Accueil / Nos sens / La Vue / La petite histoire de la grosse tête d’Indien
teteindien

La petite histoire de la grosse tête d’Indien

par Fabienne Gingras, photo de Busque

 

En 1999, le Malécite Bernard Jenniss, résident de Rivière-du-Loup, ouvre un comptoir de vente d’artisanat « indien », dans un petit chalet appartenant à Jacques Damours, situé à proximité du restaurant Le Boucaneux, à la pointe de Rivière-du-Loup.

 

Ce faisant, il réinstaure l’époque des « petites cabanes d’artisanats » des années passées. Pour souligner l’évènement, monsieur Jean-Noël Tardif, propriétaire à cette époque du Château de Rêves (Noël au Château), lui fait don de la « tête d’Indien », qui fut installée à proximité du petit kiosque d’artisanat, le regard tourné vers le fleuve. De nos jours, la « tête d’Indien » comme on l’appelle, accueille les visiteurs et veille sur le territoire de ses ancêtres ! Sans doute l’une des attractions les plus photographiées à Rivière-du-Loup, elle appartient aujourd’hui à monsieur Jacques Damours (resto Le Boucaneux) qui en prend grand soin et qui ne ménage pas ses efforts pour lui redonner fière allure année après année.

 

teteindien

 

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

sept25

Pimp mon char électrique

par Busque   L’avez-vous vue passer, la voiture blanche remplie de dessins tout autour ? ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *