est bien chez soi.

 

kamou04

La Boulangerie Niemand, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

« Quelques passants s’arrêtent, tout sourire, éblouis par la beauté de la rive. Les rosiers ne sont pas en fleurs, mais on devine déjà leur odeur subtile, caressante. »

 

kamou05

Le Quai des bulles, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

Comme à l’habitude, on n’a pas tout mangé ! On remballe le tout et transforme les sacoches de vélo en véritables cornes d’abondance. L’heure est à la digestion… Hum, un café, ce serait bon, non ? Oh que oui… direction Côté Est, 76, avenue Morel, pour le meilleur café au lait du village (OK, je ne suis pas très objective, j’ai été gérante chez Côté Est lors de mon retour en région et je suis particulièrement attachée à ce lieu). Le café y est quand même parfait pour satisfaire mes exigences d’épicurienne caféinomane. Et puis, ce n’est pas tout de faire un coucou à Kim et Perle. Impossible de ne pas entrer chez Fabrice au Fil bleu, 76, avenue Morel, pour lui faire la bise et me diriger aussitôt vers les boucles d’oreille ; Messieurs, vous connaissez ma faiblesse maintenant ! Pendant ce temps, mes amis s’en vont au Café du clocher, 88, avenue Morel, s’acheter des cafés de la Brûlerie de l’Est. Je les rejoins ensuite au Quai des bulles, 66, avenue Morel, et ne peux m’empêcher de me prendre un savon à l’ortie et de l’argile verte, pendant que je dis mille blagues avec Caroline Bolieu, une photographe que j’adore, qui travaille là des fois pour dépanner !

 

kamou06

Quai #3, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

En ressortant, surprise ! Mon père passe avec sa Jeep jaune canari devant et me klaxonne ! Il fait assez beau qu’il a enlevé le toit ! Bella, son beau golden retriever, se fait dorer la couenne derrière et aboie de plaisir ! Que de souvenirs qui passent en revue dans ma tête. D’aussi loin que je me souvienne, mon père nous amenait tous les dimanches soirs faire un tour d’auto pour regarder le coucher de soleil. Mon sens aigu de la contemplation me viendrait-il de là ? De l’amour de ma région et de ces gens qui la font fleurir chaque année ? La pomme ne tombe jamais loin de l’arbre ! Merci papa ! Bon, il doit bien être rendu 14 h 30, presque l’heure du 5 à 7… Mais avant, direction Centre d’art de Kamouraska, 111, avenue Morel, pour l’exposition Innovation métiers d’art — Microcosme produite par la Corporation Métiers d’art Bas-Saint-Laurent et dont les oeuvres ont été réalisées par 14 artistes autochtones et bas-laurentiens. Puis, on se dirige ensuite chez Quai #3, boutique d’art et de décoration, lauréate du premier prix 2016 pour le Concours québécois en entrepreneuriat dans la MRC de Kamouraska.

 

kamou07

Quai #3, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

Maintenant, c’est le bon temps pour le 5 à 7. Mes amis repartent vers l’ouest et moi vers l’est. La besace bien remplie. Quelques kilomètres de plus pour faire de la place !!! Direction Tête d’Allumette ! Toutes les têtes sympathiques, à boire et à regarder, s’y trouvent pour combler votre oisiveté. Je passe de table en table, histoire de saluer les amis (de mon père, de mes soeurs, des anciens collègues de classe du secondaire et leurs parents, et autres connaissances) puis je me trouve une belle place au soleil, sur la terrasse. Tiens donc, je n’avais pas vu que mes amis geeks de RDL étaient là. Quelle surprise… ils sont en train de jouer à Magic. Ne pas espérer pouvoir leur parler à ce moment crucial de leur journée. D’une grande importance, la stratégie Magic !!! LOL ! Le cerveau humain me fascine ! Bref, je les salue simplement et profite du véritable moment à l’odeur de vacances que le lieu m’offre. Le temps s’arrête un instant…

 

kamou08

La Microbrasserie Tête d’Allumette, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

« D’aussi loin que je me souvienne, mon père nous amenait tous les dimanches soirs faire un tour d’auto pour regarder le coucher de soleil. »

 

kamou09

Mamie Pataterie Gourmande, photo d’Anthony Francoeur-Vallière

 

Quelques heures plus tard, d’autres amis sont arrivés, les geeks sont revenus dans le monde réel et je reste plus longtemps que prévu. La faim s’installe tranquillement, qu’est-ce qu’on fait ? Les gars veulent manger de la poutine. On met le vélo dans le coffre du char, pis on part souper en gang chez Mamie Pataterie Gourmande, 53, avenue Morel. Et puis, le périple se termine ! Images en tête, sourire aux lèvres, je m’endors repue, sereine et pas pire, pas mal heureuse ! Mon K’amour à moi, fidèle à toi pour toujours, ta Marie-Amélie !

 

kamou10

Restaurant Côté Est, photo de Fanny Côté

kamou11

Phare de Saint-André de Kamouraska, photo de Sébastien Lisotte

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

sept16

Ç’a l’air bon ce que tu lis !

par Geneviève Malenfant   Vous vous sentez perdu devant toutes les lettres de l’acronyme LGBTQQIAAP ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *