Accueil / Nos sens / La Vue / Kiskotuk, terres dénudées à marée basse
juillet16

Kiskotuk, terres dénudées à marée basse

par Kathy Beaulieu, agente de promotion | photographies de Dios Photographie, Sébastien Dionne

 

Kiskotuk : « Terres dénudées à marée basse » (langue malécite)
Le parc côtier Kiskotuk s’étend sur plus de 20 km et offre des paysages uniques avec une trame de fond majestueuse : le fleuve Saint-Laurent. Ce parc régional a été créé pour offrir aux citoyens une meilleure qualité de vie en répondant à leurs besoins en matière d’espaces récréatifs protégés et comme produit d’appel touristique (hébergement). Il favorise la mise en valeur d’espaces naturels et assure une utilisation harmonieuse des ressources forestières, aquatiques, fauniques, agricoles et minérales. Il comprend sept secteurs de découverte répartis entre Cacouna, L’Isle-Verte et Notre-Dame-des-Sept-Douleurs (île Verte). Neuf sentiers pédestres, plusieurs boucles et parcours cyclables sont accessibles gratuitement. Au coeur du territoire se trouve le Site ornithologique du marais de Gros-Cacouna (classé 6e site d’observation ornithologique au Québec selon le nombre d’espèces recensées selon eBird) et la Réserve nationale de faune de la Baie-de-L’Isle-Verte, propriétés du Service canadien de la faune d’Environnement Canada (SCF). Ces lieux protègent l’un des plus vastes marais à spartine du Québec et l’aire principale de reproduction du Canard noir en Amérique du Nord. Ils représentent aussi une halte importante pour plusieurs oiseaux migrateurs. De nombreuses reconnaissances nationales et internationales lui ont été attribuées, dont la Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO), le Refuge d’oiseaux migrateurs (ROM) et le site Ramsar alloué par la Convention relative aux zones humides d’importance internationale.

juillet14

L’ornithologie est une activité hautement prisée à l’intérieur du parc, car il attire un grand nombre d’espèces d’oiseaux au gré des saisons. Grâce à l’avancement des technologies, le portail eBird, le plus utilisé chez les ornithologues et utilisé comme référence pour cet article, est maintenant bien implanté au Québec. Il permet de contribuer au suivi des populations d’oiseaux en enregistrant les observations en temps réel. Cet outil devient essentiel alors que le déclin des oiseaux est de plus en plus inquiétant. D’ailleurs, le parc côtier Kiskotuk collabore avec Nature Québec qui a mis en place un plan d’action en faveur des hirondelles dans le cadre du Fonds pour dommages à l’environnement du ministère de l’Environnement et Changement climatique Canada. Des pistes d’actions sont mises en oeuvre pour assurer la pérennité de la colonie d’Hirondelles de rivage de la rivière Verte, puis l’aménagement de sites pour augmenter la nidification de l’Hirondelle rustique. Les Hirondelles à front blanc seront inventoriées afin de mieux connaître leur statut, sans oublier les Hirondelles bicolores qui bénéficieront de nichoirs en plus grande qualité et quantité (nichoirs installés sur le chemin de la Rivière-des-Vases). La liste des oiseaux de la Réserve nationale de faune de la Baie-de-L’Isle-Verte (RNF) dénombre plus de 140 espèces parmi lesquelles figurent le Bruant de Nelson, le Harfang des neiges et la Pygargue à tête blanche. Elle constitue également une importante halte migratoire pour la Grande Oie des neiges et la Bernache du Canada.

juillet15

Plus de 240 espèces ont été observées à l’intérieur du ZICO du marais de Gros-Cacouna qui englobe le rocher de Cacouna, l’île de Gros- Cacouna et la baie située à l’est de l’île. Des îlots de végétaux flottants ont été installés à l’étang de la Montagne afin d’offrir des aires de repos et de nidification pour la sauvagine. À l’ouest de l’étang, près de l’accès au sentier de la Montagne, se trouve l’impressionnant dortoir de Bihoreaux gris. La Grande Oie des neiges (plus de 100 000 individus au printemps), la Marouette de Caroline et le Butor d’Amérique peuvent aussi être observés. Pour une 2e année consécutive, la présence remarquée de couples laisse entendre que le Fuligule à tête rouge devrait nicher dans le ZICO. La zone fait aussi partie des rares endroits au Bas-Saint-Laurent où le Foulque d’Amérique a pu être observé. Le Refuge d’oiseaux migrateurs (ROM) de L’Isle-Verte est situé dans la RNF et s’étend sur un rivage baigné par les marées salines et se caractérise par un vaste marais criblé. Il a été créé principalement pour protéger la sauvagine en période de migration. La diversité des habitats de ce refuge favorise la présence de 165 espèces, dont le Goglu des prés, la Bécassine de Wilson et le Busard des marais. Pour plus d’information sur le parc côtier Kiskotuk, visitez le site Web à l’adresse suivante : www.parckiskotuk.com.

juillet17 juillet16

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

aout15

La légalisation : Prévention et éducation

texte Maude Roy-Chabot | Agente de planification, programmation, recherche-concertation | Direction du programme santé mentale ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *