Accueil / Nos sens / La Réflexion / Habitation : acheter ou louer? Planification financière
Sans titre-12

Habitation : acheter ou louer? Planification financière

Sans titre-10

Par Annabelle Dumais, M. Sc.

Dans la vie, il y a de ces choses que l’on croit dur comme fer, qui nous semblent d’une évidence incontestable. C’est le cas notamment du fondement voulant que l’achat d’une maison soit le meilleur investissement que l’on puisse faire et qu’il faut arrêter de « payer dans le vide » en demeurant locataire. Vous vous reconnaissez peut-être dans cette réflexion, mais sachez que vous n’êtes pas les seuls. Afin de comprendre pourquoi on ne peut appliquer de façon systématique ce raisonnement, une analyse plus rigoureuse s’impose…

Une première erreur lorsqu’on compare l’achat et la location est de voir l’achat d’une propriété comme un placement alors qu’il s’agit d’abord de consommation : on paie pour se loger! On tente de rationaliser l’achat par les avantages financiers qu’il procurera, notamment le profit réalisé lors de la vente alors qu’on oublie trop souvent d’inclure dans le calcul tous les débours nécessaires entre ces deux étapes. Sans compter non plus le coût de renonciation, c’est-à-dire l’argent immobilisé dans la propriété que l’on ne peut investir ou utiliser à d’autres fins.

Dans le cas de la location, le coût net est facile à calculer. Il s’agit des montants déboursés tous les mois en y ajoutant parfois le chauffage et l’électricité. Pour le propriétaire, c’est plus compliqué. Il y a les coûts associés au capital puis aux intérêts, les taxes municipales, l’assurance habitation, le chauffage et l’électricité, les rénovations et l’entretien. Faisons l’exercice de comparaison et vous comprendrez. Comparons un logement de 800 $/mois à une maison dont le prix de vente est de 200 000 $. On suppose une mise de fonds de 20 % soit 40 000 $.

Sans titre-11

Les hypothèses :

– Taux hypothécaire à 3,09 %
– Taux d’inflation à 2 %
– Rendement des placements à 5 %
– Prix de vente : 328 121,20 $(augmentation de 2 %/année)
– La différence entre les mensualitésde la location et de l’achat est investie et lamise de fonds également.

Après 25 ans….

Sans titre-12

Dans cette situation, lorsqu’on compare l’achat et la location, on réalise qu’il en aura coûté près de 100 000 $ de plus pour se loger en étant propriétaire par rapport à locataire.

Conclusion : devenir propriétaire n’est pas toujours gage d’enrichissement. Chaque situation est unique et plusieurs hypothèses économiques doivent être considérées. Puisqu’on sait que le passé n’est pas garant de l’avenir, difficile de prédire avec exactitude ce que l’économie nous réserve dans 25 ans.

« Une première erreur lorsqu’on compare l’achat et la location est de voir l’achat d’une propriété comme un placement alors qu’il s’agit d’abord de consommation : on paie pour se loger! »

Néanmoins, une chose est à retenir lorsqu’il est question d’habitation : l’important est de trouver un chez-soi qui nous convient à un coût que l’on peut supporter. De façon générale, l’habitation doit représenter environ 30-32 % de notre revenu brut. Dans le cas contraire, il faudra peut-être empiéter sur une autre partie de notre budget : loisirs, épargne-retraite, étude des enfants, etc.

La Rumeur du Loup, édition 72 Janvier – février 2015

À propos La Rumeur du Loup

Voir aussi

sept04

Après 20 ans d’histoires pas possibles

par Gabrielle Ayotte Garneau, coordonnatrice du rendez-vous des Grandes Gueules, photos par Busque   Si ...

2 commentaires

  1. Intérressant, un blog plutot bien fait! Amitiés! Un peu d’info sur les nouvelles techniques de ventes immobilières

  2. Salutations, un sujet vraiment sensé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *