Warning: trim() expects parameter 1 to be string, array given in /home/rumeurduloup/public_html/wp-content/plugins/the-events-calendar/src/Tribe/Main.php on line 2397
Les maux du rédacteur : De belles conneries parfois – la Rumeur du Loup
Accueil / Nos sens / L'Émotion / Les maux du rédacteur : De belles conneries parfois

Les maux du rédacteur : De belles conneries parfois

busque

par Busque

 

Je dois avouer que je n’ai personnellement pas grand-chose à dire sur le deuil. Je peux te dire que le mot me fait penser à deux autres mots : « oeil » et « seul ». Mais bon, ça n’a pas vraiment rapport. Je peux aussi dire que bien que le mot soit petit, il est souvent long à vivre. Je sais que ça fait mal au milieu de l’être, en plein milieu. On ne ressent jamais aussi bien son âme que quand on vit un deuil. Je sais aussi qu’il ne faut jamais juger le deuil de l’autre, encore moins juger son propre deuil, car il est essentiel.

 

 

Je sais que la musique, l’oreille d’un ami, le contact avec un animal, un « je t’aime » bien placé ou un moment complètement anodin peuvent aider à passer au travers du deuil. Je peux ajouter que le deuil nous change, nous marque jusqu’à en bruler la peau. Il nous fait voir les choses différemment et nous aide à grandir, mais il peut aussi nous tuer. Il peut nous faire faire des conneries. De belles conneries parfois. Il peut nous faire comprendre ce qu’est l’essentiel de l’expérience humaine : la famille, la vie au présent, l’amour, la nature, la santé, etc. Il nous rappelle aussi que nous n’avons pas le contrôle sur tout, et que c’est OK ainsi. C’est surement mieux ainsi en fait. Il n’y a pas grand-chose qui nous appartient sur cette terre, à part peut-être nos choix et notre naissance.

 

« Parce que c’est sain de vivre son deuil le temps qu’il faut. »

 

J’ai choisi ce sujet pour l’édition d’octobre parce que c’est un sujet dont on parle trop peu. Parce que ça fait partie de la game de tout un chacun. Parce que c’est sain de vivre son deuil le temps qu’il faut. Mais n’oublie jamais ceci, camarade : si tu ne prends pas le temps de vivre ton deuil, que tu refuses d’accepter la situation telle qu’elle est, tu vivras avec une plaie ouverte pour encore longtemps.

 

 

Des pistes de solutions pour solliciter de l’aide :
– Le CLSC, pour rencontrer un travailleur social, mais il y a des listes d’attente ;
– Aide au deuil, groupes de soutien, mentionnés dans les pages suivantes ;
– La Bouffée d’air, pour simplement parler avec quelqu’un : 418 867-8580 ;
– Voir avec son employeur pour un programme d’aide en cas de deuil ;
– Soins privés : psychologue et autres thérapeutes ;
– La source, comité d’accompagnement en soins palliatifs : Sylvie Chevalier, 418 867-4827 ;
– Pour les femmes : Centre-Femmes du Grand-Portage ;
– Pour les hommes : Trajectoires Hommes du KRTB.

 

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

nov04

C’est quoi le Rainbow déjà?

par Rainbow Submarine, illustration par Frédérique Dubé-Hébert   On n’est pas une entreprise ni un ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *