Accueil / Nos sens / La Réflexion / L’histoire partie en fumée
chateaureve

L’histoire partie en fumée

alexisboulianne

par Alexis Boulianne, photo par Nicolas Gagnon

 

Le 16 septembre 2015. C’est une date que plusieurs se rappelleront comme étant la nuit de l’incendie du Château de Noël. Rivière-du-Loup est en deuil. On parle d’un « des principaux emblèmes touristiques à Rivière-du-Loup » qui s’est enflammé cette nuit-là.

Ce sont des souvenirs de jeunesse qui partent en fumée, c’est un pincement au coeur. C’est surtout, tragiquement, l’appartement et le travail d’un couple qui sont sérieusement abimés. Au-delà des sentiments, le fait que le Château de Noël soit décrit comme l’attrait principal de Rivière-du- Loup nous en dit long sur nos priorités. Que sommes-nous si on nous réduit à une petite copie du château de Disneyland qui sert aujourd’hui à vendre des accessoires de Noël à longueur d’année? Permettez-moi de profiter de l’incendie du Château, un évènement déplorable, pour aborder un sujet plus grand : notre patrimoine collectif. Le Château de Noël, ce n’est pas le Manoir Fraser. Ce n’est pas l’ancienne ambassade américaine. Ce n’est pas l’église Saint-François. Ce n’est pas le phare du Pot à l’Eau-de-Vie. Ma peine aurait été immensément plus grande si j’avais vu un de ces piliers collectifs en train de bruler dans la nuit, le soir du 16 septembre. Le Château de Noël, ce n’est pas l’histoire de Rivière-du-Loup. C’est un bâtiment construit au tournant des années 1990 dans une pathétique tentative d’attirer des touristes dans une ville qui peine à comprendre ce qui en fait un endroit si unique. Rivière-du-Loup est une ville magnifique qui souffre pourtant d’amnésie collective. Je parle du Passé (avec un grand « P ») de la ville. De ce qui a forgé notre réalité.

chateaureve

Plusieurs des bâtiments qui ont vu notre histoire naitre tiennent encore debout aujourd’hui. Une grande partie des habitants de Rivière-du-Loup ne connait même pas ces endroits qu’on peut visiter à deux pas de chez nous. Ce manque de curiosité fait en sorte que le Manoir Fraser, le Fort Ingall, le Phare du Pot à l’Eau-de-vie, le Musée du Bas-Saint-Laurent et bien d’autres sont négligés par la population locale qui préfère parcourir des milliers de kilomètres pour aller voir des attractions bien moins intéressantes ailleurs. Il faut être critique de ces préférences, chercher à comprendre pourquoi on oublie. Parce que ces endroits, plusieurs vieux de presque deux siècles, ont été là bien avant nous et ont vu se dérouler entre leurs murs des évènements historiques et anecdotiques fascinants. L’existence même du Château de Noël n’empêche en aucun cas qu’on visite également les sites historiques et naturels de la région, mais le fait est que ce n’est pas le cas : la majorité des  Louperivois ne fréquente tout simplement pas les attraits touristiques de la région. Si on les visitait, si on faisait l’effort d’aller voir, de regarder dans le passé, on pourrait mieux comprendre l’importance de conserver notre patrimoine bâti et naturel. Construire sur des bases solides, c’est aussi connaitre les erreurs et les bons coups du passé. Encourageons le tourisme local, notre patrimoine, et les passionnés qui tiennent ces merveilles à bout de bras.

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

sept25

Pimp mon char électrique

par Busque   L’avez-vous vue passer, la voiture blanche remplie de dessins tout autour ? ...

3 commentaires

  1. Mr Boulianne
    A l’occasion je lisais votre revue avec un certain interet. Mais la en lisant votre article sur le chateau de Noel, j’en suis tombe en bas de ma chaise. Comment peut -on avoir si peu de connaissances sur ce patrimoine touristique , pour en ecrire un article du genre. Etes vous deja passe voir ce chateau? ? Des milliers de touristes defilent chaque annees a cet endroit magnifique. J’ai eu a donner un coup de main a ces gens de coeur suite a ce tragique evenement. Ces gens qui non seulement ont tout perdu dans ce feu cote residence privee, qui ont egalement vu s’envoler en fumee 14 ans de labeurs afin de donner a ce chateau tout la beautee ‘originalite, l’exclusivite qu’on lui connaissait. Suite a l’evenement , des commentaires de partout au Quebec sont parvenus aux proprietaires. Tous plus compatissants et plus sinceres les uns des autres. Des dixaines et des dixaines d’autobus de touristes defilent chaque annees a ce chateau. Je suis certaine que meme si nos attraits touristiques que vous enumerez sont magnifiques, il n’y passe pas le quart de touristes versus celui qui passe au chateau annuellement. Passez jaser avec la proprietaire quand le coeur vous dira et vous comprendrez peut -etre ce qu’est un vrai attrait touristique.Meme s’il est hors d’usage pour le moment , je suis sur qu’a voir les photos disponibles vous comprendrez. Etant tres au fait de l’industrie hotelliere de notre ville , je puis vous dire que pas un touristes ne passe a Riviere du Loup , sans passer au chateau. Merci de m’avoir lue.

    • Je crois qu’il essayait de pointer à quel point nous négligeons notre patrimoine, qui compose en soit plusieurs attraits touristiques, et non de diminuer le travail des proriétaires du château ou sa popularité vis a vis des touristes. Selon moi vous avez pris son article de façon très personnelle et ça vous a empêcher d’en reconnaître la pertinence. Le point était justement qu’on envoit les touristes au Château de Noël plutôt qu’à des endroits ayant une plus grande valeur historique, plus intéressant par rapport à la ville elle-même !

      Vous devriez le relire avec du recul 🙂

  2. « Nous sommes partis travailler a Dijon avec mon mari, avant de reprendre cette maison en 1982 comme habitation principale. En deux heures, tout est parti. C’est l’histoire d’une vie qui est partie en fumee. J’ai juste eu le temps de recuperer quelques papiers et les cles des voitures, parce qu’ils se trouvaient derriere la porte d’entree », confie cette agricultrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *