Accueil / Nos sens / L'Émotion / Le destin de Malcom
juin24

Le destin de Malcom

bouffeedair

par La Bouffée d’Air du KRTB

 

Comment catégoriser le destin de ce chien ? On peut penser au « chien communautaire » ou au « chien intervenant », mais ce qui est le plus classique et ce qui aura été le plus souvent entendu sera, le « chien de la Bouffée » !

 

 

Malcom est arrivé au centre de crise La Bouffée d’Air du KRTB à Rivière-du-Loup au printemps 2002. De Montréal, il avait suivi son premier maitre qui l’avait emmené dans la région puisqu’il était sans logis et voulait quitter la grande ville. Ils ont donc fini par faire une demande d’hébergement à La Bouffée d’Air au mois de mai afin de traverser cette période difficile. Malcom a six mois à ce moment. Pas surprenant de vous dire qu’il séduit toute l’équipe avec son enthousiasme et, surtout, il est étrangement très à l’aise dans la maison. C’est à l’automne de cette même année et après un deuxième séjour à cette ressource communautaire que Malcom sera officiellement membre de l’équipage de La Bouffée. Notons que La Bouffée d’Air est située sur l’ancienne seigneurie de Malcolm Fraser, Écossais de souche. En arrivant de Montréal avec un collier en kilt écossais au cou et ce prénom prédestiné, Malcom semble confirmer son destin.

 

« À sa façon, il humanise et dédramatise un service d’hébergement de crise. »

 

Inutile de vous dire qu’il respecte véritablement la notion de confidentialité et est un excellent complément à l’intervention. L’effet sur la ressource est immense. En devenant son domicile officiel, la maison se retrouve avec un pitou qui se faufile à travers les gens, mais aussi les pattes de chaises et les tables, toujours prêt pour une caresse ou même un restant de pizza ou un morceau de fromage illicitement cueilli. C’est unanime, Malcom a un effet sur l’ambiance de la ressource, il s’adapte de façon remarquable à toutes sortes de personnes et semble aussi reconnaitre ceux qui sont plus ou moins à l’aise avec les chiens. Pas simple pour un chien de saisir que son maitre est une équipe et non une unique personne. À sa façon, il humanise et dédramatise un service d’hébergement de crise. En vivant à l’année avec des gens en besoin, il semble même en prendre une expertise et reconnaitre particulièrement certaines détresses. Pour ceux dont la parole est plus difficile à prendre pour extérioriser leurs souffrances, sa présence aura été magique et indéniable.

 

juin24

 

On estime à 4500 le nombre de personnes qui auront partagé un moment d’intimité avec lui, évidemment, à différents degrés. On a entendu des milliers de fois : « Malcom me reconnait. » Souvent, des gens qui n’aimaient pas les animaux sont repartis avec la ferme intention de vouloir un animal de compagnie. Bref, de toutes sortes de façons, sa présence aura été bénéfique. Malcom a aussi offert ses services à d’autres initiatives communautaires telles que Justice alternative, qui intervient auprès de jeunes de 12 à 18 ans dans l’application de mesures de réparation à la suite d’un délit. Donc, durant quelques années, notre Malcom permettait à ces jeunes de faire des travaux communautaires en le promenant et en prenant soin de lui. Après de nombreuses années d’une présence loyale, joyeuse et réconfortante, Malcom nous quitte paisiblement en février 2017 à l’âge vénérable de 15 ans. De la part de toute une communauté, un immense merci à toi, noble Malcom !

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

aout06

Rimouski au rythme de la mer et du jazz à la fête du travail

par l’équipe du Festi Jazz Du 29 aout au 3 septembre, ce seront pas moins ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *