Accueil / Nos sens / La Vue / Le Loup de Cambronne prend son envol
cambronne01

Le Loup de Cambronne prend son envol

michellagace

par Michel Lagacé, photos par Camille Morin

 

La jeune troupe de théâtre du Loup de Cambronne a une fois de plus livré un texte dont la mise en scène et les interprétations étaient de haut calibre.

 

C’est la réflexion que je me suis faite en sortant le soir de la première de leur production Circus Minimus, un texte de Christian Bégin présenté du 5 au 7 novembre 2015 à la Maison de la culture de Rivière-du-Loup. Les deux comédiens, Marc-Olivier Dugas Pelletier et Émile-Olivier Desgens — qui ont fait la couverture du numéro de novembre de La Rumeur du Loup —, venaient de nous livrer une très belle performance en transmettant l’émotion et la densité de ce « drame pathético-comique » entre un clown et un homme-canon dans un dernier tour de piste avant leur séparation et la fermeture du cirque. Le public se retrouvait devant les personnages tristes d’un cirque de stationnement de centre d’achat où l’amour-haine, les malheurs simples, dans l’espace restreint d’une roulotte, se déployaient dans la gestuelle autant que dans les paroles des protagonistes de ce huis clos. Soulignons l’inventivité d’une mise en scène aux rythmes soutenus dans un décor de fête foraine : des ampoules et de petits drapeaux triangulaires suspendus, un amas de télés d’une autre époque aux écrans en action (images et sons) et cette structure mobile suggérant l’intérieur d’une roulotte avec deux lits superposés.

 

« Le public doit continuer à les suivre afin de leur permettre de monter d’autres productions ou encore de leur donner l’occasion de les reprendre ici, ailleurs dans la région ou encore plus loin. »

 

cambronne01

Un ensemble d’images et de moments théâtraux bien orchestrés dans une mise en scène de la directrice artistique de la troupe Marie-Amélie Dubé, avec l’aide de Jonathan Imhoff et de leurs autres complices, dont Benoit et David Ouellet pour la technique, la photographie et la vidéo de cette machine théâtrale. Durant les trois soirs de cette représentation, au milieu des bruits du cirque, le cri pathétique du clown : il faut « FAIRE QUELQUE CHOSE » allait traverser la salle (les murs inexistants de la roulotte) avant un dernier coup de canon… Mais difficile de faire bouger ce petit monde dans cette indifférence totale, dans cette « impossibilité systémique » pressentie par l’auteur de ce texte, présent à cette première. Dans le rôle du clown, Émile-Olivier Desgens, dont on connaissait le talent dans ses interventions au Cabaret Kerouac, livrait une très juste et surprenante prestation dans l’interprétation et la transmission de ce dialogue à sens unique. Sa prestation me rappelait la très belle performance de son confrère Marc-Olivier Dugas Pelletier dans la pièce Monsieur Marguerite, pièce à un personnage de l’auteur Tarence Tarpin produite par la troupe en novembre 2014. Ce rôle d’un professeur loufoque aux costumes et maquillages englobants nous avait montré les qualités de ce comédien aux talents variés. Avec cette autre production, Marc-Olivier Dugas Pelletier (Molo) a donc gagné son pari de créer une troupe de théâtre pouvant offrir dans la région des productions de qualité avec des comédiens ou comédiennes de talent (sans formation professionnelle). Il a été sélectionné dernièrement dans la catégorie Prestige Travailleur autonome au Gala des Prestiges organisé par la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup. Il mérite amplement cette nomination pour avoir introduit cette « plateforme pour produire du théâtre de qualité professionnelle » à Rivière-du-Loup.

 

cambronne02

 

Monsieur Marguerite, Sauce brune et Circus Minimus, entres autres, sont les premières pièces de cette aventure et leur succès les amène même à rayonner dans des diffusions à l’extérieur de Rivière-du-Loup. Des productions de qualité professionnelle — pas de fausses notes ni trop de cabotinages — le pari est donc réussi, la qualité est au rendez-vous. Mais pour continuer sur sa lancée, le Théâtre du loup de Cambronne a besoin d’être soutenu… Le public doit continuer à les suivre afin de leur permettre de monter d’autres productions ou encore de leur donner l’occasion de les reprendre ici, ailleurs dans la région ou encore plus loin. Il est de plus en plus évident que cette troupe est l’un des vecteurs importants d’une nouvelle énergie culturelle à Rivière-du-Loup.

 

cambronne03

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

sept25

Pimp mon char électrique

par Busque   L’avez-vous vue passer, la voiture blanche remplie de dessins tout autour ? ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *