Warning: trim() expects parameter 1 to be string, array given in /home/rumeurduloup/public_html/wp-content/plugins/the-events-calendar/src/Tribe/Main.php on line 2397
Entrevue avec Émile Tremblay : L’univers de l’EDM – la Rumeur du Loup
Accueil / Nos sens / L'Ouïe / Entrevue avec Émile Tremblay : L’univers de l’EDM
emiletremblay03

Entrevue avec Émile Tremblay : L’univers de l’EDM

busque

par Busque

 

J’étais juge anonyme de Cégeps en spectacle et je devais noter les jeunes sur un numéro original, avec une belle présence sur scène et du gros talent brut. C’est ce que le numéro d’Émile, jeune étudiant de 17 ans, nous a livré cette soirée-là. Émile a aussi, par le fait même, gagné le coup de coeur du public.

 

J’ai contacté Émile pour découvrir les revers et secrets de l’univers de la musique électronique, qui reste trop souvent peu connue de la population.
Busque : Décris-nous un peu ton parcours de jeune musicien de 17 ans.

 

Émile Tremblay : J’ai commencé à jouer du piano à cinq ans. Depuis, je fais quelques concerts, spectacles et concours chaque année. Nous avons toujours fait beaucoup de musique dans ma famille, alors il est certain que cet environnement a grandement contribué à mon épanouissement musical. Je fais aussi un peu de guitare et de batterie pour le plaisir, mais le piano reste mon instrument de prédilection. Je me suis tourné vers la musique électronique pour la première fois lorsque j’ai écouté « Strobe » de Deadmau5 en 2011. Depuis, j’en compose beaucoup.

 

emiletremblay01

 

B. : Tu as remporté la Finale locale de Cégeps en spectacle. Comment t’es-tu préparé pour ta prestation ?

 

É.T. : Je m’étais fait un texte d’introduction pour expliquer au public ce qu’est l’EDM [Electronic dance music], mais, lors de la générale, je me suis aperçu que c’était beaucoup trop long, alors j’ai gardé l’essentiel pour le spectacle. Sinon, pour créer mon numéro, j’ai d’abord composé ma « toune » et ensuite j’ai travaillé dessus pour être capable de la jouer live (j’ai fait des boucles, etc.). Il y a de l’improvisation musicale dans mon numéro.

 

B. : Es-tu DJ ou musicien ? Quelle est la différence ?

 

É.T. : Musicien, c’est certain. Je joue de la musique et je compose de la musique. Un DJ, c’est quelqu’un qui s’assure de faire de belles transitions entre des chansons ; il n’y a pas grand-chose de musical là-dedans. Je pense que n’importe qui peut devenir DJ en peu de temps, contrairement à jouer de la musique, qui demande beaucoup plus de temps.

 

emiletremblay03

 

B. : Peux-tu nous dire quelque chose que le commun des mortels ne sait pas sur la musique électronique ?

 

É.T. : Premièrement, on a tendance à appeler des compositeurs de la musique électronique des DJ. C’est faux. Ce sont des compositeurs, comme n’importe quel autre artiste qui composerait n’importe quel autre style de musique. Deuxièmement, beaucoup de gens pensent encore que ça ne prend pas de talent pour faire de la musique électronique. C’est également faux, car non seulement un bon compositeur de musique électronique doit être créatif et talentueux, mais il doit également maitriser les concepts de la science du son au bout de ses doigts. Troisièmement, le monde de la musique électronique n’a jamais été aussi accessible que maintenant. Avec seulement un ordinateur, on peut maintenant faire plus que ce qu’un studio professionnel pouvait faire il y a 20 ans. Ça ne parait peut-être pas à première vue, mais des millions de personnes composent de la musique électronique maintenant.

 

B. : Sur ton tableau lumineux, que se passe-t-il ? Que fais-tu ?

 

É.T. : Il s’agit d’un contrôleur MIDI. Il me permet de réaliser des actions simultanément sur mon ordinateur, ce qui est très pratique. Il me sert entre autres à lancer des boucles, comme la boucle d’un kick drum qui se répètera jusqu’à ce que je l’arrête. Il a plusieurs autres fonctions, mais c’est principalement celle-là que j’utilise. Ça s’appelle un Launchpad S, et le logiciel que j’utilise se nomme Ableton Live.

 

emiletremblay04

 

B. : L’EDM est en émergence depuis quelques années. Peux-tu nous expliquer un peu les grandes branches ?

 

É.T. : C’est extrêmement vaste comme monde. Il y en a pour tous les gouts. En résumé, je peux dire qu’il y a la branche de l’house et celle du dubstep/trap qui sont les plus célèbres. À un rythme aux alentours de 128 battements par minutes, l’house est sans aucun doute la référence de la musique pour danser. Le dubstep et le trap sont des styles plus intenses et réservés (autour de 140 battements par minutes) qui ont gagné une grande popularité grâce à des artistes comme Skrillex. Il y a d’autres branches importantes comme le trance ou le drum and bass, mais je crois que l’house et le dubstep/trap sont les genres les plus connus en ce moment.

 

B. : Que penses-tu de la musique populaire électronique ?

 

É.T. : J’aime bien. Il y a parfois de vrais bijoux dans l’EDM populaire, comme « Where Are Ü Now », de Jack Ü et Justin Bieber. Toutefois, il ne s’agit que de 0,1 % de ce monde de la musique électronique. Il m’arrive presque tout le temps d’écouter une chanson et de me dire : « Argh ! Pourquoi ce chef-d’oeuvre n’est-il pas connu ? Il mérite bien plus d’attention ! »

 

emiletremblay05

 

B. : Qu’aimerais-tu faire plus tard ? Est-ce relié à la musique ?

 

É.T. : Ce que je voudrais vraiment faire, c’est être un artiste qui vivrait de sa musique, que ce soit dans un band ou en solo. J’aime vraiment composer et jouer sur scène.

 

B. : Tu vas faire une soirée de musique électronique au Café L’Innocent. À quoi peut-on s’attendre ?

 

É.T. : À une soirée dynamique avec exclusivement les meilleures tounes de la musique électronique selon moi. Je veux faire découvrir aux gens que l’EDM est beaucoup plus grand que populaire en leur faisant découvrir une panoplie de chansons parfaites pour danser. J’invite d’ailleurs tout le monde à y aller, c’est à ne pas manquer !

 

Venez voir Émile Tremblay au café l’innocent
11 février 2016
20 h

À propos Marie-Amélie Dubé

Voir aussi

nov04

C’est quoi le Rainbow déjà?

par Rainbow Submarine, illustration par Frédérique Dubé-Hébert   On n’est pas une entreprise ni un ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *