Accueil / Nos sens / La Réflexion / JE SUIS CHARLIE
Sans titre-1

JE SUIS CHARLIE

Sans titre-2

Par Michel Lagacé

On sait qu’il y a, partout à travers le monde, des régimes totalitaires qui tuent continuellement des femmes, des enfants et des hommes innocents. On sait aussi que l’occident, qui a construit des États de droit, et qui cherche à être de plus en plus démocratique, est tout aussi responsable des inégalités et de l’évolution de cette violence. Pourquoi? Parce qu’au cours de son histoire, il a allègrement exploité (régimes coloniaux, esclavage, etc.) ces pays, leurs habitants et leurs richesses, sans trop se soucier de l’éducation, du partage des pouvoirs et des richesses avec ces populations. L’immigration, l’isolement et le manque de compréhension entre la laïcité et les religions ont fait le reste… On en ressent les conséquences jusqu’à Paris.
Mais malgré tout ça… « Je suis Charlie ».

Rien ne justifie, en effet, ces assassinats au journal satirique Charlie Hebdo à Paris. Dans le contexte de toutes les tueries au nom d’un Dieu à travers le monde, il n’est pas surprenant que l’on commence à penser que toute foi religieuse détournée peut devenir un endoctrinement dangereux. Surtout quand elle amène des individus à tuer des dessinateurs qui ne font, au nom de la liberté de penser, que des caricatures de l’agissement totalement critiquable des fondamentalistes, intégristes et djihadistes qui exploitent la violence. Georges Wolinski, Jean Cabut et Stéphane Charbonnier, qui sont morts avec les autres victimes sous les balles, caricaturaient tout autant les agissements douteux des représentants des autres religions que ceux des politiciens.Dans un monde libre et respectueux, tout est critiquable. À une caricature qui te dérange, tu peux répliquer par un autre dessin ou par des mots, mais pas en assassinant les auteurs de ces caricatures.

Selon Hassan Jamali (auteur de Coran et déviation politique, Éditas, édition de l’AS) : « Les musulmans qui veulent vivre un islam pacifique et moderne (et non pas modéré) doivent rompre définitivement avec la pensée islamique dominante [doctrine intégriste wahhabite] et se débarrasser d’un héritage lourd qui les plonge dans la violence et les guerres civiles.

« Dans un monde libre et respectueux, tout est critiquable. »

Or, les conditions minimales d’un islam moderne sont les suivantes [toujours d’après cet auteur] :

Il suffit de croire en Dieu et son prophète pour être musulman; détruire tout lien entre politique et religion; désacraliser le texte coranique; déclarer que les versets violents sont inopérants; déclarer les lois de la charia caduques. »

Il leur faudrait donc faire le ménage comme les religions chrétiennes l’ont fait face aux violences de leur passé, et pourquoi ne pas, en même temps, jeter les armes? C’est, hélas, nous (l’occident) qui fournissons et créons les conditions de l’émergence de cette violence. C’est la contradiction de notre civilisation expansionniste, riche, bourgeoise, elle-même encore violente, souvent intégriste, puritaine et raciste. C’est cette contradiction, dominant la pensée du monde moderne, qui crée ces monstres…

Mais retenons surtout de ce drame que : JE SUIS CHARLIE est devenu le symbole de cette solidarité qui a uni les Français et tous ces gens à travers le monde qui ont réaffirmé l’importance de combattre l’obscurantisme en respectant la liberté d’expression.

Sans titre-3

La Rumeur du Loup, édition 72 Janvier – février 2015

À propos La Rumeur du Loup

Voir aussi

juillet11

Une révolution urbaine à nos portes

par Nicolas Gagnon   La ville se transforme constamment sous nos yeux. Le commerce électronique ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *