Accueil / Nos sens / La Réflexion / J’ai entendu dire quelque part que…

J’ai entendu dire quelque part que…

catherinefortindube

par Catherine Fortin-Dubé

 

Je pensais faire un plein poème sur l’alimentation, mais, comme pour n’importe quoi, pouvoir apprécier une forme d’art n’est pas suffisant pour le maitriser et se l’approprier. Je vous épargne donc mon brouillon et je m’en tiens à mon domaine en saisissant cette occasion pour vous guider à travers une autre forme d’écriture… la littérature scientifique. En effet, on dit parfois des arts que « l’oeuvre devient de l’art lorsque l’artiste décide que c’en est », et ce, sans égard à la popularité ou l’appréciation d’autrui face à l’oeuvre. De la même façon, n’importe qui peut s’autoproclamer « auteur » ou « chercheur » et publier les informations qu’il veut, en laissant croire que ses propos sur l’alimentation (ou toute autre science) sont fondés alors qu’ils ne le sont pas.

 

 

Mon but à travers ce billet est de vous outiller face à un fléau de notre époque où tout va trop vite : l’abondance de désinformation scientifique. En effet, l’accessibilité, la spontanéité et la visibilité des médias sociaux en font une source d’information indéniable, mais qui, malheureusement, s’avère être un véhicule tout aussi efficace pour les articles poubelles de pseudoscience que pour les articles scientifiques statistiquement fondés. La nutrition étant une science encore assez jeune et en plein essor, des découvertes scientifiques percent quotidiennement et influencent les recommandations nutritionnelles. Il est donc normal qu’à travers toutes les nouvelles observations et les sujets plus récents, on ait parfois l’impression que les articles se contredisent et on ne sait plus sur quel pied danser. Malheureusement, vous ne pouvez pas toujours avoir un professionnel de l’alimentation à vos côtés pour vous aider à distinguer les mythes des réalités lorsque vous faites face à un nouveau « fait » au sujet de l’alimentation. Voici quelques conseils pour pouvoir vous-même évaluer la crédibilité des différentes sources d’information. N’hésitez pas à être critique et à remettre en question les informations que vous recevez concernant la nutrition — il s’agit de votre santé et vous en êtes responsables.

 

« N’hésitez pas à être critique et à remettre en question les informations que vous recevez en lien avec la nutrition — il s’agit de votre santé et vous en êtes responsables. »

 

1. De quel média, de quelle source avez-vous obtenu l’information ?
a) D’un ami/famille qui n’est pas spécialiste dans le domaine : évitez le téléphone arabe. Demandez-lui ses sources et allez les vérifier vous-mêmes en vous assurant de bien comprendre les nuances de l’article. Ça vous évitera aussi de contribuer à la propagation de faussetés dans votre cercle de connaissances. Rendez service à tout le monde !
b) Dans un article que vous avez lu : est-ce que l’auteur ou le média lui-même (site/page/ blogue/magazine papier) a une réputation reconnue et est crédible dans le domaine ? Si l’article se base sur l’avis d’un « expert », est-ce que cet expert est détenteur d’un titre professionnel reconnu ou fait partie d’une association crédible ? Si vous n’êtes pas certain, vérifiez en ligne en faisant une recherche avec le nom de l’expert. Vous pourrez facilement trouver sa formation, ses autres articles, ses engagements professionnels…
c) Est-ce que la source bénéficie d’une commandite ou d’une affiliation à un organisme qui serait en conflit d’intérêts ? Ex. : Un article citant les bienfaits de la consommation d’une protéine X, financé par un producteur de cette fameuse protéine X. Si c’est le cas, vérifiez qu’une autre source indépendante seconde les propos.
d) Est-ce que l’article ou le lien est récent ? Si l’information date de plus de 3-4 ans, essayez de trouver un article plus récent qui aborde le même sujet. Comme je l’ai mentionné plus tôt, la nutrition est une science jeune qui évolue et s’ajuste rapidement au fil des résultats des études de recherche.

 
2. Est-ce qu’une étude scientifique a évalué et corroboré cette affirmation ?
Si oui, est-ce qu’un lien ou une note dans l’article fait référence à cette étude scientifique et vous permet d’aller la vérifier ? Plusieurs « études » non fondées ou non statistiquement significatives circulent en ligne. Ce n’est pas toujours évident d’aller vérifier les études dans les journaux de science ni d’en interpréter les résultats soi-même… mais soyez certain que si plusieurs études d’association fondées ont trouvé des résultats intéressants et significatifs sur un sujet lié à l’alimentation, vous n’aurez aucun problème à trouver des sources fiables ayant abordé le sujet. Je vous présente dans le tableau ci-dessous quelques excellentes ressources en nutrition vers lesquelles vous pouvez facilement vous tourner lorsque vous avez des incertitudes relatives à l’alimentation. Si ces dernières ne font pas mention d’un sujet ou d’une « découverte », méfiez-vous, car les données sont probablement insuffisantes ou non significatives pour mériter que les professionnels de la santé et de la nutrition publient leur position à son égard pour l’instant. Rien ne vous empêche de porter attention à ce « nouveau fait », mais n’y vouez pas une confiance absolue avant d’en avoir parlé à un spécialiste de la santé en qui vous avez confiance. Tous les sites suivants sont rédigés et révisés par des équipes de nutritionnistes et diététistes en collaboration avec d’autres professionnels de la santé. Ils sont généralement à jour avec les récentes découvertes en alimentation et présentent des informations bien vulgarisées et faciles à comprendre.

 

tableau

 

Finalement, parce que c’était un billet un peu plus lourd et sérieux, qu’avec les légumes et les fruits frais, on ne se trompe jamais et parce que le Marché public Lafontaine ouvre le 18 juin, je vous laisse avec la liste des produits de saison pour le mois de juin au Québec, comme présentée sur le site Web d’Équiterre. Asperge, bette à carde, betterave, carotte, cerise, champignon, chou, concombre (serre), courge, épinard, fenouil, fraise, laitue, ognon, poireau, pomme, pomme de terre, radis, rhubarbe, rutabaga, tomate (serre). À consommer abondamment et sans retenue !!

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

Vox Pox Facebook : À quoi ressemble ma ville du futur?

C’est la question que nous avons posée à quelques amis Facebook de La Rumeur du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *