Accueil / Nos sens / L'Émotion / Île au deuil
deuil

Île au deuil

gracesingh

par Grace Singh, étudiante en réalisation de films documentaires au Cégep de Rivière-du-Loup
Si cet article vous fait réagir, n’hésitez pas à communiquer avec moi : singhgrace92@gmail.com

 

Mort, ô toi, grande femme au teint de jasmin. Ô toi, à la grande robe bourgeonnante. Quelle est cette peine que je n’arrive plus à contrôler, après que ton souffle froid a partagé celui de ceux et celles que j’aime ?

 

 

Je sens le deuil qui m’amène dans un brouillard de douces larmes, mais je sais que j’en reviendrai. Le deuil, c’est cette ile qui nous est inconnue, mais on sait qu’on y est quand on se réveille sur sa plage, engourdi et les yeux rougis de larmes. Je n’y suis pas encore allée, mais je sais bien que tout le monde s’y retrouvera un jour. Cet été, ma grand-mère a fait le choix de ne plus s’acharner contre le cancer qui occupe sa vessie. Elle a fait le choix de ne pas savoir ce qui lui arrivera. Le médecin lui donne une année à vivre, mais on ne sait jamais, puisque les miracles peuvent toujours se produire. La réalité, par contre, n’est pas toujours un miracle, alors on l’encourage et, en famille, on pleure avec elle au souper de temps en temps. Elle a fait le choix de s’écouter et de ne pas succomber à la tentation de rester en vie pour les autres, puis nous respectons son choix et l’écoutons. Le deuil s’en vient et nous parlons ouvertement de ce qui arrivera, pas dans son dos, mais avec elle. Elle nous parle de son deuil de ne plus nous serrer dans ses bras un jour, et nous l’aimons encore plus. J’ai pu constater que, de son côté, elle fait beaucoup de recherche pour trouver du soutien psychologique, mais en région c’est moins facile, puisque les ressources sont en plus petite quantité, malheureusement.

 

« Le deuil, c’est cette île qui nous est inconnue, mais on sait qu ’on y est quand on se réveille sur sa plage, engourdi et les yeux rougis de larmes. »

 

deuil

 

Alors, il faut chercher, lire des articles sur le sujet du deuil, en terre occidentale, écouter des films et documentaires sur le sujet. Je suis tombée sur quelques pages intéressantes. Comme sur le site Psychologies.com, il y avait l’article « Accepter le temps du deuil », écrit par Flavia Mazelin Salvi. Dans cet article, madame Marie-Frédérique Bacqué, professeure de psychopathologie et auteure du livre Le Deuil à vivre (Éditions Odile Jacob, 2000), dit : « […] dans notre culture de plaisir, de productivité et de contrôle, l’endeuillé, comme le malade, dérange, car il rappelle violemment ce que chacun voudrait oublier : la mort. Or, pour revenir à la vie, il faut aller à travers le chagrin, avancer dans son deuil et l’intégrer. Cela demande dans un premier temps de lâcher le refus, la maitrise, afin de pouvoir vivre ses émotions et la réalité de la perte. » Il est donc, sain de pleurer, mais aussi de prendre le temps de le faire. Dans un mode de vie effréné, il devient difficile de voir clairement les priorités. Il faut s’échapper des horaires chargés et ne pas culpabiliser d’avoir envie de ne rien faire d’autre que de pleurer. Cela fait partie du processus d’acceptation. Puisque nous prendrons tous le bateau pour l’ile au deuil, pourquoi ne pas en parler calmement et ouvertement ? Je suis heureuse que ma grand-mère ait la confiance de s’ouvrir sur le sujet, c’est important pour moi qu’elle ne se sente pas isolée. L’isolement lié à la mort est une réalité existante et je ne crois pas que mourir soit le plus effrayant, mais bien de mourir seul. De mourir sans avoir pu exprimer de vive voix l’amour qu’on a vécu pour ses proches. Ô toi, Mort, je ne sais pas par quel chemin je te trouverai, mais va ainsi le cours de cette vie qui est la mienne. Je partirai pour qu’un autre enfant naisse et vive, pour sentir les fleurs de cette nouvelle aube.

 

À propos Louis-Philippe Gélineau Busque

Voir aussi

Vox Pox Facebook : À quoi ressemble ma ville du futur?

C’est la question que nous avons posée à quelques amis Facebook de La Rumeur du ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *