Accueil / Nos sens / L'Émotion / La femme de ma vie n’est pas humaine
juin18

La femme de ma vie n’est pas humaine

lauralou

par Laura-Lou Fortin, photos de Busque, illustration de Joane Michaud

 

Sa longue tignasse blonde au vent. Ses grands yeux doux et un peu nerveux à la fois. Quand elle me regarde, je me sens si petite, comme si dame Nature elle-même me fixait. Maya est la femme de ma vie, mais elle n’est pas humaine.

 

 

C’est une belle jument Haflinger pure race de 15 ans. Nous nous sommes rencontrées en juillet 2014, dans ce grand champ de Cacouna qu’elle partage avec ses confrères et consoeurs. Tout de suite, j’ai eu le coup de foudre pour elle. On m’a souvent dit qu’il est possible de deviner le caractère d’un cheval par ses yeux. C’est vrai. J’ai tout de suite vu l’intensité, la fougue, mais aussi la douceur en elle. Elle m’a énormément appris depuis presque trois ans. Elle m’a montré la confiance en soi et l’autorité. Deux choses que je n’avais pas du tout. Je ne suis pas gênée de dire que je fais de l’anxiété, du trouble panique et obsessionnel compulsif. Maya m’aide à surpasser ces choses. Quand je sors de la voiture et que je la cherche du regard, dans le champ, elle a déjà la tête levée vers moi. Ses grands yeux doux, remplis de confiance, m’attendent. Maya m’a donné une force que j’ignorais avoir auparavant. « Déjà que les poneys sont têtus, elle qui est une femelle, elle l’est encore plus ! », m’avait dit son ancien propriétaire en riant. Je ne peux pas le nier, Maya est excessivement entêtée. Mais c’est exactement comme moi. Entêtée et hypersensible. Solide, mais délicate. Elle est une force tranquille, elle a une confiance en elle inébranlable. Lorsque je la vois tenir tête à un autre cheval énervé, je suis émerveillée. Maya ne se laisse jamais intimider et défend ceux qu’elle aime. J’ai encore tant à apprendre d’elle.

 

juin18

 

« Je ne veux pas faire de l’équitation de compétition, ni classique, ni sévère ou remplie de règles. Je ne fais que vivre à côté de Maya, auprès d’elle, avec mes bottes de cowboy et ma chemise carreautée.»

 

juin19

 

J’ai toujours remarqué à quel point le caractère du cavalier influence celui du cheval. Malheureusement, trop de gens s’offusquent des actions de l’animal sans mettre en doute leurs propres actions. Je me suis déjà fait expliquer tant de fois comment je devrais travailler avec Maya. Mais j’ai décidé d’écouter mon propre feeling. Je ne veux pas faire de l’équitation de compétition, ni classique, ni sévère ou remplie de règles. Je ne fais que vivre à côté de Maya, auprès d’elle, avec mes bottes de cowboy et ma chemise carreautée. J’aime poser ma main sur son poitrail pour sentir son coeur battre. J’aime marcher avec elle qui me suit sans que j’aie à lui dire quoi que ce soit. J’aime lui parler, la regarder me regarder, comme deux amants qui se fixent durant un diner romantique. J’aime monter sans selle et me coucher sur son dos, ressentir sa crinière sur mon visage, alors qu’elle broute tranquillement. Le temps s’arrête lors de ces moments. Il n’y a plus qu’elle et moi. Maya, si tu pouvais lire, je t’offrirais ce message, simplement pour te dire à quel point je t’aime. Mais une bonne pomme fait l’affaire !

 

juin20

 

Le cheval est énergique et puissant. Il est apprécié et respecté de tous, car il a toujours servi l’humanité avec noblesse et engagement, sans toutefois y perdre sa liberté d’esprit. Il nous enseigne que la véritable liberté est au fond de nous et qu’elle implique la responsabilité de nos actes. Être capable de tirer des leçons de nos expériences nous rend plus sages et plus forts intérieurement. Il nous montre que le pouvoir doit être utilisé avec beaucoup de respect.

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

aout06

Rimouski au rythme de la mer et du jazz à la fête du travail

par l’équipe du Festi Jazz Du 29 aout au 3 septembre, ce seront pas moins ...

Un commentaire

  1. WoW….l’esprit de ce texte me rejoint tellement….
    Je peins les gens pour leur histoire ou l’émotion …mais quand je veux m’évader des balises qu’exigent la concentration pour un portraitiste je peins souvent un autre tableau en même temps pour me laisser aller …..et c’est le cheval ,mon porte-bonheur .
    Il représente pour moi , force, courage,fidélité ,fierté et noblesse…
    Merci , pour ce magnifique article
    Miche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *