Accueil / Nos sens / L'Ouïe / Les Flos
avril25

Les Flos

michellagace

par Michel Lagacé, photos de Jean-François Lajoie

 

Pour les amateurs de rock et même pour les autres, le nouveau groupe Les Flos a donné, les deux fois où j’ai assisté à l’un de ses spectacles avec des amis, une prestation surprenante. J’étais à son premier vrai spectacle sur la scène extérieure du Racoin dans le Kamouraska à l’été 2016 et, plus récemment, à un autre de ses spectacles dans l’intimiste 109 Bistro-Bar de L’Isle-Verte en janvier 2017. D’après les quelques commentaires recueillis chez des habitués, « ce “band” [encore tout nouveau] donne déjà une performance musicale que n’arrivent pas à faire bien des groupes de rock and roll en région ».

 

 

Chaque accord, chaque envolée de la guitare électrique et de son « ampli », appuyé par le rythme de la batterie et l’énergie du chanteur, s’ouvre sur un rock inspiré des années 1960 (parfois même des années 1980) mixé à des accents country et à d’autres touches plus contemporaines (rock alternatif entre autres) donnant ainsi une saveur musicale et un métissage unique à leurs compositions originales (et quelques reprises). L’énergie du chanteur du groupe, Cédric Lajoie, et du guitariste, Jonathan Santerre — celui à qui l’on doit cette approche et les arrangements musicaux —, nous soulève dans des rythmes inspirants autant qu’entrainants, tellement que plusieurs des « tounes » de ce groupe valent vraiment le déplacement et l’écoute. Tout est d’une grande précision, ce qui confère à ce band de deux musiciens et d’un chanteur charismatique une présence incontestable sur scène. Le tout est soutenu par des arrangements, des textes et des rythmes attrayants, grâce justement à ce métissage des genres.

 

« Un rythme m’enveloppe, il fait vibrer mes tympans et ce que j’entends et vois me ravit… »

 

La force du groupe est dans la précision des variations sonores de ses pièces musicales (arrangements), dans la qualité des musiciens et dans l’énergie et la gestuelle corporelle du chanteur Cédric : une bête de scène tout aussi charismatique que bien d’autres vedettes du rock and roll national, c’est tout dire, sans vouloir trop le louanger… Les Flos ont aussi joué en première partie d’Adamus sur la scène extérieure de la Maison de la culture à Rivière-du-Loup à l’été 2016, au Quai des Brumes à Montréal la même année et dans la première partie de Bodh’aktan à Saint-Jean-Port-Joli à l’hiver 2017, entre autres. Ils ont donc déjà quelques prestations dans leur bagage.

 

avril25

 

Une vidéo sur eux dans le décor du Manoir Fraser à Rivière-du-Loup a été produite pour les sessions Sparages : une émission sur les musiciens et auteurs-compositeursinterprètes émergents de la région. Elle sera diffusé vers la fin de l’hiver 2017 à MAtv. Il n’y a donc pas à douter que le groupe ira loin s’il persiste. La qualité de sa musique et de son travail est à découvrir si ce n’est pas déjà fait. Pour ma part, j’ai déjà hâte de le revoir sur scène. C’est une expérience que je vous suggère, même s’il a encore à raffiner (ce qui est normal) certaines particularités sonores et visuelles (mise en scène) tout en gardant la même fraicheur. Il a une page Facebook et des chansons que l’on peut déjà écouter sur YouTube. Dans ce domaine comme dans les autres domaines artistiques, la mythologie fonctionne quand les oeuvres sont bonnes et que les musiciens et le chanteur ont juste assez de talent et de singularité pour nous émouvoir, nous bousculer ou nous surprendre. Ce qui est le cas avec ce nouveau band.

avril26

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

Touski

par Marie-Amélie Dubé   Vive l’équité, l’équilibre et la justice. Par exemple, dans une assiette, ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *